L’Awex et Liège Airport organisent l’aide à Wuhan

La province de Hubei, épicentre de l’épidémie de coronavirus, est une tête de pont de la stratégie chinoise de la Région wallonne. Un appel aux dons de matériel médical a d’ailleurs été lancé en Wallonie. L’Awex, Liège Airport et le gouvernement wallon sont à la manœuvre.

Masques, lunettes de protection, gants en caoutchouc… La Chine est à la recherche de matériel médical pour faire face à la crise de coronavirus et la Wallonie va lui apporter son aide. Cainiao, la filiale logistique d’Alibaba basée à Liège, cherche à récolter du matériel à destination des hôpitaux chinois en pénurie, en particulier dans la province de Hubei, épicentre de l’épidémie.

Un appel aux dons est en cours auprès des entreprises, apprend-on auprès de l’Awex, qui va le gérer avec le soutien du gouvernement wallon. Liège Airport devrait également se joindre à l’opération, même si l’aéroport liégeois n’a pas encore officiellement confirmé sa participation. 

Vendredi, le vice-président wallon Willy Borsus, en charge du Commerce extérieur, avait envoyé un message “de soutien et d’amitié” au gouvernement provincial de Hubei. La Wallonie entretient depuis plusieurs années des liens privilégiés avec la province au cœur de l’épidémie, avec laquelle elle est jumelée depuis 2012.

Le China-Belgium Technology Center impacté

C’est au départ de la capitale provinciale Wuhan, mise en quarantaine, qu’a été lancé le China-Belgium Technology Center (CBTC), centre d’affaires de Louvain-la-Neuve dont le premier bâtiment doit ouvrir l’année prochaine. Le CBTC a été créé par le groupe chinois United Investment Group, basé à Wuhan, qui compte 10.000 personnes.

Son émanation belge, United Investment Europe (UIE), compte pour l’heure une dizaine d’employés en Belgique et représente 27 entreprises. Ses deux gestionnaires sont retournés à Wuhan pour le nouvel an chinois et se retrouvent pris dans la quarantaine. Le centre d’affaire compte aussi huit employés à Wuhan, chargés de faire de la prospection en Chine – ils sont bloqués dans le chef-lieu, indique-t-on chez UIE.

“Il n’y avait pas de délégations d’entreprises prévues en Belgique dans les prochaines semaines, la situation sanitaire n’a donc pas d’impact direct. Mais il ne faudrait pas que ça dure, sinon les activités vont baisser”, indique-t-on au sien de la société qui vend des services aux entreprises et qui ambitionne à terme d’accueillir sur son site quelque 1.600 personnes.

L’UCLouvain annule des échanges

L’UCLouvain, de son côté, a décidé d’annuler les échanges d’étudiants vers la Chine qui étaient prévus au deuxième semestre. L’université explique sa décision par une volonté de “ne pas compromettre la réussite d’un quadrimestre en des circonstances incertaines”. Les étudiants qui devaient se rendre sur place seront réorientés. Les professeurs et chercheurs sont simplement invités à suivre les recommandations du ministère de la Santé qui dit que les voyages non-essentiels vers la province du Hubei sont “déconseillés”.

Il n’y avait pas de délégations d’entreprises prévues dans les prochaines semaines, la situation sanitaire n’a donc pas d’impact direct sur nos activités “, indique-t-on. “Mais il ne faudrait pas que ça dure, sinon les activités vont baisser.”





Source link

Top 5 boating holidays for beginners | Advice & tips for living & working in France

PUBLISHED: 09:51 24 January 2020 | UPDATED: 14:59 24 January 2020

You don't even need to have ever set foot in a boat before to enjoy these fabulous French boating breaks. Pic: Nicols

You don’t even need to have ever set foot in a boat before to enjoy these fabulous French boating breaks. Pic: Nicols

Archant

Whatever your boating experience, explore France’s vast network of rivers and canals with Nicols, France’s best-loved boating provider


Hiring a self-drive canal boat to explore France’s network of rivers and canals is a lot easier than you’d think. There is no need for a licence and, in fact, Nicols, France’s best-loved boating holiday provider, claim that you don’t even need to have set foot on a boat before to be able to rent one their spacious and stylish boats.

Why? Because, in addition to receiving hands-on instruction on collection of the boat from their base teams, crews of families and friends will also find the boats easy to drive and moor up when stopping at the many interesting places found on and around the waterways.

There are however vast differences when it comes to Europe’s rivers and canals so we asked Nicols to pick five routes that would be best for those new to boating holidays in France

Camargue….from Aigues-Mortes

Enjoy some amazing food and drink on a boating holiday in the Camargue. Pic: Antoine TournayEnjoy some amazing food and drink on a boating holiday in the Camargue. Pic: Antoine Tournay

It’s not just the open waters that take you through one of Europe’s largest nature reserves that make a boating holiday in the Camargue a favourite among first timers. The waterways here are also lock-free.

Highlights of cruising in this region include the south of France’s gastronomy, visits to medieval fortified cities such as Aigues-Mortes and a variety of wildlife ranging from wild horses and bulls to the Camargue’s famous pink flamingos. The canal here is also adjacent to the Mediterranean Sea, meaning if your crew love the beach then a day trip to the coast is possible at coastal towns such as Le Grau-du-Roi and Palavas-Les-Flots.

Brittany…from Glénac

The great thing about Brittany is that its close proximity to the UK means it is an excellent choice for those wanting to book a short break trip as a way of seeing what a boating holiday is all about. You can hire a canal boat just for the weekend or choose a slightly longer few days short break – there are suggested itineraries to suit all length of trip.

A Brittany boating holiday is a short hop away from the UK. Pic: NicolsA Brittany boating holiday is a short hop away from the UK. Pic: Nicols

The waterways in Brittany are also devoted to pleasure craft only, so you don’t need to worry about them being busy or coming across larger commercial boats. What you will find with a boating holiday here, though, is a region rich in colour and traditions, fairytale castles and historical villages and regional specialities including seafood, crêpes and cider!

Alsace…from Saverne

A boating holiday in Alsace made it into our shortlist for a number of reasons. Visitors here will explore a land steeped in history – a mix of wonderful art and architecture and magnificent mountain and forest scenery. You can even navigate all the way into the heart of Strasbourg!

Another highlight of a holiday on these waterways is first-hand experience of the famous Arzviller boat lift – a one of a kind construction that has been open since 1969 and lifts boats 45 metres and avoids an alternative route of 17 locks within just 4kms. Now this might not sound like the type of thing a beginner might want to stumble across but the boat lift is as easy to use as it is impressive on the eye! Crews don’t need to do anything once your boat is in position. Everything is automated and there is a lock keeper present to oversee the climb. In fact in Alsace, all of the locks are automatic making them nice and easy to use.

Burgundy…from Brienon

The Canal de Bourgogne is one of the best known canals in France and therefore is perfect for a boating holiday. It winds its way through beautiful Burgundy countryside and there is so much to see and do with waterside vineyards, numerous castles and medieval villages and an exceptional number of historic sites and monuments…all of which borders the canal. We can’t include Burgundy without also mentioning the famous wines that are waiting to be tried!

Getting to the region is also hassle-free thanks to it being reasonably close to the excellent travel links of Paris.

Burgundy's beautiful waterways are easily accessible from Paris. Pic: NicolsBurgundy’s beautiful waterways are easily accessible from Paris. Pic: Nicols

Canal du Midi…from Le Somail

If you’re going to try a boating holiday then you may as well try it on one of the most famous canals in the world! From Le Somail you can choose to travel in either direction along the Canal du Midi – towards Carcassonne one way or the opposite way towards Narbonne and close to the Mediterranean sea.

The canal is listed as a Unesco World Heritage Site and there is so much for you and your crew to find from sun-drenched vineyards and canal side restaurants to pretty villages and historic places of interest.

Whichever region you choose we’re sure that you’ll enjoy the fun and flexibility that a boating holiday provides, whilst travelling in comfort and style in your very own floating accommodation.

The Canal du Midi is one of the most famous spots for a French boating break. Pic: Philippe BenoistThe Canal du Midi is one of the most famous spots for a French boating break. Pic: Philippe Benoist

About Nicols

For over 30 years Nicols have been operating boating holidays across France. Currently short-breaks and longer holidays are available from 19 different start bases. Nicols boats sleep crews of anything between 2-12 people with 27 different models to choose from.

Find out more by visiting www.boat-renting-nicols.co.uk or by calling 02392 401320.

Source link

Greta Thunberg répond aux « haters » avec des chiffres implacables au Forum de Davos

La jeune militante Greta Thunberg a rappelé à l’ordre mardi 21 janvier les élites économique et politique, rassemblées à Davos, en estimant qu’« en pratique, rien n’a été fait » pour le climat, même après plusieurs mois de mobilisation massive des jeunes dans le monde.

« Le climat et l’environnement sont un sujet d’actualité aujourd’hui », mais « en pratique, rien n’a été fait », « les émissions de CO2 n’ont pas diminué », a-t-elle déclaré à l’ouverture du Forum économique mondial en Suisse.

Greenpeace dénonce les banques invitées du Forum de Davos qui financent les énergies fossiles

Et d’ajouter, en s’appuyant sur le rapport du Giec sur le changement climatique de 2018 :« Si on veut avoir 67 % de chances de limiter l’augmentation moyenne de la température globale de la Terre sous les 1,5 degré, il nous restait, au 1er janvier 2018, 420 gigatonnes de CO2 à émettre. Evidemment, ce nombre est bien plus bas aujourd’hui, étant donné que nous émettons quelque 42 gigatonnes de CO2 chaque année. Avec les émissions actuelles, le budget CO2 qu’il nous reste sera épuisé d’ici huit ans. »

Face-à-face avec Trump ?

Greta Thunberg pourrait croiser à Davos Donald Trump, en campagne pour sa réélection en novembre et à quelques heures de l’ouverture de son procès en destitution à Washingon.

Le président des Etats-Unis entend vanter sa politique de l’« America First ». « En route pour Davos, pour rencontrer les leaders du monde et des affaires, et ramener […] des centaines de milliards de dollars aux Etats-Unis ! Nous sommes le NUMÉRO UN dans l’univers, de loin », a-t-il tweeté, quelques heures avant son arrivée.

Donald Trump doit avoir à Davos des entretiens avec la présidente de la Commission européenne, ainsi qu’avec le président irakien, ce peu après l’assassinat en Irak d’un général iranien par les forces américaines.

Dans une récente enquête du cabinet PwC auprès de quelque 1 600 patrons, le changement climatique ne figurait même pas parmi les dix principales menaces pour l’économie mondiale pour 2020, n’apparaissant qu’en onzième position.

Selon Oxfam, en France, 7 milliardaires possèdent plus que les 30 % les plus pauvres

L'Obs

Source link

18 agences Thomas Cook supplémentaires rouvriront sous un autre nom

Hillman Travel concrétise son offre. Après avoir fait part de son intérêt et racheté 31 agences Thomas Cook non acquises par Wamos, il annonce l’ouverture de 18 d’entre elles en mars.

Nouvelle vie en vue pour 18 anciennes agences de voyages badgées Thomas Cook. La société Hillman Travel, qui avait déjà marqué, en octobre dernier, son intérêt dans les agences non reprises par l’espagnol Wamos, annonce la réouverture de 18 agences, principalement situées en Flandre.

D’ici le mois de mars, environ 25 personnes proposeront des voyages sous le nom du nouveau groupe. Cinq personnes ont déjà été engagées, dont deux anciens salariés du voyagiste failli.

18

agences

18 agences ouvriront en mars: 17 en Flandre et une en Wallonie.

Ce nouvel acteur du tourisme, situé à Knokke et fondé par Franz Bergman père et fils (deux entrepreneurs dans l’immobilier), souhaite lancer son propre réseau d’agences sous le régime de la franchise.

Knokke en avant-première

Hillman Travel a ainsi acquis les murs de 31 des 93 agences de l’enseigne. Pour 18 sites – 17 en Flandre et 1 en Wallonie – l’entreprise voit une opportunité et ouvrira une succursale d’ici mars. Le premier “flagship store” devrait ouvrir ses portes à Knokke dans quelques semaines.

Les cinq autres premiers sites seront situés à Wetteren, Zelzate et Grammont en Flandre-Orientale, mais aussi à Schilde (Anvers) et Eupen.

Le réseau devrait s’étendre en Brabant flamand où sept agences sont prévues (Dilbeek, Vilvorde, Zaventem, Haacht, Diest, Tirlemont et Tervuren) dans une seconde phase. En Flandre-Occidentale, une agence viendra compléter le réseau à Nieuport, et dans la province anversoise, d’autres s’installeront à Willebroeck, Turnhout et Geel. La liste sera complétée avec Tongres dans le Limbourg.

Même la moitié suffit

Hillman Travel se veut rassurante sur ses chances de réussite. “Si nous réalisons la moitié des ventes réalisées par Thomas Cook dans ces succursales, nous serons déjà très satisfaits”, explique Simone Boon, directrice opérationnelle. La nouvelle société souhaite se distinguer de la concurrence par “un service complet et une accessibilité permanente”. Cela se traduira par un call-center disponible 24/24h avec une équipe capable de répondre aux questions le soir et le week-end, là où la concurrence est principalement active à ces heures par un système de réservations en ligne.

Les 62 autres succursales, principalement localisées en Wallonie, ont été reprises par le tour operator espagnol Wamos, ce qui avait permis le sauvetage de 200 des 500 emplois de l’enseigne emportée par la débâcle de sa maison mère britannique.

Source link

Guy Verhofstadt pressenti à la présidence de la Conférence sur l’avenir de l’Europe

L’Europe, confrontée à une grave crise existentielle, se prépare à organiser une conférence sur son propre avenir. Le Belge Guy Verhostadt est pressenti pour présider l’exercice. Mais à cette heure, rien n’est fait.

L’Europe, au coeur d’une grave crise existentielle à quelques jours du Brexit, se cherche un nouvel avenir. Assoupie par une bureaucratie allergique au changement, des partis traditionnels engoncés dans la routine et des États accrochés à leur souveraineté, l’Union n’inspire plus. Pour tenter de redémarre le moteur européen, le président français Emmanuel Macron a imaginé l’idée d’une Conférence pour l’avenir de l’Europe.

La Conférence sur l’avenir de l’Europe est un projet du président français Emmanuel Macron
©EPA

Exercice prémâché? Bain de jouvence pour le projet européen? Seul l’avenir le dira. De bonnes volontés ont, en tout cas, l’intention d’associer les citoyens au processus.

Les eurodéputés ont voté ce mercredi à Strasbourg une résolution sur l’organisation du processus, qui démarrera le 9 mai prochain, le jour de la fête de l’Europe.

Guy Verhofstadt pressenti à la présidence

Qui présidera la conférence? Les groupes politiques européens ferraillent encore sur cette question, qui pourrait être tranchée ce jeudi lors d’une réunion des présidents de groupes politiques

Le Belge Guy Verhofstadt (RE) pourrait décrocher cette présidence. C’est du moins ce qui était prévu en juillet dernier, mais la décision est toujours en balance. Prudent, le libéral ne répond à aucune question sur le sujet. Un accord en ce sens aurait été conclu entre les libéraux (RE) et les démocrates chrétiens  (PPE). En échange, les libéraux appuieront la candidature de Manfred Weber à la présidence du Parlement européen. 

“Poutine se moque de nous, Erdogan nous fait un chantage, Trump nous harcèle, voilà pourquoi nous voulons réformer l’Europe, car demain des empires domineront le monde”, a lancé Guy Verhofstadt, ce mercredi, lors d’un débat très animé sur la conférence au Parlement européen à Strasbourg. L’ancien premier ministre belge défend une approche “de la base vers le sommet”.

Réformer l’Europe

L’objectif de cette conférence sera de “lancer une vague de réformes qui insuffleront un nouveau dynamisme à l’Europe”, a résumé le président du Parlement européen David Sassoli (S&D, Italie).

L’UE ambitionne de consulter les citoyens, la société civile et les parlements nationaux pour aboutir à une réforme de son mode de fonctionnement. “L’Europe n’a pas été créée pour Bruxelles, pour une élite ou pour une bulle”, a plaidé Dacian Ciolos (RE, Roumanie), le président des libéraux, invitant à “casser le syndrome de la bulle européenne”. Les libéraux veulent aboutir à travers cette conférence à la mise en place des listes transnationales lors des élections européennes.

Le président du groupe PPE Manfred Weber et la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen
©EPA

“Il faut que le Parlement joue un rôle de chef de file dans ce processus”, a expliqué le chef de file des démocrates chrétiens Manfred Weber (PPE, Allemagne), “il est très important d’impliquer les parlements nationaux”.

Le PPE veut rendre obligatoire la règle du candidat tête de liste lors des élections européennes (“spitzenkandidat”) pour désigner le président de la Commission européenne, au lieu de voir les dirigeants des États de l’UE choisir ce président lors d’un sommet européen. Le PPE souhaite aussi donner au Parlement un pouvoir d’initiative législative, aujourd’hui aux mains de l’exécutif européen.

Les socialistes insistent sur l’aspect participatif du processus.“L’Europe n’existe pas si on met de côté ses peuples, ses citoyens, a lancé la présidente du groupe socialiste, Iratxe Garcia Pérez (S&D), ceci nous donnera l’occasion de réformer le projet européen”.

Les écologistes européens veulent aller plus loin que les partis traditionnels, en proposant une Europe fédérale“Cela ne suffit pas d’impliquer les partenaires sociaux, les syndicats. Il faut aussi faire venir les ONG dans ce débat, a martelé Daniel Freund (Verts), il faut doter les Européens des outils et des compétences pour faire face aux défis de notre temps. Rapprochons-nous d’une République fédérale européenne.

La Conférence sur l’avenir de l’Europe est battue en brèche par les conservateurs et les partis extrémistes de gauche et de droite. “Cinq groupes politiques ont préparé la résolution sur la en secret, alors que deux groupes ont été exclus de sa rédaction”, a dénoncé le coprésident des conservateurs Ryszard Legutko (ECR), “c’est tricher, le résultat est connu à l’avance”.

“C’est une procédure rabougrie qui nous est proposée à ce stade”, a lâché l’eurodéputée de la France insoumise, Manon Aubry (GUE).

“Ne pas fixer de résultat préalable”

La Commission européenne présentera sa contribution le 30 janvier prochain.“Vous êtes engagés à ne pas préjuger de l’issue de cette conférence. Fixer un résultat préalable serait nuisible à la démocratie. Il vaudrait mieux, dans ce cas, ne rien faire”, dit Dubravka Suica, la vice-présidente de la Commission. 

Source link

“Last call” pour la neige: 3 destinations exceptionnelles

Des remontées mécaniques qui grincent, les chalets d’après-ski et la cuisine au fromage fondu: les vacances à la neige se ressemblent pour qui part chaque année dans les Alpes. Mais cela ne risque pas de vous arriver si vous optez pour les expéditions suivantes. Du yacht privé dans le Grand Nord au rallye hivernal en voitures classiques, voici de quoi vivre des expériences exclusives.

Yacht & Ski: vers les pistes du Grand Nord à la voile

Les amateurs de sports d’hiver ont une nouvelle destinations à mettre sur leur to-do list: les flancs du Lyngenfjord en Norvège, où l’on ne voit de skieurs qu’une ou deux fois par hiver. Pour en profiter, adressez-vous au milliardaire russe Andrei Iakounine: il vous y emmènera sur son yacht privé. 

C’est à Tromsø, une région montagneuse du nord de la Norvège, qu’il skie et fait de l’escalade sous la direction d’un guide de montagne. Il s’est fait construire un yacht spécial pour affronter ces régions inhospitalières, le Firebird.

©Mike Jones

Pendant une semaine,  Sabato a voyagé avec lui entre les îles du cercle polaire arctique et en direction du Jøkelfjord, un bras de mer peu fréquenté qui débouche au pied d’un énorme glacier. On n’y croise que quelques dizaines d’autres skieurs et, surtout, pas le moindre téléski. “Avec les bons skis et son propre bateau, on peut voir défiler des milliers de sommets et se dire: celui-ci, je vais l’escalader aujourd’hui!”

Le Firebird peut être loué, équipage compris, à partir de 45.000 euros la semaine pour un maximum de sept personnes. Informations au sujet du domaine skiable sur www.visit-lyngenfjord.com

©Mike Jones

Le roadtrip ultime: au volant d’un oldtimer, sans GPS

7.500 kilomètres à travers l’Europe septentrionale pendant 16 jours, au cœur de l’hiver: voilà le but du Baltic Sea Rally. Ce circuit d’aventure peu conventionnel a été lancé il y a deux ans, et part de Hambourg pour rallier le Cap Nord, en Norvège, avant de revenir dans la ville portuaire allemande. À l’aller, il passe par le Danemark et la Suède, et, au retour, par la Finlande, la Russie, l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie et la Pologne. 

©David De Vleeschauwer

©David De Vleeschauwer

Les règles du jeu sont simples. Un: interdiction de conduire sur autoroute. Deux: les GPS ne sont pas autorisés. Trois: toutes les voitures participantes doivent avoir au moins 15 ans. Ce rallye représente un sentiment de liberté ultime pour la grande majorité de ses participants.

Ici, quelle que soit sa voiture et son budget, chacun expérimente l’immensité blanche à sa manière. “Le Baltic Sea Circle Rally, c’est profiter, en février, du Grand Nord dans toute sa splendeur immaculée. Mais ce roadtrip à travers ces paysages demande aussi beaucoup de concentration et de courage”, nous ont déclaré quelques passionnés. N’oubliez donc pas vos moon boots, et ayez surtout des nerfs d’acier.

©David De Vleeschauwer

Grands explorateurs du continent de glace

Ne dites pas à la compagnie de croisières de luxe Ponant qu’elle organise des “croisières” en Antarctique. Elle préfère parler d'”expéditions”. Il n’y a pas de casino à bord et le bateau ne peut accueillir que 264 passagers. 

Au lieu d’animateurs, les membres de l’expédition sont essentiellement des biologistes .Ces scientifiques, pour qui la faune et la flore locales – baleines, orques, phoques, pingouins, albatros, plancton et algues – n’ont plus de secrets, assurent les conférences à bord.

©Clement Vial

En ces lieux retirés, certaines règles bien spécifiques sont en vigueur. D’abord, vu que la météo décide de tout et que le temps peut rapidement changer, oubliez le programme. Puis, acceptez de suivre une procédure de biosécurité extrêmement stricte. Ainsi, les vêtements avec lesquels vous descendrez à terre devront être préalablement aspirés.

“Hormis le réchauffement climatique, le paysage n’a pratiquement pas changé, ce qui est rare”, nous explique l’arrière-petit-fils d’Adrien de Gerlache, le premier Belge à revenir d’une expédition scientifique en Antarctique. “Nous voulons faire revivre cette expédition.”

©Olivier Blaud

Source link

Week-end à Berlin: les incontournables de Sabato

Berlin reste la capitale la plus excentrique d’Europe du Nord. Mais, ces dernières années, d’autres strates sont venues s’ajouter. Avec des restaurants zéro déchet, des collections d’art privées et des hôtels élégants, Berlin est devenue ce qu’elle a toujours été: une métropole cultivée et vibrante.

New style dining

Un supermarché (en ligne), un espace pour déguster un brunch santé, suivre des ateliers et rencontrer d’autres vegans. Veganz demande: “Are you a climate bodyguard?” et donne les outils comestibles pour l’être. (Warschauer Straße 33, Marheinekeplatz 15 et Schivelbeiner Straße 34)

Soirées musicales avec boissons et snacks vegan. Le Pêle Mêle est un café qui propose du café et du gâteau maison, mais où on peut également boire un verre de vin ou de bière le soir, sans oublier le brunch du dimanche. (Innstraße 26)

©Pele Mele

Lucky Leek est un restaurant vegan sophistiqué au look et à la cuisine modernes. Dans ce Bib Gourmand Michelin, la chef Josita Hartanto concocte des plats vegan surprenants et raffinés. (Kollwitzstraße 54) 

Goodies est une chaine de magasins d’alimentation et de cafés. On y va pour les meilleurs smoothies et gourmandises vegan de la ville. Commandes en ligne ou sur place. (Warschauer Straße 69)

Le premier restaurant vegan et zéro déchet d’Allemagne et même du monde! Frea est situé dans le quartier de Prenzlauer Berg et mise sur le 100% vegan. Dans ce restaurant, absolument tout est réutilisable, même les déchets sont recyclés et compostés à 100%. (Torstraße 180) 

Frea
©JULIA SCHMIDT

Collections d’art privées

Ce bunker de la Seconde Guerre mondiale a été un entrepôt de tissus et de bananes avant d’abriter une boîte techno pour soirées fétichistes dans les années 1990. En 2003, Christian Boros acquiet ce bâtiment pour y présenter une collection privée d’art contemporain très intéressante. Visite du jeudi au dimanche sur réservation en ligne, 18 euros. (Reinhardt Straße 20)

De l’art moderne indépendant des musées et galeries d’art et principalement axé sur la vidéo et le cinéma. Fluentum, une collection appartenant à Markus Hannebauer, entrepreneur dans le numérique, se cache dans une ancienne base militaire de la Luftwaffe, au sud-ouest de Berlin. Entrée libre tous les samedis, sans réservation. La collection Fluentum est présentée dans une ancienne base de la Luftwaffe. (Clayallee 174)

©Moritz Hirsch – Courtesy of Fluentum Collection

Chaque samedi, Erika Hoffmann donne accès à sa collection privée d’art moderne présentée dans une ancienne fabrique de machines à coudre de 1.500 m². La visite dure 90 minutes et permet de découvrir les œuvres qu’elle collectionne et expose depuis 1997 (à voir les samedis donc ou sur rendez-vous). (Sophienstraße 21)

Cette collection privée se love dans un bunker de télécoms de la Seconde Guerre mondiale rénové par John Pawson en 2016. Ici, l’accent est mis sur des pièces de qualité muséale de la Chine impériale. La visite, qui peut être réservée très facilement en ligne, revient à 18 euros. (Hallesches Ufer 70)

Julia Stoschek Collection

La Julia Stoschek Collection, axée sur l’image en mouvement et les installations, est depuis 2016 l’une des plus importantes collections d’art privées d’Allemagne: elle possède plus de 850 œuvres de 255 artistes. La collection est ouverte au grand public le week-end et sur rendez-vous en semaine. (Leipziger Straße 60)

Julia Stoschek Collection
©Getty Images

Hôtels de luxe

Schlosshotel by Patrick Hellmann

Le Schloss by Patrick Hellmann, célèbre créateur de mode, vient d’ouvrir. Cet hôtel château se trouve dans le quartier de Grunewald, la banlieue verdoyante de Berlin. Chambres et suites contemporaines, bar élégant et profusion de luxe, de la piscine aux jardins. (Brahmsstraße 10, à partir de 160 euros la nuit)

À Berlin ex-ouest, on trouve encore des adresses trendy comme à l’époque où l’Est était derrière le mur. Le Sir Savigny est un hôtel cool et bien situé. Au rez-de-chaussée, se trouve un bar animé avec restaurant. Les 44 chambres, conçues par le designer néerlandais Saar Zafrir, sont luxueuses et confortables. (Kantstraße 144, à partir de 110 euros la nuit)

©SirSavigny

Ce classique vient d’être rafraîchi et relooké dans un esprit Bauhaus meets Japan. Cet hôtel, premier Grand Hyatt en Europe, est au cœur de la Berlinale. Décor élégant, sobre et moderne, avec la plus belle piscine avec vue sur la ville. Les artistes Monika Baer et John Armleder sont intervenus un peu partout dans l’hôtel. (Marlene-Dietrich-Platz, 2, à partir de 150 euros la nuit)

Soirée fromage aux chandelles et DJ Set, il se passe toujours quelque chose dans cet hôtel funky. Là où la ville se fond dans l’hôtel, l’accent est mis sur l’accueil: sauna, cuisine ouverte, espace pour vivre et travailler. Les plus grandes chambres, Hideout, offrent un menu room service spécifique plus luxueux. (Warschauer Straße 39-40, à partir de 110 euros la nuit)

Situé dans une des plus belles rues tranquilles du quartier de Prenzlauer Berg, l’Oderberger est une ancienne piscine dans laquelle on peut toujours se baigner (ouverte aux clients comme au public). Il propose également 70 belles chambres et des appartements spacieux et lumineux, ainsi qu’un bon restaurant au rez-de-chaussée. (À partir de 120 euros la nuit, Oderberger Straße 57)

©Oderberger Hotel

Cocktails raffinés

À Berlin, on peut encore fumer dans les bars, mais le bar à cocktails Fabelei a choisi de l’interdire. Une belle terrasse dans le quartier de Schöneberg et, à l’intérieur, un cadre paisible mettant l’accent sur l’apéritif à l’ancienne, avec tous les alcools et sirops préparés par le propriétaire qui est aussi le bartender. (Kyffhäuserstraße 21)

Meilleur boozy brunch de Berlin et meilleur bar food de la ville, cette adresse de Kreuzberg joue avec les couleurs dans ses cocktails. Berry red, matcha green ou lemon yellow et même des options non alcoolisées telles que violet purple au thé Anchan, citron vert, sucre et soda. Une bonne adresse pour les cocktails, mais aussi pour un petit snack. (Skalitzer Straße 45)

©Ralph Larmann

Les initiés jurent que c’est le meilleur bar de la ville. C’est à Provocateur que la clientèle des grands hôtels se mêle à la foule berlinoise jusque tard dans la nuit. Des classiques aux recettes du XVIIe siècle en passant par un punch à l’ancienne, avec bar food, bien entendu. (Brandenburgische Straße 21)

Dégustations d’alcools artisanaux avec plus de 900 étiquettes dans le genre spécifique du small batch sont à découvrir au Beavis Bar. Une adresse élégante avec une déco qui fait penser à une bibliothèque aux étagères de plusieurs mètres de haut remplies d’étiquettes de bouteilles d’alcool, allant du gin à la grappa japonaise. Ici, on sirote ce qui a été mixé avec doigté. (Veteranenstraße 11)

Un des plus beaux speakeasies de Berlin, bien caché derrière un autre bar. Truffle Pig propose des cocktails sophistiqués, à siroter dans un joli petit comptoir. (Reuterstraße 47)

©Truffle Pig Bar

Boutiques de niche

Le décor de cette boutique de niche est un peu démodé, mais le concept est nouveau. Ici, on ne vend que de la réglisse artisanale sous toutes ses formes. Le succès est tel qu’une boutique on line vient de s’ouvrir. (Graefestraße 20)

Le Bikini Concept est un espace commercial avec des magasins, des showrooms et des pop-up boxes où sont rassemblées différentes marques. On y trouve de la mode, des cosmétiques, des objets et du design contemporain. (Budapester Straße 38-5)

©Franz Brueck

Oui, H&M sent d’où vient le vent: son premier magasin “hyper local” a ouvert il y a quelques semaines dans le quartier de Mitte. Dans ce shop expérimental, on trouve les vêtements du géant suédois mais aussi des labels typiquement berlinois. On peut aussi y suivre des cours de méditation et de yoga. (Neue Shönhauser Straße 13)

©MAX CREASY

Source link

A guide to renting out your French holiday home. | Advice & tips for living & working in France

PUBLISHED: 11:41 07 January 2020 | UPDATED: 12:01 07 January 2020

The France holiday experience is set to get even better for holiday home owners and their guests. Picture: Brittany Ferries

The France holiday experience is set to get even better for holiday home owners and their guests. Picture: Brittany Ferries

Archant

One of Britain’s biggest cross-Channel travel companies is offering holiday home owners in France the chance to make extra income with a choice of rental models.


A luxury cottage for couples in Poitou Charentes. Picture: Brittany FerriesA luxury cottage for couples in Poitou Charentes. Picture: Brittany Ferries

It may be cold outside – but that’s why singletons, couples and families are already thinking about warmer weather and are now making plans to visit the world’s most visited country: France.

And for the folk lucky enough to own their own properties in France, a leading cross-Channel ferry company is offering great opportunities to make some extra cash by letting out those bijou holiday cottages, gites and villas.

A family friendly holiday let in rural Normandy. Picture: Brittany FerriesA family friendly holiday let in rural Normandy. Picture: Brittany Ferries

With decades of experience connecting the UK and France, Brittany Ferries is one of Britain’s biggest travel companies, and it offers holiday home owners in France a choice of lettings options:

The Managed Letting Service – offers French properties to rent as part of a ferry inclusive holiday package. The holiday homes are listed both online and in the company’s Cottage and Village Holidays brochure, and Brittany Ferries takes a mark-up on sales.

Holiday France Direct – an online service which looks after marketing the holiday property, while the owner is responsible for advertising. It’s comparable to the Airbnb concept. Guests and owners also qualify for a 20pc discount on travel with Brittany Ferries. There are two ways of advertising the holiday property: QuickBook, a popular pay-per-booking system, or a set annual fee.

“Our main areas of activity are Brittany, Normandy, the Loire and the Charente, but we accept bookings from all over France and Spain and Portugal as we also sail to Santander and Bilbao,” says Laura Habgood, Brittany Ferries Campaign Coordinator. “Our holiday home owners in France and Spain have two easy-to-manage options, depending on the level of control that they want, while both have proven track records of satisfaction. Both plans have been running for more than 20 years, for example, and we currently have over 3000 properties on the Holiday France Direct website.”

Working with either the Managed Letting Service or Holiday France Direct allows the owner to set the rental rate of their property – something that sets Brittany Ferries apart.

Laura adds: “Whether you choose to rent your property through the Managed Lettings Service or Holiday France Direct, you’ll have the help of a team of experienced advisors specialising in your region of France. And there are no hidden agent’s fees.”

Now, with plans to expand Brittany Ferries’ cross-Channel fleet fuelled by environmentally-friendly liquefied natural gas and scheduled investment in state of the art technology for passengers, the France holiday experience is set to get even better for holiday home owners and their guests.

For more information on the Managed Letting Service, visit www.brittanyferries.co.uk/holidays or to find out more about Holiday France Direct, see www.holidayfrancedirect.co.uk

Source link

Les démocrates qui briguent la Maison-Blanche

Qui sont les candidats qui s’apprêtent à s’affronter dans la course à l’investiture du parti démocrate en vue de la présidentielle de 2020 aux États-Unis? On fait le point.

Tous n’ont qu’une idée en tête: priver Donald Trump d’un second mandat à la Maison-Blanche. Avant cela, il leur faudra d’abord remporter la course à l’investiture démocrate qui débutera le 3 février 2020 dans l’Iowa.

Quelques poids lourds du parti se sont lancés dans l’aventure, comme l’ancien vice-président Joe Biden, le sénateur du Vermont Bernie Sanders et la sénatrice Elizabeth Warren. D’autres sont bien moins connus, mais y croient, ou espèrent au moins imposer une partie de leur programme à celui ou celle qui défendra les couleurs démocrates face à Donald Trump le 3 novembre 2020. Qui sont ces candidats bien décidés à en découdre?

Michael Bennet (55 ans, sénateur du Colorado)

©REUTERS

Début avril, ce sénateur du Colorado depuis 2009 annonçait souffrir d’un cancer de la prostate. Le 19 du même mois, il déclarait avoir terminé son traitement après une opération réussie. Et le 1er mai, il lançait sa candidature en plaçant notamment les soins de santé au cœur de sa campagne.

Sa principale réalisation: C’est lui qui a dirigé la campagne démocrate pour les élections de mi-mandat au Sénat en 2014, une expérience qui lui a permis de se faire connaître en dehors du Colorado, même s’il continue à ne jouir que d’une notoriété toute relative.

Ses forces: Ce centriste a remporté deux élections sénatoriales (dont la première sans jamais avoir été élu à un poste politique) dans un État-clé pour la présidentielle.

Ses faiblesses: Il a fait fortune en tant que directeur de la société Anschutz Investment, basée à Denver, à la fin des années 90 et au début des années 2000, un passé qui pourrait jouer en sa défaveur auprès des électeurs démocrates les plus à gauche. Son soutien à la construction de l’oléoduc Keystone XL fait également tache au moment où la cause climatique s’est imposée dans quasi tous les programmes électoraux démocrates.

Joe Biden (77 ans, ancien vice-président des États-Unis)

©REUTERS

C’est le grand favori à l’investiture du parti démocrate, raison pour laquelle, le camp Trump a fait pression sur les autorités ukrainiennes pour qu’elles enquêtent sur ses activités et celles de son fils Hunter en Ukraine. L’ancien sénateur du Delaware aura mis des mois à sortir du bois, mais tout le monde l’attendait. Avant même de s’être déclaré, il caracolait d’ailleurs en tête des sondages. Et pourtant, ses deux premières tentatives (en 1988 et 2008) s’étaient soldées par de cuisants échecs.

Sa principale réalisation: Il a été le vice-président de Barack Obama de 2008 à 2016. Les deux hommes ont formé une équipe soudée et Biden aura été un soutien de taille dans pas mal de dossiers délicats, qu’il s’agisse de la guerre en Irak, de la gestion de la crise financière de 2008 ou des batailles budgétaires avec les républicains du Congrès.

Ses forces: C’est le candidat qui a le plus d’expérience législative et exécutive, et de loin. Originaire de Pennsylvanie, il reste très populaire dans la “rustbelt” qui avait tourné le dos aux démocrates et voté pour Donald Trump en 2016.

Ses faiblesses: Âgé de 77 ans et présent en politique depuis 45 ans, il pourrait se heurter à l’envie de renouveau exprimée par de nombreux électeurs, en particulier les plus jeunes. Il fait partie d’une génération de politiciens qui avaient l’habitude de franchir les barrières partisanes, ce qui ne plaît pas aux plus progressistes. Plusieurs femmes l’ont accusé d’avoir eu un comportement déplacé avec elles, ce qui pourrait le hanter à l’heure du mouvement #MeeToo.

Michael Bloomberg (77 ans, ancien maire de New York)

©AFP

Il se sera drapé des couleurs républicaines et démocrates au cours de sa carrière politique, mais c’est bien en tant que démocrate que le milliardaire new-yorkais espère battre le fer avec Donald Trump… à condition de remporter l’investiture du parti. Il compte bien utiliser son immense fortune pour tenter de se débarrasser de ses rivaux démocrates. De fait, il a dépensé 35 millions de dollars en spots télévisés rien que pour lancer sa candidature. 

Sa principale réalisation: En tant que maire (de 2002 à 2013), il a œuvré au redressement de la ville de New York après les attentats du 11 septembre 2001. 

Ses forces: Il n’aura pas de problème pour financer sa campagne. Ses combats pour la cause climatique, contre les armes à feu et le fait qu’il se soit engagé à donner au moins la moitié de sa fortune à des bonnes causes pourrait lui attirer des sympathies auprès des jeunes, même s’il représente une ancienne génération de politiciens.  

Ses faiblesses: Son soutien à une police musclée lorsqu’il était maire de New York – il était en faveur du programme “stop and frisk” qui s’était traduit par de nombreuses arrestations arbitraires de minorités ethniques – pourrait lui être reproché. Son opportunisme politique aussi, ainsi que ses accointances avec les milieux d’affaires dont il est issu. Enfin, il fait partie de la vieille garde politique.

Cory Booker (50 ans, sénateur du New Jersey)

©AFP

Déjà en tant que maire de Newark, Booker était considéré comme l’étoile montante du parti démocrate. Hillary Clinton avait même envisagé d’en faire son colistier en 2016. Ces dernières années, il a renforcé sa stature politique dans les rangs de la commission des Affaires judiciaires du Sénat. Il s’y est notamment distingué par sa combativité pendant les auditions de Brett Kavanaugh, candidat de Donald Trump à la Cour suprême, en 2018.  

Sa principale réalisation: Il est l’un des architectes de la réforme de la justice pénale américaine promulguée en décembre 2018 par le président Trump. Cette réforme vise notamment à désengorger les prisons américaines en réduisant les peines pour délits mineurs qui touchent de façon disproportionnée les minorités.

Ses forces: C’est un excellent orateur, parfois comparé à Barack Obama. En tant qu’Afro-Américain pourfendeur des inégalités raciales, il pourrait séduire les minorités dont le poids électoral pèse de plus en plus lourd. Il affiche un très bon bilan en tant que maire de Newark (2006-2013), même si certains l’accusent d’avoir surtout utilisé ce poste comme tremplin vers la scène politique nationale.

Ses faiblesses: Ses liens passés avec Wall Street et l’industrie pharmaceutique, ainsi que son profil plutôt centriste, pourraient lui jouer de mauvais tours au moment où le parti semble opérer un virage à gauche.

Pete Buttigieg (37 ans, maire de South Bend (Indiana))

©AFP

Même s’il n’était absolument pas connu du grand public, Pete Buttigieg a affiché, d’entrée de jeu, l’image d’un candidat ambitieux et décomplexé, ce qui lui a plutôt bien réussi. Il plaide notamment pour une réforme du système électoral américain qui passerait par l’abandon du collège électoral. Il a également estimé que la jeune génération devait fixer son propre agenda politique et cesser de subir celui des plus anciens que ce soit en matière climatique, concernant le contrôle des armes à feu ou au niveau de la fiscalité.

Sa principale réalisation: Il a été élu maire de South Bend en 2011, alors qu’il n’avait que 29 ans. Le taux de chômage de cette petite ville post-industrielle a été réduit de moitié sous sa direction grâce à d’ambitieuses politiques de redynamisation économique.

Ses forces: Il a un profil plutôt unique qui le distingue des autres candidats. Diplômé de Harvard et d’Oxford, c’est l’intellectuel du lot, ce qui pourrait ne pas forcément être un avantage. Mais lorsque David Axelrod, l’un des plus proches conseillers du président Obama, vous qualifie de brillant, ce n’est pas rien. Buttigieg est également un vétéran de la guerre d’Afghanistan et il serait le premier candidat ouvertement homosexuel à défendre les couleurs de l’un des deux grands partis.

Ses faiblesses: Le fait qu’il n’ait que 37 ans (soit à peine plus que l’âge minimum requis pour briguer la Maison-Blanche) et n’a d’expérience politique qu’à un niveau local, ne plaide pas en sa faveur. Il pourrait aussi être vu comme trop sérieux

Julian Castro (44 ans, ancien secrétaire au Logement dans l’administration Obama)

©Photo News

Même s’il a occupé un poste au sein de l’administration Obama, Castro n’est pas très connu. Il faut dire qu’il était à la tête du ministère du Logement, qui n’est pas le plus visible. Il a immédiatement joué la carte latino en faisant l’annonce de sa candidature en anglais et en espagnol. Il s’est engagé à ramener les États-Unis dans l’accord de Paris sur le climat dès son arrivée à la Maison-Blanche.

Sa principale réalisation: En tant que maire de San Antonio, il a mis en place un système favorisant la scolarisation dès les maternelles. Il a financé sa mesure à l’aide d’une hausse marginale de la TVA. Il était à l’époque l’un des plus jeunes maires du pays.

Ses forces: Petit-fils d’immigrés mexicains, cela fait des années qu’il se bat pour un système d’immigration plus humain et prévoyant notamment la possibilité pour les immigrés clandestins d’accéder à la citoyenneté américaine, ce qui devrait séduire l’aile progressiste du parti.

Ses faiblesses: Considéré un temps comme l’étoile montante du parti démocrate – il avait fait un discours à la convention démocrate de 2012 – il est tombé dans l’oubli depuis l’arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche. Le fait qu’il n’ait jamais siégé au Congrès n’aide pas non plus à le placer sur le radar des électeurs. 

John Delaney (56 ans, ancien député du Maryland)

©Photo News

En annonçant sa candidature en juillet 2017, il a battu le record de la campagne lancée le plus tôt dans le calendrier électoral. L’objectif de la manœuvre était d’avoir le temps de se faire connaître du grand public, notamment dans l’Iowa et le New Hampshire, les États lançant traditionnellement le bal des primaires. Il s’est engagé à rassembler les Américains autour d’objectifs communs, dont la nécessité d’adapter l’économie américaine aux défis technologiques du 21e siècle.

Sa principale réalisation: Il a fondé deux entreprises financières à succès (Health Care Financial Partners en 1993 et CapitalSource en 2000), devenant même le plus jeune CEO d’une société cotée sur le NYSE.

Ses forces: Son succès dans les affaires alors qu’il vient d’un milieu modeste est le genre de success story dont les Américains raffolent, quelle que soit leur orientation politique.

Ses faiblesses: Même s’il siège à la Chambre des représentants depuis 2013, il n’est pas du tout connu du grand public ni même pris au sérieux. Son profil plutôt centriste et le fait qu’il ait travaillé avec les républicains sur plusieurs dossiers (enseignement, taxes, infrastructures) pourraient le disqualifier.

Tulsi Gabbard (38 ans, députée d’Hawaï)

©REUTERS

Cette vétérane de la guerre en Irak, qui se bat désormais contre l’interventionnisme militaire américain, est la candidate la plus controversée du lot. Même si elle a défendu des politiques progressistes ces dernières années (hausse du salaire minimum, soins de santé universels, politiques climatiques ambitieuses), il faudrait un miracle pour que sa candidature ne sombre pas immédiatement.

Sa principale réalisation: Elle était considérée comme une étoile montante du parti après avoir décroché un siège de députée d’Hawaï en 2012 alors qu’elle avait débuté la campagne des primaires très loin dans les sondages. Le président Obama avait soutenu sa candidature à l’époque et elle avait pris la parole à la convention démocrate de 2012.

Ses forces: Elle avait démissionné de son poste de vice-président du parti démocrate pour soutenir la candidature de Bernie Sanders en 2016, ce qui pourrait plaire à l’aile anti-establishment du parti. De père Samoan, elle représente le nouveau visage du parti, plus féminin et diversifié.    

Ses faiblesses: Elle a suscité la polémique en tenant des propos homophobes et en affichant des positions anti-musulmanes dans le passé (elle s’en est excusée depuis). Elle a même soutenu le président syrien Bachar El Assad, qu’elle voit comme un rempart contre le terrorisme islamiste, et l’a rencontré en Syrie en janvier 2017, s’aliénant ainsi une grande partie de la classe politique.

Amy Klobuchar (59 ans, sénatrice du Minnesota) 

©AFP

Klobuchar a facilement remporté un troisième mandat de sénatrice du Minnesota en novembre 2018, mais c’est donc la Maison-Blanche qu’elle brigue désormais. Faisant partie , elle affiche un visage plus rassembleur que la plupart de ses rivaux démocrates. Ce qui ne l’a pas empêché de s’engager à ramener les États-Unis dans l’accord de Paris sur le climat “au premier jour” de sa présidence. 

Sa principale réalisation: Elle s’est fait connaître du grand public pendant les auditions de Brett Kavanaugh, juge à la Cour suprême, devant le Sénat en lui menant la vie dure sans jamais perdre son sang-froid.

Ses forces: Elle fait partie des membres les plus prolifiques et les moins antagonistes du Sénat, n’hésitant pas à franchir les barrières partisanes du Congrès pour obtenir des résultats. Elle est très populaire dans les régions minières du Minnesota et pourrait ramener dans les rangs de son parti une partie des électeurs démocrates de la classe ouvrière qui avaient voté Trump en 2016.

Ses faiblesses: Son profil de démocrate modérée ayant régulièrement travaillé avec les républicains pourrait ne pas cadrer avec la montée en puissance de l’aile progressiste du parti.

Deval Patrick (63 ans, ancien gouverneur du Massachusetts)

©AFP

C’est l’un des derniers candidats à être entré dans la course à l’investiture démocrate. Deuxième afro-américain à avoir été élu gouverneur, ce démocrate modéré avait dans un premier temps écarté l’idée de briguer le poste suprême. Mais les doutes affichés par certains au sujet des capacités de Joe Biden à battre Donald Trump auraient finalement contribué à le faire changer d’avis. Il affirme vouloir dépasser le clivage divisant les États-Unis au sujet de leur président pour se concentrer sur l’avenir du pays. Ce proche d’Obama avait officié dans l’administration Clinton en tant que procureur général adjoint en charge des droits civiques. 

Sa principale réalisation: En tant que gouverneur du Massachusetts (de 2007 à 2015), il a mis en œuvre la réforme santé qui avait été élaborée par son prédécesseur, le républicain Mitt Romney (candidat malheureux à la présidentielle de 2012). Il a également réformé le système des pensions de cet État de la Nouvelle-Angleterre. 

Ses forces: Il pourrait faire de l’ombre à Joe Biden auprès des électeurs démocrates modérés et, surtout, le priver des voix de nombreux électeurs afro-américains. Il pourrait d’ailleurs représenter une menace pour les deux autres candidats afro-américains Kamala Harris et Cory Booker. 

Ses faiblesses: Il est entré très tard dans la course et n’a donc pas pu se faire un nom sur la scène nationale grâce aux débats de l’automne, ni se constituer une équipe de campagne aussi solide que certains de ses rivaux. Son passé au sein de la société d’investissement Bain Capital (fondée par Mitt Romney) pourrait ternir son image. 

Bernie Sanders (78 ans, sénateur du Vermont)

©AFP

En 2016, il avait tenu la dragée haute à Hillary Clinton pendant la course à l’investiture démocrate avec des discours anti-establishment qui lui avaient valu le soutien de millions de jeunes. Certains lui ont reproché d’avoir ensuite privé Hillary Clinton de précieuses voix pendant l’élection présidentielle et d’avoir ainsi contribué à la victoire de Donald Trump.

Sa principale réalisation: Il a sérieusement fait pencher la balance du parti démocrate à gauche. Ses promesses électorales de 2016 (soins de santé universels, relèvement du salaire minimum à 15 dollars par heure, enseignement supérieur public gratuit) ont été reprises en cœur par de nombreux démocrates, même ceux qui n’avaient pas forcément une étiquette progressiste jusque là.   

Ses forces : C’est l’un des candidats les plus connus. Il continue à jouir du soutien de nombreux petits donateurs, comme en 2016. En à peine 24 heures, il avait déjà récolté 6 millions de dollars pour financer sa campagne électorale. Il dispose d’équipes de campagne aux quatre coins du pays. Ses talents d’orateurs continuent à faire mouche auprès des jeunes.

Ses faiblesses : Il n’est pas populaire auprès de l’électorat noir et a dû s’excuser suite à des accusations de harcèlement sexuel qui ont pesé sur plusieurs membres son équipe de campagne en 2016. La plupart des autres candidats ont repris à leur compte plusieurs éléments de son programme électoral le privant ainsi de l’originalité qui avait fait sa force en 2016. Enfin, c’est le candidat le plus âgé du lot.

Tom Steyer (62 ans, homme d’affaires)

©AFP

Ces dernières années, ce milliardaire était devenu le plus gros donateur du parti démocrate. Après s’être surtout battu pour les causes climatiques et environnementales et avoir injecté des millions de dollars dans une campagne appelant à la destitution du président Trump, Tom Steyer a créé la surprise en juillet 2019 en annonçant sa candidature à la présidentielle. Quelque mois plus tôt, il avait en effet exclu de se lancer dans l’aventure.  

Sa principale réalisation: Il a fondé en 1986 le fonds d’investissements alternatifs Farallon Capital. Il a quitté la société en 2012, alors qu’elle était devenue l’un des plus gros fonds d’investissements du pays, pour se consacrer à ses activités philanthropiques, et surtout, à la promotion de thèmes qui lui tiennent à cœur, comme le climat et l’implication des jeunes en politique.  

Ses forces: L’engagement de Steyer pour la cause climatique et environnementale ne date pas d’hier et pourrait plaire à la frange progressiste du parti. Sa fortune est un atout indéniable et il compte bien la mettre à contribution. Peu après s’être présenté, il a déclaré, en effet, qu’il comptait dépenser au moins 100 millions de dollars pour sa campagne. 

Ses faiblesses: Il n’a aucune expérience en politique et est entré dans la course sur le tard, alors que les équipes de campagne de ses rivaux étaient déjà bien établies. Son activisme pourrait ne pas lui attirer autant d’électeurs progressistes qu’il le souhaite. Non seulement, il garde l’image d’un milliardaire qui fut en son temps proche de Wall Street. Mais surtout, les électeurs pourraient lui reprocher une certaine hypocrisie sur les questions environnementales alors que Farallon Capital avait notamment investi dans le secteur du charbon sous sa direction.

Elizabeth Warren (70 ans, sénatrice du Massachusetts)

©EPA

En 2016, elle avait préféré passer son tour dans la course à la Maison-Blanche, l’aile gauche du parti étant déjà représentée par le sénateur du Vermont Bernie Sanders. Cette fois, elle aura été l’une des premières à franchir le pas. Elle a placé sa campagne sous le signe de la lutte contre un système politique corrompu, inféodé aux riches et aux grandes entreprises. Autre thème central de sa campagne: la mise en place d’un système santé universel, même si elle a un peu réduit la voilure à ce sujet après avoir suscité des inquiétudes sur la faisabilité de son projet, jusque dans son propre camp.

Sa principale réalisation: Experte du droit des faillites (qu’elle a enseigné à Harvard), elle a participé à la création de l’Agence financière de protection des consommateurs en 2010 en collaboration étroite avec l’administration Obama.

Ses forces: C’est une travailleuse acharnée, elle est perfectionniste et dispose d’une solide équipe de campagne. Warren est l’un des porte-drapeaux de la lutte anti-Trump au sein du parti démocrate. Le président en a d’ailleurs fait l’une de ses cibles privilégiées.

Ses faiblesses: Très à gauche du parti, elle aura du mal à rassembler l’électorat démocrate autour de sa candidature. Son entêtement à jouer sur ses lointaines origines amérindiennes – le président Trump l’appelle “Pocahontas” – en avait irrité plus d’un. Mise sous pression pour définir le cadre et le financement du système de santé universel qu’elle souhaiterait mettre sur pied, elle avait finalement publié à l’automne un plan détaillé de ses promesses électorales qui n’a pas convaincu les foules. 

Marianne Williamson (67 ans, auteure)

©AFP

Ce n’est pas la première fois que Marianne Williamson tente sa chance en politique. Elle avait brigué, sans succès, un siège de députée de Californie en 2014. À l’époque, elle s’était présentée comme candidate indépendante. Cette fois-ci, c’est donc en tant que démocrate que Williamson s’est lancée avec des idées sortant parfois franchement des sentiers battus. Elle prône notamment une politique de réparation envers la communauté noire pour les torts subis sous l’esclavagisme.

Sa principale réalisation: Elle a écrit une douzaine de livres sur la spiritualité, dont la plupart ont connu un gros succès en librairie.  

Ses forces: Elle est charismatique et sait comment toucher les gens. Le soutien qu’elle a apporté aux homosexuels atteints du VIH dès le début des années 80, à une époque où ils étaient stigmatisés de toutes parts, pourrait lui valoir le soutien de la communauté LGBT.

Ses faiblesses: Même si elle s’est fait un nom en tant que “coach spirituelle” proche de plusieurs célébrités (à commencer par Oprah Winfrey), elle n’est pas du tout connue du grand public. Et elle n’a aucune expérience en politique.

Andrew Yang (44 ans, entrepreneur)

©AFP

Ce fils d’immigrés taïwanais défend un programme plutôt original. Yang propose, par exemple, de verser un revenu universel de 1.000 dollars par mois à tous les Américains âgés de 18 à 64 ans. La mesure serait financée par une hausse des impôts sur les high-techs. Il suggère également de porter à 4 millions de dollars le revenu annuel du président des États-Unis qui devrait, en contrepartie, s’engager à ne pas donner de discours rémunérés une fois qu’il a quitté la Maison-Blanche. Il se dit prêt à ne pas profiter de cette hausse salariale s’il était élu.

Sa principale réalisation: Il a fondé Venture for America, une organisation qui vise à redynamiser les villes américaines de taille moyenne en formant de jeunes diplômés à la création d’entreprises et en les encourageant ensuite à y lancer des start-ups.  

Ses forces: Il évoque beaucoup les effets destructeurs de l’automatisation du travail, ce qui pourrait parler à une partie des démocrates de la classe ouvrière qui avaient été séduits par les discours de Trump en 2016.

Ses faiblesses: Il n’est pas du tout connu du grand public et n’a aucune expérience en politique. Il évalue lui-même à 200 contre 1 ses chances de remporter la présidentielle américaine. Il trouverait d’ailleurs “fantastique” que quelqu’un comme Joe Biden se fasse élire en lui volant ses idées.

Source link