Coronavirus: 10 questions sur les restrictions de voyage

Depuis le 18 mars 2020 et jusqu’au 5 avril 2020, les voyages à l’étranger non essentiels sont interdits. Le 14 mars, le SPF Affaires étrangères conseillait déjà, sur son site web, de reporter tous les voyages à l’étranger afin d’éviter de se retrouver bloqué à l’étranger. “Tant de pays adoptent des mesures de quarantaine ou ferment leurs frontières qu’un franchissement normal de celles-ci ne peut être garanti”, justifie le service public fédéral. 

En outre, les compagnies aériennes réduisent de plus en plus drastiquement le nombre de leurs vols. Ainsi, Ryanair s’attend à maintenir au sol la plupart de ses appareils et n’exclut pas d’immobiliser l’intégralité de sa flotte. En outre, Brussels Airlines a annoncé que tous ses vols sont suspendus entre le 21 mars et le 20 avril. “Les clients qui ont réservé un vol pour cette période auront la possibilité de le reporter à une date ultérieure.” (voir les détails à la question 4).

Toutes ces nouvelles amènent un lot de questions pour les (futurs) voyageurs. Voici quelques réponses.

1. Je suis actuellement à l’étranger, que dois-je faire?

D’après le SPF Affaires étrangères, “les personnes se trouvant actuellement à l’étranger doivent en premier lieu s’adresser aux autorités locales, à leur agence de voyages, à leur tour-opérateur ou à leur compagnie aérienne, pour assistance.

La situation varie d’un pays à l’autre. Par exemple, TUI indique sur son site: “Pour les vacanciers qui séjournent actuellement à l’étranger, TUI fly continuera à effectuer les vols retour vers la Belgique. Chaque voyageur sera informé personnellement dans les plus brefs délais.” De son côté, depuis le 17 mars 2020, Club Med indique: “Nous affrétons spécifiquement des avions pour rapatrier nos clients au Maroc, en République Dominicaine ou sur d’autres territoires, avec un accompagnement tout particulier.




Les personnes qui souhaitent rentrer plus tôt de vacances peuvent le faire dans la mesure où des sièges sont disponibles sur les vols retour.

TUI

Communiqué du 18 mars 2020

Si aucune solution ne peut être trouvée et en cas d’urgence, le centre de crise ainsi que les ambassades et consulats fournissent une assistance consulaire aux Belges à l’étranger qui rencontreraient des problèmes.

Le SPF Affaires étrangères a d’ailleurs activé un numéro d’urgence destiné aux Belges actuellement à l’étranger qui rencontrent des problèmes dus à la crise provoquée par le coronavirus. La ligne téléphonique leur permettra, dans la mesure du possible, d’obtenir une assistance consulaire. Le centre d’appel est joignable de 9h à 20h heure belge au 02/501.4000.

La ligne d’appel est destinée aux situations d’urgences à l’étranger, insiste le ministère.

2. Je dois quand même partir à l’étranger, quels sont les conseils?

De plus en plus de pays imposent des restrictions aux personnes qui voyagent depuis la Belgique et, plus globalement, depuis l’Europe. Cela mène à des interdictions d’entrée, comme aux États-Unis, et à la mise en quarantaine des voyageurs à leur arrivée, comme à Pékin.

©BELGA

Autrement dit, peu importe la destination, les voyageurs peuvent devoir rester plus longtemps que prévu sur place et, par conséquent, un retour rapide en Belgique n’est plus du tout garanti. Les Affaires étrangères demandent dès lors aux personnes qui doivent quand même partir à l’étranger de bien s’informer quant à l’accessibilité de leur destination et surtout sur la possibilité de rentrer sur le plancher des blancs-bleus-belges.

En outre, les Affaires étrangères soulignent qu’un séjour prolongé forcé peut avoir des conséquences financières et médicales. Il est préconisé de vérifier si les assurances offrent les garanties suffisantes pour une hospitalisation à l’étranger.

Enfin, elles demandent aux Belges de suivre strictement les instructions des autorités locales et de consulter en permanence les avis de voyage des Affaires étrangères.

3. Quid si j’ai réservé un voyage à forfait?

Depuis que les Affaires étrangères ont déconseillé tout voyage à l’étranger, les tour-opérateurs se concentrent sur le rapatriement des touristes belges qui pourraient être coincés hors des frontières (voir question 1). “On y travaille très dur”, a commenté Pierre Fivet, le porte-parole de l’ABTO, la “Belgian Association of Travel Organisers”.

Pour les voyageurs qui devaient partir prochainement, l’ABTO signale qu’ils peuvent toujours prendre contact avec l’organisateur de leur voyage. Quant à ceux qui doivent partir cet été ou même durant les vacances de Pâques, il leur est conseillé de laisser du temps à leur tour-opérateur afin qu’il examine la situation. Ceci dit, ce 18 mars 2020, la ministre de l’Économie Nathalie Muylle (CD&V) a pris des mesures économiques pour guider au mieux le secteur du voyage et les organisateurs d’événements à travers la crise.

Désormais, en cas d’annulation d’un voyage de groupe, les organisateurs peuvent émettre un bon d’échange. Si un événement est reporté à une date ultérieure, les organisateurs ne devront rembourser le client que si celui-ci peut prouver qu’il est réellement dans l’impossibilité de voyager à cette nouvelle date. “Il s’agit de mesures exceptionnelles qui devraient empêcher de nombreuses entreprises d’aller trop loin et de compromettre la future fourniture de services aux consommateurs. Je ne saurais trop insister sur le fait que ces mesures sont également dans l’intérêt des consommateurs”, déclare la ministre Muylle.

Voici néanmoins ce qui était déjà prévu chez certains voyagistes.

• TUI: tous les voyages (même ceux en voiture et les citytrips) sont annulés jusqu’à nouvel ordre. “À bord des vols aller, il n’y aura donc aucune personne ayant réservé un voyage à forfait. Quant aux clients qui ont réservé uniquement un billet d’avion, ils pourront prendre ce vol. Cependant, TUI ne peut leur garantir qu’ils pourront ensuite rentrer au pays avec le vol retour qu’ils avaient réservé.” TUI indique, par ailleurs, qu’il ne remboursera pas les réservations, mais fournira à ses clients un bon grâce auquel ils pourront réserver d’autres vacances

©BELGA

• Club Med: tous les séjours au départ de la Belgique ou de la France jusqu’au 15 avril vers toutes les destinations sont reportés. “Votre dossier est en cours d’annulation et vous recevrez prochainement une mise à jour de votre contrat, et l’intégralité des sommes que vous avez versées sera portée au crédit de votre compte client, que vous pourrez utiliser pour un nouveau séjour au plus tard le 30 avril 2021 (date de fin de séjour).”

• Sunweb: tous les séjours sont annulés jusqu’au 6 avril. “Chaque client recevra par e-mail la valeur exacte des sommes qu’il a versées dans le cadre du séjour annulé sous la forme d’un bon d’achat valable pour de prochaines vacances, à réaliser entre le 1er mai 2020 et le 30 avril 2021, vers la destination Sunweb de son choix, au soleil ou aux sports d’hiver.”

4. Et si j’ai juste réservé un ticket d’avion ou un billet de train?

Vérifiez quand même ce qui est prévu par votre transporteur. Par exemple, dans le cas de Brussels Airlines, la compagnie indique ceci: “Notre Service Centre, tant au téléphone que via les réseaux sociaux, est pour l’instant saturé. Nous vous demandons donc explicitement de ne nous contacter que si vous devez prendre l’avion dans les 4 jours à venir. Nous pourrons ainsi aider en priorité les passagers qui ont besoin de notre aide de toute urgence. Pour tous les autres passagers : vous avez jusqu’au 1er juin pour nous contacter afin de modifier votre billet. Ainsi, vous n’êtes pas obligés de nous contacter immédiatement par téléphone. Votre nouveau vol peut avoir lieu jusqu’à un an après la date d’achat de votre billet initial (le 31 décembre 2020 au plus tard). Outre vos dates de voyage, vous pouvez également modifier votre lieu de départ et votre destination.

©BELGA

En ce qui concerne les autres moyens de transport, prenez contact avec le transporteur en question. Notez que certains d’entre eux ont déjà annoncé la couleur sur leur plateforme.

• Par exemple, Thalys, qui a réduira son offre de 50% mercredi puis de 25% ce jeudi, a prévu des mesures commerciales exceptionnelles. Premièrement, l’échange ou le remboursement sans frais de tous les billets Thalys pour des voyages du 10 mars au 30 avril 2020. Deuxièmement, pour les voyages en mai et juin, l’échange ou le remboursement sans frais jusqu’à 30 jours avant le départ. Concrètement, àpartir de jeudi, Thalys ne prévoit que quatre aller-retour Paris-Bruxelles et deux aller-retour entre Paris et les Pays-Bas (avec des arrêts en Belgique), ainsi que deux aller-retour entre Paris et l’Allemagne (avec des arrêts en Belgique). Les trains vers Marne-La-Vallée et Paris-Charles de Gaulle ainsi que les trains Izy sont supprimés.

• Même topo du côté de la SNCF. Les billets sont échangeables et remboursables sans frais avant le départ pour des voyages jusqu’au 30 avril 2020. “Après le départ, si vous n’avez pas pu procéder à l’échange ou au remboursement en amont du voyage, demandez votre remboursement via ce lien.”

5. Quid si j’ai réservé un logement moi-même?

Il n’y a pas de réponse généralisée. Que vous ayez réservé une chambre dans un hôtel ou un logement via une plateforme de réservation quelconque, il faudra prendre directement contact avec cette plateforme et voir ce qui est prévu.

Selon le témoignage d’un membre de notre rédaction qui a voulu annuler une réservation en France via Booking, il n’y a pas de remboursement prévu. Par contre, cette plateforme offre un bon à valoir d’un an exactement du même montant pour une autre réservation.

Autre exemple, Airbnb a pour le moment adapté ses conditions d’annulation pour les voyageurs en provenance ou à destination des régions touchées par le covid-19. Les réservations peuvent être annulées et la plateforme rembourse intégralement les voyageurs qui rentrent dans les conditions, puisqu’il s’agit d’un cas de force majeure. En outre, “les voyageurs qui recherchent des logements dans les zones gravement touchées sont alertés par des bannières de conseils aux voyageurs”, prévient Airbnb.

6. Mon assurance annulation peut-elle intervenir?

Annuler son voyage en raison de l’épidémie de coronavirus ne relève pas d’une assurance annulation standard, affirme Assuralia, l’union professionnelle des entreprises d’assurances. Par exemple, “les épidémies et pandémies ainsi que les mesures de confinement (lockdown) d’un pays ou de régions qui en résultent ou les décisions prises par les pouvoirs locaux d’interdire l’accès à leur territoire ne font pas partie des aléas couverts par notre assurance annulation”, selon les explications d’Europ Assistance.

Si une personne contracte le virus avant le départ, elle tombe bien sous la couverture standard, comme pour d’autres maladies. Attention, certains assureurs proposent une couverture plus large.

7. Quid pour les assurances liées aux cartes bancaires?

De nombreuses cartes de crédit haut de gamme prévoient une garantie annulation. Mais leur couverture n’est pas forcément plus large que les assurances annulation standard. Ici aussi, il y a donc peu de chance qu’une annulation pour cause de coronavirus soit prise en charge. D’ailleurs, ces assurances voyages (assistance ou annulation) sont fortement déconseillées par Patrick Cauwert, le CEO de Feprabel (la Fédération des courtiers en assurances et des intermédiaires financiers). “Les garanties et les couvertures sont limitées. Les clients connaissent mal leur contrat, ils ne savent pas à qui s’adresser en cas de sinistre. C’est généralement dans ce genre de dossier que nous avons le plus de discussions lorsqu’il faut gérer un sinistre.”

8. Et mon assurance assistance?

Les assurances assistance voyage couvrent quant à elles les frais médicaux comme une visite chez le médecin ou une hospitalisation pendant le voyage, pour le coronavirus comme pour les autres maladies ou accidents, précise Assuralia. Certains assureurs couvrent en plus un séjour prolongé à l’étranger ou les frais de rapatriement dans leurs offres standard.

©AFP

Mais quid si le SPF Affaires étrangères prévoit un avis négatif pour une destination? “Dans ce cas, votre assurance ne sera pas valable”, répond Europ Assistance. “Si toutefois l’avis des autorités locales ou du SPF Affaires étrangères déconseille les voyages, sauf les voyages indispensables et que le voyage revêt un caractère essentiel, la couverture sera alors fournie. La raison et la preuve du caractère essentiel du voyage doivent pouvoir être apportées.”

“Les autorités ne donnent pas de définition de ce qu’est le caractère essentiel d’un voyage. Il appartient dès lors au voyageur de décider si le voyage est essentiel ou non (celui-ci peut par exemple avoir des engagements familiaux ou professionnels urgents et incontournables à respecter). Ces circonstances sont différentes pour chaque personne, voyage ou situation.”

9. Mon assurance hospitalisation interviendra-t-elle?

Les personnes hospitalisées peuvent aussi faire appel à l’assurance hospitalisation. Certains assureurs limitent leur intervention à la Belgique, mais d’autres couvrent les cas en Europe ou ailleurs. Si le contrat prévoit une couverture à l’étranger, l’assureur interviendra pour le coronavirus même si la personne s’est rendue dans une zone que les Affaires étrangères identifient comme risquée, précise l’union professionnelle.

10. Puis-je également compter sur ma mutuelle?

Source link

Le coronavirus progresse, la SNCB supprime 90 trains

Les autorités sanitaires ont dénombré 197 nouvelles infections au coronavirus en Belgique, dont 137 en Flandre, 28 en Wallonie et 27 à Bruxelles, a indiqué le SPF Santé publique dimanche matin, qui n’a pas d’information sur le lieu de résidence des cinq dernières personnes testées positives.

Le nombre total de cas confirmés s’élève désormais à 886 dans le pays. Parmi ceux-ci, 163 personnes sont hospitalisées et 33 sous assistance respiratoire. Le SPF s’attend à ce que l’augmentation du nombre de contaminations se poursuive encore dans les prochains jours. 

Depuis le début de la pandémie, 886 cas d’infections au coronavirus ont été détectés.

Depuis samedi, la Belgique recense désormais quatre décès dus au coronavirus sur son territoire. Les quatre victimes du coronavirus en Belgique étaient âgées de 73 à 90 ans. Kes cas d’infections les plus graves concernent des personnes âgées déjà atteintes d’autres maladies, bien que certains trentenaires et quadragénaires soient aussi atteints. La plupart des personnes contaminées appartiennent à la population active et sont âgés de 30 et 60 ans.

“Nous constatons une augmentation du nombre de cas sur notre territoire, qui s’accentuera encore dans les prochains jours. Nous vous rappelons qu’il est très important de rester chez soi dès que l’on est malade (fièvre, toux, problèmes respiratoires, …) et de contacter directement son médecin traitant”, indique le SPF. 

Samedi, le nombre de cas de nouveau coronavirus dans le monde a dépassé les 150.000, dont plus de 5.700 décès dans 137 pays et territoires, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles samedi vers 17h. 5.764 sont décédées dans le monde du Covid19.

Source link

Organiser ses vacances d’été malgré le coronavirus

Les vacances d’été ne sont plus si éloignées que cela, surtout lorsqu’il s’agit de réserver des billets d’avion et une chambre d’hôtel. Mais que faire alors qu’une bonne partie de l’Europe – et du monde – est de plus en plus touchée par la pandémie de coronavirus? Les compagnies aériennes, dont Brussels Airlines et Ryanair, annulent de nombreux vols, essentiellement vers l’Italie. Donald Trump a décidé d’interdire aux ressortissants des 27 pays européens de se rendre aux États-Unis durant 30 jours. C’est donc le flou le plus total pour réserver ses vacances d’été. Où pourra-t-on voyager en toute tranquillité? Que faut-il réserver: un hôtel, une maison de vacances? Et que faire si, in fine, le voyage doit quand même être annulé?

Où (ne pas) partir?

Si, pour l’instant, les Affaires étrangères déconseillent tous les voyages en Italie et en Chine jusqu’à nouvel ordre, et que les États-Unis interdisent l’accès à leur territoire aux Européens temporairement, rien ne dit que d’ici au 1er juillet, la situation ne sera pas rétablie. “Quel que soit le pays ou la destination, nous ne sommes pas en mesure de prédire la situation sanitaire qui y prévaudra cet été”, explique Arnaud Gaspart, porte-parole du SPF Affaires étrangères. 

Le tour-opérateur TUI, qui indique “suivre l’avis du ministère des Affaires étrangères pour toutes les destinations dans le monde”, suit l’évolution de la situation au jour le jour et adapte son offre en fonction de celle-ci.

“Pour les vacances d’été, en dehors de la Chine, je dirais que les vacanciers peuvent réserver partout”, indique de son côté le directeur général Benelux du Club Med, Éric Georges, qui précise qu’”en ce moment, au Club Med, toutes les réservations sont ouvertes pour l’été, sauf en Chine, où les resorts sont fermés depuis le début de l’année”.




Pour les vacances d’été, en dehors de la Chine, je dirais que les vacanciers peuvent réserver partout.

Eric Georges

directeur général Benelux du Club Med

Conclusion: puisqu’il n’existe pas encore, pour cet été, de restriction liée au Covid-19 pour quelconque destination, vous êtes libre à ce jour de réserver où vous l’entendez. 

Quel type de voyage privilégier? 

Reste à savoir s’il vaut mieux partir dans le Sud de la France en voiture et y louer une maison de vacances ou plutôt prendre l’avion pour l’Espagne et loger dans un hôtel. Bien entendu, partir avec votre propre voiture est toujours moins risqué que de réserver des billets d’avion, si votre voyage doit tomber à l’eau. Tout dépendra alors des conditions générales de vente de la compagnie aérienne avec laquelle vous voyagez: si l’annulation rentre dans les critères d’un cas de force majeure ou si c’est uniquement votre choix personnel. Mais, une fois de plus, rien ne dit que la situation concernant la pandémie de coronavirus n’aura pas considérablement évolué dans quelques mois.

Si vous avez déjà réservé  

Pas de panique, pour l’instant les Affaires étrangères n’ont émis aucun avis de voyage lié au Covid-19 au-delà du mois d’avril. Les compagnies aériennes n’ont pas non plus supprimé leurs vols au-delà de cette date, donc votre voyage n’est pas en danger pour le moment. Lisez toutefois dès à présent les conditions de vente et d’annulation liées à vos réservations par précaution. Si la pandémie persiste, cela vous permettra de savoir à quoi vous en tenir en vue d’une éventuelle modification/annulation de votre voyage. 

Actuellement, une grande partie de compagnies aériennes annulent leurs vols à destination de la Chine et de l’Italie. Brussels Airlines a d’ailleurs annoncé cette semaine son chiffre d’affaires. Les prochains mois seraient plus impactés, avec notamment l’annulation de nombreux vols vers l’Italie. La compagnie précise qu’actuellement, en cas d’annulation liée au Covid-19, elle modifie gratuitement la réservation. Les passagers souhaitant être remboursés d’un vol annulé peuvent également l’être. Cependant, les remboursements pour les vols qui ne sont pas annulés ne sont possibles qu’en fonction des conditions tarifaires prévues par votre réservation. 

Côté trains, la SNCF n’envisage pas, pour sa part, de supprimer les trains reliant la France à la Belgique: “Sur les voyages en train TGV INOUI et INTERCITES en mai, juin et ceux de l’été, les billets sont échangeables et remboursables sans frais jusqu’à 30 jours avant le départ”, prévient la compagnie ferroviaire française. Thalys, qui va adapter ses capacités de transport jusqu’à fin avril, n’envisage pas, pour le moment, de réduire son offre pour l’été.




Sur les voyages en train TGV INOUI et INTERCITES en mai, juin et ceux de l’été, les billets sont échangeables et remboursables sans frais jusqu’à 30 jours avant le départ.

Quant à choisir le type d’hébergement dans lequel séjourner, là aussi il est important de prendre connaissance des conditions de vente et d’annulation de votre “hôte”, qu’il s’agisse d’un hôtel, d’un hébergement Airbnb, du Club Med ou si vous êtes passé par un tour-opérateur. Par exemple, Airbnb a pour le moment adapté ses conditions d’annulation pour les voyageurs en provenance ou à destination des régions touchées par le Covid-19. Les réservations peuvent être annulées et la plateforme rembourse intégralement les voyageurs qui rentrent dans les conditions, puisqu’il s’agit d’un cas de force majeure. En outre, “les voyageurs qui recherchent des logements dans les zones gravement touchées sont alertés par des bannières de conseils aux voyageurs”, prévient Airbnb. Au Club Med, par exemple, ce sont les conditions générales de vente qui s’appliquent, indique son patron: “Jusqu’à 45 jours avant le départ, il est possible d’effectuer un changement, en dehors des billets d’avion, en payant très peu de frais. Les vacanciers peuvent facilement choisir de se reloger dans un autre resort du Club Med.” Chez TUI, les conditions générales permettent une “garantie d’échange” qui s’applique jusqu’à 22 jours avant le départ, grâce à quoi le client peut encore changer de destination ou de date de voyage gratuitement. 

→ Conclusion: pensez à réserver vos vacances en toute connaissance de cause, autrement dit: lisez attentivement les conditions de vente et d’annulation, les délais durant lesquels votre annulation ou modification peut être acceptée, ce qui est considéré ou non comme un cas de force majeure et ce qui sera, le cas échéant, effectivement remboursé. Un tour-opérateur ou une compagnie aérienne n’est pas l’autre! 

Quelles assurances? 

Si vous tombez vous-même malade du Covid-19

C’est alors votre assurance annulation qui interviendra dans ce cas – si vous en avez une bien entendu – , puisque l’annulation est liée à votre personne. Mais il faut être effectivement malade pour cela. “Le coronavirus est une maladie, considérée comme toute autre maladie. Donc si l’assuré contracte le coronavirus et doit annuler un voyage, il sera assuré par son assurance annulation“, confirme Laurence Gijs, porte-parole d’AG Insurance. “Mais s’il n’est pas malade et qu’il est mis en quarantaine simplement par précaution, l’annulation d’un voyage n’est pas couverte”, ajoute-t-elle.

Pour vous protéger au maximum au cas où vous devriez tout de même annuler votre voyage, vous pensez sans doute prendre une assurance annulation. Eh bien, ce n’est pas forcément une bonne idée, détrompez-vous, car celle-ci couvre rarement les causes d’annulation extérieures à une personne. Autrement dit, elle vous couvrira en cas de problème de santé, ou en cas d’événement lié à votre personne. “Dans la plupart des cas, l’assurance annulation n’intervient pas en cas d’épidémie”, appuie Marnic Speltdoorn, porte-parole de l’assureur P&V. “Si l’annulation émane de l’opérateur de voyages, soit celui-ci propose une solution similaire au voyage annulé, soit il effectue un remboursement intégral du client. Pour le billet d’avion, tout dépend du type de billet (flexible ou non), et, encore une fois, si c’est la compagnie qui annule, le client est intégralement remboursé. Pour les frais de séjour, chaque hôtel suit sa propre politique: possibilité d’annuler sans frais, remboursement sauf la première nuitée, etc.”, détaille le spécialiste. 

Certaines assurances annulation proposent toutefois des contrats plus étendus qui permettent de couvrir l’annulation, dépendant d’un avis de voyage négatif exprimé par le SPF Affaires étrangères pour la zone concernée, comme c’est le cas actuellement pour la Chine et l’Italie. Ne pensez donc pas annuler un voyage prévu dans une zone où aucun avis de voyage contraire n’a été émis de peur d’être contaminé en espérant être remboursé, car l’assurance annulation ne fonctionnera pas dans ce cas. “Légalement, vous avez la possibilité d’annuler vous-même votre voyage vers une région touchée par le Covid-19 sans frais, mais seulement en cas de force majeure ou de circonstances exceptionnelles touchant votre destination, comme une épidémie. Dans ce cas, un conseil de voyage négatif des Affaires étrangères constitue un prérequis”, indique Marnic Speltdoorn, qui précise “qu’un avis de suivre les instructions des autorités en matière de coronavirus ne correspond pas à un tel conseil, le voyageur qui annule risque dans ce cas de devoir supporter des frais. Un contact avec l’organisateur de voyages est conseillé pour essayer de dégager un compromis”. Sont assimilés à des avis négatifs le fait de “déconseiller d’y aller”, ou de “recommander de ne pas y aller”, ou encore “conseiller de reporter”.




Dans la plupart des cas, l’assurance annulation n’intervient pas en cas d’épidémie.

Marnic Speltdoorn

porte-parole de l’assureur P&V

→ Conclusion: si les Affaires étrangères émettent un conseil de voyage négatif vers certaines zones, vous pouvez annuler votre voyage sans frais s’il s’agit d’un cas de force majeure comme une épidémie, et donc une pandémie. Si ce n’est pas le cas, deux autres scénarios sont possibles: votre opérateur de voyages annule lui-même le voyage et modifie ou rembourse la réservation, ou vous annulez ou modifiez vous-même, mais le remboursement et la modification dépendront des conditions de vente propre à l’opérateur.

Source link

Coronavirus: Is it safe to travel to France? Latest travel advice and updates | Travel

PUBLISHED: 11:11 11 March 2020 | UPDATED: 13:27 13 March 2020

The coronavirus outbreak may affect your French travel plans. Pic: GGuy44/iStock/Getty

The coronavirus outbreak may affect your French travel plans. Pic: GGuy44/iStock/Getty

Archant

Find out the latest holiday advice surrounding the coronavirus and whether it will affect your travel to France


The number of coronavirus cases in France has reached 2,876 (as of 13 March), making it the second most affected European country after Italy. With 138,938 cases worldwide, holidaymakers may be worried about their upcoming travels, but the French government has set out guidelines to hopefully limit the spread of the virus.

Where is the virus in France?

Although there have been cases reported in every region, the most affected area is Grand-Est. Many of those who contracted the virus here were at a religious gathering in Mulhouse, attended by 2,000 people. There are also relatively high numbers of cases in Île-de-France and Hauts-de-France. It’s not just on the mainland, either – Ajaccio in Corsica has also had some new cases of COVID-19.

Mulhouse in France. Pic: Prill/iStock/GettyMulhouse in France. Pic: Prill/iStock/Getty

What is the latest travel advice for France?

The UK government has not advised against travel to France, but in light of the virus, France has banned gatherings of more than 1,000 people, including some festivals, concerts and sporting events. However, health minister Olivier Véran said that a list of events would be drawn up that would be ‘useful to the interest of the nation’.

Among the major events in France to be cancelled are the Paris marathon, Berck-sur-Mer International Kite Festival, the Salon d’Agriculture in Paris and the Fête du Citron in Menton. Check on the event’s website before you travel to check that it is still taking place.

There are no restrictions on flights to and from France from the UK, although those between France and Italy are suffering disruption. In the USA, President Trump has suspended travel between 26 European countries and the US (although US citizens can travel as normal). Ferry transport and Eurotunnel services are so far unaffected. Public transport within France is so far exempt from the gatherings of 1,000 people rule and is running relatively normally.

From Monday 16 March, all schools, universities and creches will be closed under orders from Macron.

Some events in Paris have been cancelled because of the coronavirus outbreak. Pic: Paitre/iStock/GettySome events in Paris have been cancelled because of the coronavirus outbreak. Pic: Paitre/iStock/Getty

Will my holiday to Paris be affected?

In Paris, the Métro is running as normal but some tourist attractions are affected. The Louvre, the most visited museum in the world, is restricting entry to those who have already reserved a ticket online or people who normally get free entry. Sporting events in the city have also been hit, with the Paris Saint-Germain versus Borussia Dortmund Champion’s League match on 11 March ordered to be played behind closed doors. At Disneyland Paris, a staff member tested positive for coronavirus and it has been announced that the theme park will close at end of business on Sunday 15 March until the end of the month.

Where can I find more information?

The French Ministry for Europe and Foreign Affairs has useful information about the virus for visitors to France in English. There is even more information on the French government’s website (in French).

More articles you may be interested in…

How to find a GP in France

Source link

Vous avez réservé un voyage aux Etats-Unis?

A partir de ce samedi, plus aucun vol ne reliera l’Europe aux États-Unis. Que faire si vous avez réservé un vol pour les États-Unis ou si vous y êtes coincé?

1. Vols

En vertu du droit européen, les voyageurs dont les vols à destination ou retour des États-Unis sont annulés verront leurs vols reportés. Mais étant donné le peu d’alternatives, ces voyageurs pourront demander un remboursement complet des billets.

2. Hôtels 

Si vous ne pouvez pas vous rendre à destination parce que les vols ont été annulés ou si vous avez décidé de ne pas voyager, vous devez vérifier les conditions d’annulation de votre hôtel ou résidence de vacances, car celles-ci diffèrent d’une structure à l’autre. Certaines plateformes de réservation proposent des options d’annulation, mais ce n’est pas une règle générale.

3. Travail

Si vous êtes attendu au travail mais que vous restez bloqué aux États-Unis, il s’agit alors d’un cas de force majeure. Votre contrat de travail sera suspendu et, en tant qu’employé, vous êtes “légalement absent”, mais vous n’êtes pas payé. Dans de rares cas votre employeur peut décider de vous payer de sa propre initiative. Autrement, vous pouvez convenir de prendre des jours de congé sur la période d’absence afin d’être toujours payé. Vous pouvez aussi demander à l’Onem des prestations pour chômage temporaire – dont le montant est comparable à l’allocation de chômage classique – pour cause de force majeure.

Source link

Quelles conséquences pour Brussels Airport et Brussels Airlines de l’interdiction de débarquer aux USA?

Donald Trump a annoncé l’interdiction, dès ce weekend, de l’entrée de tous les voyageurs en provenance d’Europe sur le sol américain. Chaque jour, 6 vols partent de Brussels Airport vers les États-Unis, dont au moins un vol opéré par Brussels Airlines.

Avis de tempête sur le secteur du tourisme. Ce jeudi matin, les actions des compagnies aériennes européennes décrochaient: l’action Air France KLM

ouvrait en recul de 15%, Lufthansa

de 9%, IAG

de 8,4%, Ryanair

de 8% et EasyJet

de 7%. Le compartiment dans son ensemble baissait de 8%.

À l’origine de cette débandade: la pandémie de coronavirus, mais surtout la décision du Président Trump d‘interdire l’accès au territoire américain des ressortissants de 26 pays européens. L’interdiction commencera ce vendredi à minuit pour une durée de 30 jours. À noter que les citoyens du Royaume-Uni échappent à cette mesure, tout comme les ressortissants américains et les résidents permanents.

20%

des vols

Aujourd’hui, globalement 20% des vols sont annulés à Brussels Airport. Les vols vers l’Italie représentent 70% de ces annulation, les autres touchent particulièrement des vols business.

Ce jeudi, les 11 vols prévus à Brussels Airport (5 à l’arrivée, 6 au départ) ont été opérés normalement. Les autorités aéroportuaires n’ont, par ailleurs, encore reçu aucune indication des compagnies aériennes pour les vols des prochains jours. Brussels Airport comptabilise en moyenne 6 vols quotidiens à destination des États-Unis. 

Ces annulations probables s’ajoutent aux mesures déjà prises par les compagnies en ce qui concerne les vols vers l’Italie. “Aujourd’hui, globalement 20% de nos vols sont annulés”, indique-t-on chez Brussels Airport. Les vols vers l’Italie représentent 70% de ces annulation, les autres touchent particulièrement des vols business. “Peu de nos vols ‘vacances’ sont touchés”.

Nouvelle tuile pour Brussels Airlines

Parmi les compagnies aériennes effectuant des liaisons vers les États-Unis depuis Bruxelles, on retrouve United Airlines, Delta Airlines, mais également Brussels Airlines. Une nouvelle tuile pour la compagnie aérienne belge, déjà confrontée à l’annulation de ses vols italiens.




“Pour l’heure, tout le personnel affecté aux vols italiens sont répartis sur les autres vols.”

Wencke Lemmes

Brussels Airlines

 Brussels Airlines opère quotidiennement un vol vers New York. Chaque semaine, quatre vols relient Washington DC. La compagnie vole également en partage de codes avec Air Canada et United Airlines. Qu’adviendra-t-il de ces vols? À partir de ce samedi et jusqu’à nouvel ordre, les vols vers New York sont supprimés. La destination reste toutefois desservie par d’autres compagnies du groupe Lufthansa via Francfort ou Zurich. Les vols vers Washington sont, eux, maintenus… jusqu’à nouvel ordre, précise toutefois la compagnie.

Brussels Airlines ajoute aussi que les vols depuis et à destination d’Israël sont aussi suspendus; et ce jusqu’au 28 mars. Pour l’Italie, la suspension des vols court jusqu’au 3 avril. “Les ajustements des horaires de vol pour la période postérieure au 30 avril seront décidés ultérieurement.”

Avec ces annulations multiples (35% des vols en mars, 45% en avril), Brussels Airlines annonce aussi des mesures économiques. Dès lundi, le chômage temporaire partiel sera appliqué à toute l’entreprise.

Notons pas ailleurs que cette interdiction a aussi un impact sur le transport de fret via les compagnies aériennes traditionnelles. Plusieurs compagnies de l’aéroport de Bruxelles se tournent ainsi vers les compagnies de fret pour acheminer leur cargaison vers et depuis les États-Unis, indique-t-on chez DHL. 

Préserver ses slots coûte que coûte

Avec ces multiples annulations de vols, se pose une autre question: les compagnies vont-elles conserver leurs slots (leurs créneaux d’exploitation)? Une législation de 1993 prévoit que si une compagnie n’utilise pas au minimum 80% de ses créneaux de décollage et d’atterrissage, elle les perd au profit d’autres acteurs.

Ces derniers temps, certaines compagnies ont décidé de voler quasi à vide pour éviter ce risque. Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne, a donc  annoncé mardi prendre une mesure d’urgence: cette règle du “Take it or loose it” est suspendue “à titre temporaire”. La législation européenne va aussi être adaptée de manière à permettre aux compagnies de conserver leurs créneaux horaires même si, en raison du coronavirus, leurs vols sont annulés.

“L’épidémie de coronavirus a un impact majeur sur l’industrie des transports aériens européens et internationaux”, reconnaît Ursula von der Leyen. “Nous constatons que la situation se détériore chaque jour. Le trafic devrait continuer à baisser. Nous souhaitons que les compagnies aériennes puissent plus facilement conserver leurs créneaux horaires, même si elles n’exploitent pas d’avions durant ces créneaux du fait de la baisse des trafics.”

Les aéroports se vident

Ursula von der Leyen a également annoncé que la Commission s’apprêtait à actionner “tous les outils économiques” disponibles pour soutenir le secteur. Selon l’association européenne des aéroports (ACI Europe), leur fréquentation a reculé de 13,5%. “Ce sont 67 millions de passagers en moins comparé à un scénario ordinaire au premier trimestre. En termes financiers, ce sont déjà 1,320 milliard d’euros de revenus en moins.”




“Nous souhaitons que les compagnies aériennes puissent plus facilement conserver leurs créneaux horaires, même si elles n’exploitent pas d’avions durant ces créneaux du fait de la baisse des trafics.”

Ursula von der Leyen

Présidente de la Commission européenne

Pour l’heure, l’activité à Brussels Airport se poursuit. Au sein de la direction de l’aéroport, on affirme qu’il est encore trop tôt pour estimer l’impact financier. Quant à l’emploi, on insiste sur le fait que l’impact le plus important est subi par les prestataires de services de l’aéroport.

Swissport a certes déjà pris les devants en demandant, début du mois, à ses représentants sociaux la possibilité d’introduire la demande de mise en chômage temporaire. Depuis, le dossier n’a pas évolué. Un nouveau conseil d’entreprise est prévu ce vendredi matin pour décider des mesures à prendre. 

Les tour opérateurs s’organisent

Autres acteurs importants du voyage, les tour opérateurs. Qu’ils soient généralistes, comme TUI, ou spécialiste, comme USA Travel, c’est le flou qui règne. Que faire avec les vacanciers sur place? Peut-on être sûr que cette interdiction sera levée dans 30 jours?

Chez TUI, le remboursement total ou le choix d’une autre destination est proposé. Néanmoins, le tour opérateur ne commence son programme vers les États-Unis (circuits, croisières…) que début avril. Il a toutefois décidé de purement et simplement supprimer ces voyages jusqu’au 12 avril.

Chez USA Travel, le téléphone chauffe depuis ce jeudi matin. Nombre de vacanciers viennent avec des questions, quand il ne demandent pas à reporter leur voyage. Le tour opérateur reste dans l’attente des décisions des compagnies aériennes, réunies en urgence. Des mesures ont toutefois déjà été prises pour les vacanciers aux États-Unis. Le billet retour à été adapté au mesures américaines et ils devraient ainsi terminer leur séjour normalement. 

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

Voyages à l’étranger suspendus, événements annulés, activité ralentie: la propagation du nouveau coronavirus affecte de plus en plus la vie quotidienne des Belges, inquiets, mais aussi l’économie dans son ensemble.

> Toutes les infos dans notre dossier

Source link

Une valise signée Patricia Gucci

Après s’être tenue à l’écart du monde du luxe durant deux décennies,  Patricia Gucci entend désormais se faire un prénom. L’héritière d’Aldo Gucci crée Aviteur, sa propre ligne de valises. Entretien.

“Ce n’est pas que je ne pouvais pas utiliser le nom de ‘Gucci’ – je n’ai même pas envisagé de le faire.” Patricia Gucci nous reçoit au lobby de l’hôtel Four Seasons de Genève, pour le lancement de sa première valise en cuir, Aviteur. Mince et bronzée, chevelure blond caramel, elle porte une chemise en soie plissée sur un pantalon taupe, des diamants scintillant à tous les doigts. Elle a choisi de s’asseoir dos à la pièce.

“Il ne s’agit pas de moi, mais du produit”, annonce l’héritière. Sa voix rauque est teintée d’un accent presque imperceptible de la région du Tyneside. “La signature Gucci est le fruit d’une réflexion a posteriori. Je suis bien consciente de l’importance de ce nom, mais je me suis habituée à ce qu’on marque un temps d’arrêt chaque fois que je présente ma carte de crédit.”

Saga familiale

Ce n’est pas surprenant, car elle fait partie d’une famille à l’histoire mouvementée. Le glamour de son nom se double d’une saga digne d’un thriller. Tout commence en 1921, lorsque Guccio Gucci, le grand-père de Patricia, fonde la marque, ouvre une boutique de maroquinerie de luxe à Florence. Succès fou. Par la suite, Son fils Aldo (l’un des quatre fils héritiers de Guccio) prend la tête de la maison florentine pour l’international.

La valise créé par Patricia Gucci.

En 1927, l’Italien épouse Olwen Price, originaire du Shropshire, avec laquelle il a eu trois fils. Et puis, en 1958, Aldo tombe amoureux de Bruna Palumbo, une vendeuse de la griffe qui deviendra sa secrétaire personnelle. Mais voilà, en Italie, le divorce est interdit par la loi à cette époque: tant l’adultère que la paternité d’un enfant illégitime sont un pénalement réprimés. Néanmoins, le couple restera secrètement lié pendant 30 ans, jusqu’à la mort d’Aldo Gucci.

Patricia naît “hors mariage” à Londres, en 1963. Et, pour éviter le scandale, la mère et sa fille restent en Angleterre. Patricia grandit dans le Berkshire, où son père lui rend fréquemment visite. Cependant, elle ne découvre la saga familiale qu’à l’âge de 10 ans, lorsque sa mère lui explique qu’elle n’est pas mariée à son père et qu’il a une femme officielle en Italie, avec laquelle il a trois fils. Le choc est rude. Jusqu’alors, elle pensait que, si son père n’était pas très présent, c’était à cause de ses engagements professionnels.

Elle restera proche de son père jusqu’à sa mort, en 1990. À 19 ans, la petite chérie de papa siège au conseil d’administration de Gucci, avant d’être bombardée ambassadrice de la griffe. Elle semble prête à suivre les traces de son père, quand la société Gucci est mêlée à un nouveau scandale, fiscal cette fois.

Pour s’en sortir, elle est rachetée par Investcorp en 1993. Un acte de vente qui se double d’un coup de force dans la salle du conseil d’administration qui aura pour conséquence l’adoption d’une clause interdisant à Patricia d’utiliser le nom de Gucci pour tout produit ou entreprise pendant 10 ans.

La jeune femme décide alors de faire une pause et de se consacrer à ses trois filles. Dix-huit mois plus tard, quand Maurizio Gucci, son cousin et ex-directeur de la maison de luxe, est abattu à Milan par un tueur à gages engagé par son ex-femme, Patricia se retire complètement.

Very frequent traveller

Aujourd’hui, près de quatre ans après la publication de ses mémoires, ‘Au nom de Gucci’, elle est de retour sur le devant de la scène. Victoria, sa fille cadette, travaille avec sa mère pour cette nouvelle ligne de bagages, Aviteur, autofinancée (provisoirement?) à 100 %. “On verra jusqu’où je peux aller, qui sait ce que l’avenir me réserve?” commente Patricia. Aujourd’hui, elle a quitté l’Angleterre pour le continent et réside à Genève.

Patricia Gucci
©Jake Rosenberg / Trunk Archive

Cette envie de lancer un label de bagages n’est pas si surprenante pour une femme qui a du sang Gucci dans les veines. D’ailleurs, ses amis lui demandaient fréquemment quand elle allait enfin créer un accessoire de mode. Pourtant, elle ne s’y était jamais intéressée. “Il fallait que ce soit quelque chose qui me corresponde. J’ai toujours été attentive à ce qui se passe. J’attendais l’inspiration.”

Elle est venue, il y a deux ans, quand Patricia, grande voyageuse, décide d’améliorer le confort au cours des trajets en avion. “J’ai toujours beaucoup voyagé. Après avoir défait mes bagages, la première chose que je fais, c’est mettre ma valise au fond du placard. Un beau jour, je me suis dit: pourquoi ne pas créer un bagage à main qui soit l’expression de ma personnalité?” Aussitôt dit, (presque) aussitôt fait!

Elle confie qu’Aviteur est un label conçu pour ceux qui aiment les belles choses, un sac à main ou un porte-documents de belle facture. “Comme pour tous les accessoires de voyage de luxe, j’ai tenté de surfer sur le glamour des voyages d’antan. Autrefois, voyager était une source de fierté. AUjourd’hui, c’est différent, c’est plus ordinaire. Et même le Concorde a disparu. Il ne faut pas se mentir, c’est ça la réalité”, déplore-t-elle.

Patricia Gucci a écrit ses mémoires.
©Jake Rosenberg / Trunk Archive

Défi majeur

En la matière, le savoir-faire est, bien entendu, crucial. “Comme je voulais travailler avec les meilleurs artisans d’Italie, je me suis rendue dans le Nord, réputé pour ses ateliers.” La poignée en lucite est télescopique et s’escamote complètement, un détail qui s’est avérée être le défi majeur du processus de conception. Patricia Gucci s’est adressée aux designers automobiles de Turin, qui ont perfectionné le modèle final.

Aviteur

“Je voulais que la poignée soit taillée dans un seul bloc et qu’elle se rétracte automatiquement, sans bouton. Tous les mécanismes sont intégrés dans une très fine boîte en aluminium. L’intérieur doublé d’alcantara offre un maximum de possibilités pour ranger toutes ses petites affaires. Un des côtés est zippé, pour que tout reste bien en place dans un compartiment profond.”

“L’autre côté a, au lieu des barres du système trolley des bagages traditionnels, une espace muni de deux rabats qui, soulèvés, révèlent une sorte de boîte secrète où l’on peut dissimuler ses objets de valeur. Quand on baisse le rabat, c’est parfaitement plat, ce qui permet d’empiler tout ce qu’on veut au dessus. Chaque élément de l’Aviteur est fabriqué et assemblé à la main dans les plus belles matières. Et, c’est important pour moi, il est 100 % made in Italy.”, conclut-elle.

Les bagages Aviteur ne sont pas couverts de logos m’as-tu-vu: ils se distinguent par leur silhouette en rectangle arrondi et leur cannage de cuir. “J’adore les valises des années 50 et 60, une époque où les voyages étaient insouciants et fun”, sourit-elle. “C’est cela qui m’a inspiré ce travail du cuir épais et imposant, une façon qui, en Italie, s’appelle ‘Paglia di Vienna’.”

Par ailleurs, la réglementation de la ville de Venise, qui exige que les bagages à roulettes ne perturbent pas le calme des habitants malgré les rues pavées, a inspiré les roulettes silencieuses en aluminium aéronautique.

Macho, macho men

Le nom Gucci a-t-il été un avantage ou un obstacle quand elle s’est mise à la recherche de fournisseurs? “Les Italiens sont encore assez machos. Quand une femme a une idée, leur réaction est souvent “Sait-elle bien de quoi elle parle?” La seule fois où mon nom a joué contre moi, c’était avec un fabricant qui a gonflé ses prix en l’entendant”, explique-t-elle. “C’était insultant. Je lui ai lancé: vous avez perdu!”

Patricia Gucci lance sa propre ligne de valises.
©Jake Rosenberg / Trunk Archive

Le prix de l’Aviteur en fait un bagage destiné aux passagers jet set: cette valise, inspiré de la ligne d’un bus à impériale, affiche un prix first class, soit 4.250 euros, nettement plus que n’importe quel bagage à main, même siglé Gucci. Il est conforme aux spécifications de l’IATA en matière de bagages de cabine et se décline en trois teintes: naturel, noir et anthracite. Des coloris et des monogrammes personnalisés sont disponibles sur demande.

La valise sera vendue en ligne chez Moda Operandi, dans la boutique Cabinet de Curiosités installée à l’Hôtel de Crillon à Paris, ainsi que sur sa boutique en ligne. Thomas Erber, l’acheteur de Cabinet de Curiosités, déclare que la marque de Patricia Gucci l’a séduit, aussi par le savoir-faire et le prestige de cette incroyable famille.

“Elle est magnifiquement conçue”, déclare-t-il, notant que le design de l’Aviteur se distingue de la sempiternelle valise noire à roulettes que l’on voit dans tous les aéroports du monde, et c’est cette originalité qui lui a plu. “Tout le monde se trimballe une variation sur le même thème”, ajoute-t-il. “Mon rôle est de promouvoir de nouveaux créateurs et un savoir-faire exceptionnel. Aviteur combine les deux.”

Patricia Gucci confie que son goût esthétique a toujours été plutôt modeste. Enfant, quand son père l’emmenait dans une boutique Gucci pour qu’elle puisse se choisir un petit quelque chose, elle faisait déjà preuve d’un goût plutôt sobre. Elle sourit: “Aux logos, je préférais des articles discrets, en cuir fabriqués à la main de manière exquise. Je n’étais pas une enfant gâtée.”

Ce qui transparaît dans son allure: son goût est raffiné et grâcieux. Quel serait, selon elle, le client parfait de la valise Aviteur? “Fondamentalement? Moi!”

Source link