L’événementiel veut un soutien structurel à long terme

L’Alliance Belgian Event Federations juge que le soutien accordé par le gouvernement sera “de courte durée”. Elle appelle à une aide structurelle sur du plus long terme.

Le secteur de l’événementiel se réjouit samedi du soutien annoncé aux entrepreneurs gravement touchés par les mesures renforcées de lutte contre le coronavirus, mais demande que l’aide devienne structurelle et s’organise à plus long terme, en particulier pour le secteur de l’événementiel.

Le Comité de concertation a décidé vendredi de renforcer les mesures visant à endiguer le Covid-19: les cafés et les restaurants doivent notamment fermer leurs portes pendant un mois à partir du lundi. La mesure sera évaluée après deux semaines.

En guise de soutien, le droit passerelle sera prolongé, comme d’autres mesures telles que des reports de paiement. Une exonération des cotisations à la sécurité sociale est par ailleurs prévue. “Enfin”, réagit l’Alliance Belgian Event Federations. “Mais ce sera de courte durée“, déplore-t-elle.




“Le secteur a perdu pas moins de 80% de son chiffre d’affaires depuis mars et ce sera pareil pour une grande partie de l’année 2021. Il va sans dire qu’une solution structurelle est nécessaire”

Bruno Schaubroeck

Porte-parole de l’Alliance Belgian Event Federations

L’événementiel est presque au point mort depuis des mois et ne pourra sans doute pas reprendre tout de suite, souligne le porte-parole Bruno Schaubroeck. “Nous espérons vraiment que le gouvernement comprendra que si les cafés rouvrent bientôt, nous serons encore loin de nous remettre au travail. Selon le type d’événement, il faudra au moins trois mois pour tout préparer”, explique-t-il. “Le secteur a perdu pas moins de 80% de son chiffre d’affaires depuis mars et ce sera pareil pour une grande partie de l’année 2021. Il va sans dire qu’une solution structurelle est nécessaire“, souligne l’alliance des fédérations belges de l’événementiel, qui compte sur cette vision à long terme d’ici le 15 novembre.

L’organisation patronale flamande Unizo attire également l’attention sur des acteurs qui ne sont pas strictement considérés comme de l’horeca, comme les salles de fêtes ou les traiteurs, mais aussi les photographes, stylistes et autres fournisseurs.

Source link

Coronavirus: tout savoir sur les vacances de la Toussaint

Depuis le 25 septembre 2020, les Belges peuvent à nouveau se rendre en zones rouges, mais ces destinations restent néanmoins fortement déconseillées par le ministère des Affaires étrangères. En effet, il y a un triple risque à opter pour ce type de destination.

Premièrement, il y a un risque sanitaire.

Deuxièmement, «les voyageurs doivent être conscients du fait que de nouvelles flambées de Covid-19 à l’étranger peuvent avoir d’importantes répercussions sur leur voyage et qu’un rapatriement ne peut être garanti si des vols commerciaux sont annulés ou des frontières fermées», selon un avertissement du SPF Affaires étrangères.

Où puis-je partir en vacances?

À l’heure d’écrire ces lignes (ce jeudi 15 octobre 2020), il ne reste plus que deux destinations en zone verte au niveau mondial pour les touristes belges:  la province croate d’Istrie et l’île de La Palma dans les îles Canaries.

Il subsiste encore quelques destinations en orange. Attention, si une destination est en orange clair (sur la carte du SPF Affaires étrangères), cela signifie que les autorités de ce pays imposent aux voyageurs belges un test Covid et/ou une période de quarantaine.

Quelles sont les tendances pour les congés de la Toussaint?

Chez Neckermann, il y a une forte de demande pour les Îles Canaries, dont par exemple Lanzarote. Il reste d’ailleurs de bonnes affaires à faire à partir de 599 euros par personne pour un séjour all-inclusive et des réductions particulières pour les enfants.

La demande reste également soutenue pour l’Italie (qui ne comptait encore aucune destination rouge le 13 octobre 2020, au moment de l’interview, NDLR). «Cette destination est très populaire et plus particulièrement la Sicile», selon Muriel Berkvens, directrice marketing chez Neckermann. «D’autre part, on perçoit une demande accrue pour les destinations proches comme l’Allemagne (la Moselle, la Forêt Noire,…) et le nord-est de la France comme l’Alsace, la Champagne ou les Vosges.»

Du côté de TUI, les Ardennes restent plus que jamais la destination privilégiée par sa clientèle pour la semaine de la Toussaint. D’ailleurs, il reste très peu de disponibilités pour les vacances de proximité, en ce compris la Côte belge, ce que confirme également Thibault Van Look, le manager d’Interhome Belgique.

©BELGAIMAGE

«Récemment, nous avions donc fait un effort pour élargir notre offre de vacances en voiture», d’après la porte-parole de TUI, Sarah Saucin. «Nous avions notamment ajouté les villages de vacances de luxe Droomparken aux Pays-Bas. Mais entretemps, de nombreuses régions de ce pays sont passées en zone rouge.»

Or, jusqu’à nouvel ordre, ce tour-opérateur a pris la décision de ne pas proposer de voyages vers des destinations situées en zone rouge malgré la levée de l’interdiction du ministère des Affaires étrangères. Ce qui n’est pas sans conséquence sur l’évolution de son offre. «Par exemple, comme Tenerife est passée en zone rouge, nous ne proposons plus de vacances à forfait vers cette destination. Mais les vols sont maintenus pour ceux qui souhaiteraient quand même s’y rendre. À contre-exemple, Lanzarote est redevenue une zone orange, par conséquent, nous recommencerons à proposer notre offre de vacances à partir du 21 octobre avec un premier vol.»

Ce tour-opérateur signale qu’il a augmenté ses capacités pour les vols vers l’Espagne durant le congé de la Toussaint et qu’il prolonge son offre vers Héraklion et Rhodes, en Grèce. À l’instar de Neckemann, il constate une forte demande pour Lanzarote.

Héraklion en Grèce.
©Shutterstock

Côté tarif, vu que la demande a diminué de moitié par rapport à Toussaint 2019, il reste encore pas mal de disponibilités pour les Belges qui voudraient partir, avec des promotions last minute qui peuvent atteindre les 50% de réduction.

Y’a-t-il une offre de voyage en dehors de l’espace Schengen?

Ce n’est plus le cas actuellement chez TUI vu que le reste du monde est en zone rouge à l’exception du Rwanda et de la Corée du Sud, des destinations qui ne font pas partie de l’offre de ce tour-opérateur.

Les réservations pour la République Dominicaine sont à nouveau accessibles chez certains voyagistes. Mais gare à la quarantaine au retour.
©Shuttertstock

«Chez Neckermann, un client a la possibilité de réserver un voyage en dehors de l’Union européenne et si tel est le cas, nous l’informerons de l’avis de voyage en vigueur afin qu’il puisse faire son choix tout en ayant toutes les informations importantes à savoir», explique Muriel Berkvens. D’ailleurs, ce tour-opérateur constate déjà une légère augmentation des demandes pour la saison d’hiver ou même pour l’été prochain vers de telles destinations avec en tête la Turquie, le Maroc, l’Égypte ou même la Thaïlande.

Du côté du Club Med, certains villages de vacances situés en dehors de l’espace Schengen sont à nouveau accessibles aux réservations durant le congé de la Toussaint pour les touristes belges. C’est le cas de Marrakech, Punta Cana ou Cancun. Ici aussi, le Club Med rappelle à sa clientèle que bien que les voyages soient de nouveau accessibles, il y aura des conditions à suivre pour leur retour en Belgique.

Source link

Lonely Planet Ultimate Travel List reveals the most unmissable travel experiences in France

PUBLISHED: 10:22 15 October 2020 | UPDATED: 10:22 15 October 2020

Louvre museum at dusk in Paris (c) TomasSereda/Getty Images

Louvre museum at dusk in Paris (c) TomasSereda/Getty Images

TomasSereda

The Ultimate Travel List ranks 500 of the best places in the world to visit, including 13 French sights and attractions in Paris and beyond



A new edition of Lonely Planet’s bestselling coffee table book, Ultimate Travel List, features 500 of the most thrilling, memorable and interesting travel experiences around the world.

According to the leading travel media company, the experiences and destinations are “a mix of knock-out new openings, sights that have upped their game, or places more relevant to the way we travel now.” In the updated second edition of the list, there are 13 destinations in France featured, with landmarks and museums in Paris scoring highly, as well as destinations in the Loire Valley, Provence and Normandy.

The Louvre Museum in Paris (c) AndreyKrav/Getty ImagesThe Louvre Museum in Paris (c) AndreyKrav/Getty Images

63 – Search out priceless treasures in Paris’ classic Musée du Louvre

While many of the 10 million-plus visitors who annually enter the Louvre head straight to the Mona Lisa and Venus de Milo, the planet’s most visited museum is no two-hit wonder. This is an intricately curated record of human endeavour and expression, housed in a 12th-century fortress transformed into a royal residence in the mid-16th century that’s as fascinating as its 35,000 exhibits. The glass pyramid main entrance is now a Parisian landmark in its own right.

Musée d'Orsay in Paris, seen from the right bank of the Seine river (c) Michael Mulkens/Getty ImagesMusée d’Orsay in Paris, seen from the right bank of the Seine river (c) Michael Mulkens/Getty Images

79 – Prepare to be very impressed in Paris’ Musée d’Orsay

Degas’ ballerinas, Toulouse-Lautrec’s cabaret dancers, Cézanne’s still lifes, Van Gogh’s self-portraits and Monet’s gardens at Giverny (ranked #367 on the list) are just some of the instantly recognisable paintings in France’s prized national collection from the Impressionist, Post-Impressionist and Art Nouveau movements (1848 to 1914). The museum occupies an Art Nouveau showpiece in itself, the Gare d’Orsay, a former train station, with a quintessential Parisian panorama through its giant glass clockface.

Versailles palace and gardens (c) Vladislav Zolotov/Getty ImagesVersailles palace and gardens (c) Vladislav Zolotov/Getty Images

126 – Roam the regal corridors of France’s stateliest château, Versailles

You can try to imagine Versailles simply as a place where people ate, drank, worked and slept. But seriously, how many houses in the world have 700 rooms, 2,153 windows, 67 staircases, 800 hectares of garden, 2,100 statues and sculptures, and enough paintings to pave an 11km (7-mile) road? Château de Versailles is one almighty crash pad. Even more striking than its size is the ostentatious opulence. French ‘Sun King’ Louis XIV transformed his father’s hunting lodge south-west of Paris into a monumental palace to house his 6,000 sycophantic courtiers in the 17th century. It was the kingdom’s political capital and seat of the royal court from 1682 until the French Revolution in 1789. Today it’s a glittering evocation of French royal history and the conspiring, romancing and backstabbing drama that went on behind its doors. Gaze at your reflection in the shimmering Hall of Mirrors, see horses prance in the stables, and watch fountains dance to Baroque music in summer in the immaculately landscaped formal gardens.

The Eiffel Tower, one of the most iconic landmarks in Paris (c) neirfy/Getty ImagesThe Eiffel Tower, one of the most iconic landmarks in Paris (c) neirfy/Getty Images

148 – Get an intimate perspective of the Eiffel Tower

Even before arriving in Paris, the Eiffel Tower is pre-etched in travellers’ minds as the defining symbol of the city. And once you’re here, it dominates the skyline at every turn. But it’s not until you’re within it that you truly appreciate this architectural innovation designed by Gustave Eiffel originally as a temporary showpiece for the 1889 World’s Fair. After taking the lift to the 3rd floor, from where Paris spreads out at your feet, the best way to admire its wrought-iron lattice girders is descending the 720 stairs.

Mont Saint-Michel Abbey on an island in Normandy (c) samael334/Getty ImagesMont Saint-Michel Abbey on an island in Normandy (c) samael334/Getty Images

180 – Trace pilgrims’ paths on the island abbey of Mont St-Michel

Outside the crowded summer season, tranquillity envelops Mont St-Michel, an ethereal abbey-island off the coast of Normandy. It’s linked to the mainland by a 2014-built pedestrian and vehicle bridge designed to help preserve the island from sand and silt build-up. Tidal ranges here famously vary by up to 15m (50ft); when they’re low enough, you can take a spiritual bare-foot stroll across the rippled bay to the minuscule island accompanied by a guide (the waters rush in at a speed that’s said to be as fast as a horse in full gallop, so strolling on your own is not recommended). Centuries of Norman history seep through your soles as you trace the path of pilgrims who crossed these sands in the Middle Ages to reach the slender towers and sky-scraping turrets of the abbey, where Benedictine monks still hold regular services.

Pont du Gard, a three-tiered aqueduct was built in Roman times on the River Gardon (c) emicristea/Getty ImagesPont du Gard, a three-tiered aqueduct was built in Roman times on the River Gardon (c) emicristea/Getty Images

192 – Marvel over (or under) a Roman engineering marvel at Pont du Gard

The Romans knew a thing or two about grandiose engineering. Their exceptionally preserved three-tiered aqueduct Pont du Gard in Languedoc formed part of a system of channels 50km (31 miles) long built around 19 BC to transport water from Uzès to Nîmes. Archaeologists have since unearthed the extraordinary technicality and precision of the Romans’ endeavour: the soaring aqueduct’s hand-carved, locally quarried rock incorporated numbered stones, scaffolding support and the use of hoists. It descends by 2.5cm (one inch) across its length, providing the necessary gradient to keep the water flowing across the river. Using nearly one thousand men, the colossal structure was, astonishingly, completed in just five years. Floodlit in the early evening, the aqueduct straddles two bushy banks with sandy river beaches and a walking trail nearby. You can walk along the tiers, but to truly grasp its sheer scale – a whopping 275m (900ft) long and 48.8m (160ft) high – paddle out in a canoe or kayak to gaze up in awe from the water. April, May and June are best, as winter floods can make the river impassable.

View of the impressive Aiguille du Midi (c) Angelina Cecchetto/Getty ImagesView of the impressive Aiguille du Midi (c) Angelina Cecchetto/Getty Images

257 – Survey the 360-degree Alps view from the Aiguille du Midi

A jagged finger of rock rising above glaciers, snowfields and icy crags of the mighty Mont Blanc massif, Aiguille du Midi (3842m/12,604ft) is a geographical beacon. The panorama of the French, Swiss and Italian Alps from the summit is breathtaking, especially when peering down through the aptly named Step into the Void’s glass floor. Year-round, you can float up in a cable car from the ski-resort town of Chamonix on the vertiginous Téléphérique de l’Aiguille du Midi. The dizzying views don’t end here: between late May and September, you can continue in the Télécabine Panoramique Mont Blanc to Pointe Helbronner (3466m/11,371ft) on the France-Italy border, then another 4km (2.5 miles) in the SkyWay Monte Bianco cable car to Courmayeur, on the Italian side of the mountain.

The Gold beach at Arromanches, site of Allied landing in World War II (c) Olivier Rault/Getty ImagesThe Gold beach at Arromanches, site of Allied landing in World War II (c) Olivier Rault/Getty Images

280 – Wander the windswept D-Day beaches at dawn

Strolling the shoreline of Normandy as the day breaks and the English Channel laps French sand, all seems serene. It’s a stark contrast to 6 June 1944, when Operation Neptune sent some 150,000 Allied troops crashing into this coast – landing them on Omaha, Utah, Gold, Sword and Juno Beaches – as the biggest seaborne invasion in history began. D-Day changed the course of World War II; an exploration of the bunkers and a sombre stroll through cemeteries dedicated to the fallen brings home the horrific magnitude of the soldiers’ sacrifice.

View of the Roman theatre of Orange (c) Celli07/Getty ImagesView of the Roman theatre of Orange (c) Celli07/Getty Images

311 – Behold the Romans’ Théâtre Antique in the Provençal town of Orange

In Provence’s Vaucluse region, famed for its lavender and vineyards, the town of Orange was once one of the Gallo-Roman empire’s major settlements. Legacies from its heyday include a mighty 1st-century-AD triumphal arch commemorating Roman victories in 49 BC. But the star of the Roman show is the ancient theatre, the Théâtre Antique, once the largest in Gaul and now the best preserved in Europe, which saw it listed as a Unesco World Heritage site. Built from limestone, its proportions are typically monumental, with a stage wall stretching 37m (121ft) high, 103m (338ft) wide and 1.8m (6ft) thick (Louis XIV extolled it as the finest wall in his kingdom), and a capacity of 10,000. Not simply a relic, it hosts performances that still enthral audiences in its spectacular surrounds.

Château de Chenonceau over the River Cher (c) krzych-34/Getty ImagesChâteau de Chenonceau over the River Cher (c) krzych-34/Getty Images

364 – Discover the multilayered history of the Château de Chenonceau

The turrets, the river-spanning archways, the impeccable formal gardens…to describe this Loire Valley castle as grand is an understatement. The Château de Chenonceau dates from the 16th century, and many a wild party was thrown here by a succession of aristocrats, including Catherine de Médicis. The pièce de résistance is its window-lined Grande Gallerie spanning the Cher river. During World War II, the Cher was the boundary between free and occupied France, and the gallery was used by escaping Resistance members and refugees.

Monet's garden in Giverny, with the famous lily pond (c) digitalimagination/Getty ImagesMonet’s garden in Giverny, with the famous lily pond (c) digitalimagination/Getty Images

367 – Revel in the cornucopia of colour at Monet’s garden

No matter your impression of Impressionism, you can’t fail to be moved by the loveliness of Claude Monet’s pink-hued house and flower-filled gardens at the Maison et Jardins de Claude Monet in Giverny, which he planted – and painted – while living here for his final 43 years. You’ll recognise settings from some of the artist’s most famous works, including his Japanese Bridge and water-lily-filled Jardin d’Eau (Water Garden). From early to late spring, daffodils, tulips, rhododendrons, wisteria and irises appear, followed by poppies and lilies. By June, nasturtiums, roses and sweet peas are in flower. Come September, the gardens are a riot of hollyhocks, dahlias and sunflowers.

Carcassonne (c) Mario Eduardo KOUFIOS FRAIZ/Getty ImagesCarcassonne (c) Mario Eduardo KOUFIOS FRAIZ/Getty Images

426 – Explore the witch’s hat-turreted walled city of Carcassonne

Carcassonne’s concentric walled city (La Cité) is a fairy-tale vision of a medieval castle that has been a Unesco World Heritage Site since 1997. Perched on a rocky hilltop in the Languedoc region and bristling with battlements and conical turrets, the fortified city looks like something out of a children’s storybook. The mystical atmosphere is turned up a notch at night when the old city is illuminated and glowing. In summer, La Cité’s cobbled streets and squares spill over with souvenir shops, cafés and huge tourist crowds. To savour its charms, cross the moat to enter its main gate of Porte Narbonnaise at dawn, or linger at dusk when it belongs to its few inhabitants and visitors staying within the ramparts.

L'Atelier des Lumières in Paris where the current exhibition is Monet, Renoir...Chagall. Journeys around the Mediterranean (c) Culturespaces/E. SpillerL’Atelier des Lumières in Paris where the current exhibition is Monet, Renoir…Chagall. Journeys around the Mediterranean (c) Culturespaces/E. Spiller

461 – Step inside artworks at Paris’ digital-art museum, L’Atelier des Lumières

Paris’ creative nerve centre, the 11th arrondissement (city district), is the home of France’s first museum for digital art, which opened in 2018. An early 19th-century foundry now forms the backdrop for dazzling multisensory exhibitions. Within this innovative space, you can take a virtual stroll through a changing array of world-renowned artworks as they’re projected on the bare stone of its 1500-metre-squared (16,145-sq-ft) exhibition hall, accompanied by an atmospheric soundtrack, providing an immersive, almost meditative experience. Programmes have included the vivid creations of Gustav Klimt and the expressive brushstrokes and intense colours of Vincent Van Gogh’s works swirling across the walls and creating a magic carpet effect on its floors, as well as the Zen-like ‘Japan dreamed: images of the floating world’.

Reproduced with permission from Lonely Planet © 2020.

Lonely Planet’s Ultimate Travel List 2nd Edition, £19.99.

lonelyplanet.com

_________________________________________________________________________________________________________________________________________________

You might also like

Surfing in France: Lonely Planet includes Hossegor surf spot among world’s greatest waves

Belfort’s Citadelle and Lion crowned France’s Favourite Monument of 2020

Quiz: How well do you know France’s UNESCO World Heritage Sites?

_________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Source link

“TUI Fly fait de la résistance pour traiter les plaintes”

Test Achats annonce qu’il va mettre TUI Fly en demeure suite à la résistance affichée par la compagnie à traiter plus de 500 plaintes de voyageurs lésés suite à la crise sanitaire.

Dans la foulée de la crise sanitaire et des annulations de voyages qui en ont découlé, Test Achats avait décidé de rassembler les plaintes des voyageurs. Elle avait ainsi a lancé un formulaire en ligne via lequel tout problème de voyages pouvait être signalé. Face au refus de la compagnie aérienne TUI Fly de traiter 544 plaintes reçues via ce formulaire en ligne et la concernant, l’association de défense des consommateurs met la compagnie en demeure.

544

plaintes

Sur les 6.400 plaintes de voyageurs s’estimant lésés qui ont été enregistrées auprès de Test Achats, 544 concernent TUI Fly.

“Au total, 6.400 dossiers ont été enregistrés. Cinq mille d’entre eux sont complets et ont été transférés (ou sont en cours de l’être) aux compagnies aériennes. De nombreux dossiers ont déjà été résolus“, explique-t-on chez Test Achats.

Auprès de nombreuses compagnies, des interlocuteurs ont été désignés. Mais l’association constate une certaine “résistance” chez TUI Fly. La compagnie demande de remplir son propre formulaire. “Elle affirme que certains cas sont résolus, mais refuse de nous dire combien ou lesquels. C’est de la mauvaise volonté”, dénonce Jean-Philippe Ducart de TA.

Mise ne demeure

“Après une toute dernière tentative très informelle et amiable, Test Achats a décidé d’envoyer dans les prochains jours une mise en demeure pour plus de 400 dossiers enregistrés, préalable à une plainte soit auprès du SPF Mobilité soit auprès de la Commission litiges voyages.” Du côté de TUI Fly, on affirme tout au plus que “le service juridique suivra le dossier”.




“TUI Fly affirme que certains cas sont résolus, mais refusent de nous dire combien ou lesquels. C’est de la mauvaise volonté.”

Jean-Philippe Ducart

Test Achats

Les compagnies les plus fréquemment mentionnées dans les plaintes reçues par Test Achats sont Ryanair (1.745 dossiers), Brussels Airlines (1.251) et TUI Fly (544). Suivent les opérateurs Cheaptickets (152), Sunweb (105), eDreams (104) et Connections (90).

Test Achats rappelle qu’il est toujours possible de remplir ce formulaire jusqu’au 15 octobre

Source link

Nos meilleures adresses pour une escapade à Hasselt

Cette capitale de province endormie est devenue un haut lieu de l’architecture, de la cuisine vegan et de la mode durable. Bienvenue à Hasselt, une cité qui a bien compris quels sont les attraits d’une ville du nouveau millénaire.

TERRASSE

Les terrasses au bord de l’eau de Quartier Bleu, un secteur entièrement neuf près du canal Albert, font déjà le plein. Ici, Blend by Rauw (Slachthuiskaai 5) est le paradis des carnivores.  Le restaurant propose des cocktails et des viandes, un concept concrétisé par un chef qui a fait ses débuts chez Sergio Herman à Cadzand. Sa terrasse en bois est déjà the place to be (et surtout, the place to be seen) des citadins amateurs de negroni.

Dans le centre-ville, le tout nouveau Uw zuster (Schrijnwerkersstraat 10) est un bar gastro dont la mascotte est une nonne enjouée. Dans un bel intérieur, on partage des petits plats raffinés et une des nombreuses bouteilles de la carte des vins.

Blend By Rauw, Hasselt

FINE DINING

Une renaissance culinaire s’est produite il y a quatre ans grâce à l’Osteria Moretti (Aldestraat 20), du couple Alexander Reniers (chef) et Tiana Moretti (salle, boulangerie et pâtisserie). Il a récemment troqué son menu cinq services contre des petites assiettes gastronomiques à partager: langoustines ultra fraîches poêlées ou sublimes raviolis aux truffes.

Un peu plus loin, deux vieux amis du couple avec qui ils avaient officié chez Hof van Cleve, se sont installés: Glenn Ross et Nicole Schellekens, respectivement chef et pâtissière, suscitent l’étonnement avec la carte minimaliste de leur établissement Rosch (Dorpsstraat 34).

Osteria Moretti, Hasselt

VEGAN

La ville est devenue un paradis pour végétariens et vegan, mais avec la touche épicurienne typique des Hasseltois. L’éternelle salade de quinoa de chez Lento (Zuivelmarkt 34) a fait place à un menu quatre services haut en couleur regorgeant de légumes de saison.

 Chez Peas (Minderbroedersstraat 32), les propriétaires Davy et Els se sont focalisés sur la création de parfaits rolls à la cannelle vegan, pouvant être agrémentés de huit garnitures différentes. Comme les vegans affluent de tout le pays, une succursale ouvrira prochainement ses portes à Anvers.

Peas, Hasselt

BRUNCH

De 9 heures du matin à 1 heure du matin, la Maison Mathis (Slachthuiskaai 7C) sert le petit déjeuner, le lunch, le café, l’apéritif, le dîner ou des cocktails. Le concept, basé sur la cuisine belge, a déjà ouvert des succursales à des endroits aussi étonnants que Dubaï et Bahreïn. 

Maison Mathis, Hasselt

CULTURE

Café et vinyles, tel est le concept qui fait de Just for the Record (Diesterstraat 18) le rendez-vous des musiciens locaux. On peut farfouiller pendant des heures dans les bacs bourrés à craquer de disques d’occasion, sans compter les CD et les livres musicaux.

Ceux-ci seront d’ailleurs bientôt disponibles en face, chez Boktor Books (cet automne dans la Diesterstraat, et dès maintenant en ligne), une nouvelle librairie-antiquaire qui va booster le côté hipster de la ville. Pour les amateurs d’objets, il y a aussi des scarabées façon cabinet de curiosité.

Just For The Record, Hasselt

ART

Z33, Hasselt

La nouvelle aile récemment ouverte de Z33 (Bonnefantenstraat 1), un centre d’art contemporain, de design et d’architecture, est déja surnommée “le bâtiment d’exposition le plus extraordinaire de Flandre”. L’architecteure est faite de hautes niches et de patios tranquilles, dans une palette de couleurs douces qui fait le lien avec le béguinage à l’arrière. Une réalisation qui a décroché deux prix d’architecture et donné le coup d’envoi aux plans ambitieux du centre-ville. 

La nouvelle exposition “Cure (the Work)” ouvrira ses portes le 4 octobre. Avec des pièces originales de Ford Genk, l’expo retravaille la fermeture de l’usine. “Palms Palms Palms”, une exposition rétrospective consacrée au duo d’artistes londoniens Revital Cohen & Tuur Van Balen, débute au même moment.

Z33, Hasselt

HÔTEL

L’hôtel design BareFood Giulia (Leopoldplein 26), projet de l’avocate Marleen Miermans, a ouvert ses portes fin 2019 dans une maison de maître rénovée. Avec des artistes locaux, elle a créé dans les sept chambres un ensemble éclectique à la croisée de l’art et du kitsch.

L’ancienne porte d’entrée a, par exemple, été utilisée comme écran de salle de bain; l’artiste genkoise Sonnie Melerowitz a créé plusieurs œuvres spécialement pour l’hôtel et des street artists ont pu se déchaîner sur les murs historiques. Au rez-de-chaussée, l’établissement propose également un bar à cocktails urbain.

À partir de 119 euros la nuit, petit déjeuner non compris.

Hôtel BareFoodGiulia, Hasselt

VINTAGE

Pour des fringues de créateurs de seconde main, rendez-vous chez Heterodoxa et chez Hallelujah! (Guido Gezellestraat 1), une boutique ouverte il y a deux ans par la collectionneuse de mode Fleur. Les jeunes adoreront les trouvailles des années 1980 et 1990 du très cool Twenty Second Vintage (Badderijstraat 4/1) et les enfants celles la nouvelle boutique Chou-Fleur (Persoonstraat 24).

Heterodoxa, Hasselt

BEAUTÉ

La boutique en ligne Blos (Dokter Willemsstraat 16) a été lancée il y a deux ans par Kim Maes, une artiste beauté qui a étudié les rituels cosmétiques du monde entier. Elle vient d’ouvrir son premier magasin physique dans un superbe bâtiment doté d’une cour intérieure et d’une serre. La vitrine de Muller Van Severen présente des produits de Susanne Kaufmann, Verso Skincare et Grown Alchemist, choisis pour leur transparence, leurs composants naturels et leur approche durable. 

Blos, Hasselt

VÉLO

Fietsbar (Minderbroedersstraat 54) propose des urban cargo bikes et des vélos de ville fabriqués avec des matériaux recyclés.

De Fietsbar, Hasselt

NIGHTLIFE

Soutenue par les formations d’architecture, de musique et d’art de la haute école PXL et de l’UHasselt, la jeune garde hasseltoise est au taquet. Ce qu’on remarque dans les rues, mais surtout lors des concerts et expositions de De Serre (Zuivelmarkt 33), une “serre créative” qui redynamise la vie culturelle après 22 heures.

Cliquez ici et sauvegardez la carte interactive sur votre smartphone pour votre prochaine escapade à Hasselt.

Source link

La zone euro en quête d’un nouvel équilibre

Les ministres des Finances adoptent un nouveau programme de travail mais naviguent à vue face à une crise qui n’en finit pas.

Sauf à prendre des libertés avec le calendrier, le gouvernement De Croo n’a qu’une dizaine de jours pour rédiger et soumettre à la Commission son projet de budget 2021 et son plan de relance (“Recovery and Resilience Plan”). Comme l’ensemble de la classe européenne, il est pour l’heure libéré du cadre budgétaire: l’Union en a débrayé au printemps dernier en activant la clause dérogatoire au pacte de stabilité, qui “restera active dans l’année 2021”, a indiqué le commissaire européen au Budget Paolo Gentiloni, lundi soir, soulignant que les politiques budgétaires devraient continuer de soutenir la reprise. Il participait à la réunion des ministres des Finances de la zone euro (Eurogroupe), qui adoptait un programme de travail pour l’année à venir sans laisser entrevoir le sort qui sera réservé à ces règles. Les ministres n’ont pas entamé de discussion pour définir les indicateurs qui définiraient “les circonstances d’un retour à des pratiques budgétaires plus normales”, a indiqué le président du groupe, l’Irlandais Paschal Donohoe.

“Possibilités de changement”

La discussion sur le moment, mais aussi la “progressivité” du retour aux règles communes, aura lieu “sans doute au printemps prochain”, selon Gentiloni, alors que l’endettement moyen des pays de la zone euro devrait s’établir cette année autour de 103% du PIB, et que l’Union n’espère pas retrouver son niveau de croissance d’avant-crise avant le début 2022.




“Il y a encore des zones grises, mais le seul fait que l’on s’interroge de cette façon est inédit depuis la création de la zone euro.”

Clément Fontan

UCLouvain

À quoi pourrait-elle aboutir ? Clément Fontan, qui enseigne l’économie politique européenne à l’UCLouvain et à l’USL-B, voit se mettre en place les conditions d’un changement de modèle. Alors que la crise de 2010 a été “cadrée” par l’idée moralisatrice d’une crise causée par l’endettement de la Grèce, celle de 2020 n’a pas de lien avec un supposé “péché” originel, “cela ouvre des possibilités pour un changement au niveau des règles budgétaires”, estime-t-il.

D’autant que la politique monétaire a changé: “La BCE a multiplié son bilan par cinq par rapport à 2010, pour poursuivre sa politique elle a besoin que les États créent davantage de dette sûre. Cela va peut-être dans le sens d’un changement de paradigme. Il y a encore des zones grises, mais le seul fait que l’on s’interroge de cette façon est inédit depuis la création de la zone euro.”

Contrôler le déséquilibre

Parallèlement à ce débat, l’Union croise les doigts pour avoir trouvé le bon dosage d’aides publiques, qui éviterait un creusement trop profond du déséquilibre de son marché intérieur. Parlement et Conseil de l’UE cherchent toujours le chemin d’un accord final sur le plan de relance européen de 750 milliards d’euros, qui doit prioritairement bénéficier aux pays du Sud – plus touchés par la crise. En attendant, les pays du Nord procèdent à des injections massives: à elle seule, l’Allemagne a débloqué 1.500 milliards d’euros – majoritairement sous forme de prêts – pour sauver ses entreprises. C’est autant que l’ensemble des aides d’État mobilisées par tous les autres pays de l’Union réunis. Des soutiens mobilisés en vertu d’une autre règle d’exception: un régime d’aides d’État considérablement assoupli.




“Ça ne peut pas devenir une habitude, ça va seulement nous mener au protectionnisme et ce n’est pas la manière d’améliorer la croissance économique.”

Tytti Tuppurainen

Ministre finlandaise des Réformes

Cette nouvelle donne incommode certains gouvernements – “ça ne peut pas devenir une habitude, ça va seulement nous mener au protectionnisme et ce n’est pas la manière d’améliorer la croissance économique”, estimait récemment la ministre finlandaise des Réformes Tytti Tuppurainen. Tandis que d’autres s’inquiètent des déséquilibres de long terme que ces aides pourraient créer au sein du marché unique, Clément Fontan estime que les aides allemandes ne posent pas de problème fondamental: “Il y a besoin de dépense supplémentaire allemande pour diminuer les déséquilibres macroéconomiques en Europe. Par ailleurs, cette aide peut être conçue comme une compensation des décisions coercitives prises pour des raisons sanitaires. Le déséquilibre, on ne le réduit pas en rabotant l’Allemagne, mais en augmentant les possibilités des autres.

Il s’agit en tout cas, selon la commissaire en charge, Margrethe Vestager, de ne “pas garder les règles plus longtemps que nécessaire”. Et si la formule est, ici encore, floue, c’est que l’Union continue de naviguer à vue dans la purée de pois du coronavirus.

Source link

Retour de zone rouge: voici le questionnaire d’auto-évaluation

Vous avez voyagé en respectant les règles de distanciation sociale et en restant dans votre bulle? Alors, vous pourrez peut-être échapper à la quarantaine.

Dès ce 1er octobre, les voyageurs revenant d’une zone rouge doivent se mettre en quarantaine dès le premier jour de leur retour, et ce, durant sept jours. Ils doivent également faire un test au jour 5 (à moins d’avoir passé moins de 48h dans une telle zone).

Si le test est positif, la quarantaine se poursuit pour sept jours. S’il est négatif, la quarantaine prend fin. Ceci dit, il est dorénavant possible de se soustraire à l’obligation de quarantaine. Comment?




Il est demandé de répondre “honnêtement” au questionnaire d’auto-évaluation.

Depuis ce 1er octobre, le Passenger Locator Form – le formulaire à remplir obligatoirement pour toute personne voyageant à l’étranger plus de 48 heures – intègre également un questionnaire d’auto-évaluation auquel il est demandé de répondre “honnêtement”.

Les questions

Voici les 7 questions/affirmations (avec choix multiple) reprises dans le questionnaire:

  1. Se laver les mains.
  2. Porter un masque buccal dans les endroits très fréquentés.
  3. Garder une distance minimale de 1,5 mètre (des personnes se trouvant en dehors de votre bulle de voyage).
  4. Quelle était la taille de votre bulle de voyage (à l’exclusion des enfants de moins de 12 ans)?
  5. Quel type de résidence avez-vous utilisé le plus souvent?
  6. Quel moyen de transport avez-vous utilisé le plus fréquemment pendant votre séjour?
  7. Avez-vous participé à l’une des activités suivantes au cours de votre voyage?

Réponses

Par exemple, dans le premier cas, le répondant aura le choix entre trois réponses:

  1. C’est important pour moi. Je me lave les mains plusieurs fois par jour tout au long de la journée.
  2. C’est moyennement important. Je me lave les mains de temps en temps.
  3. Je trouve cela sans importance et je n’y prête pas attention

“Au terme du questionnaire, un score sera automatiquement calculé pour évaluer le degré de risque pris durant votre voyage et/ou votre séjour à l’étranger et ce score sera utilisé pour évaluer la nécessité de se faire tester et isoler au retour de votre séjour“, d’après les indications contenues au sein du Passenger Locator Form.

Source link

7 things we learned about France in the new November 2020 issue of France Magazine

PUBLISHED: 11:45 30 September 2020 | UPDATED: 11:53 30 September 2020

Get your copy of FRANCE Magazine's November issue now

Get your copy of FRANCE Magazine’s November issue now

Archant

Enjoy a sneak peek of our new issue, our family-friendly France special!



1) There’s a lively race from London to Beaujeu every November to collect the new vintage of Beaujolais Nouveau – and it celebrates its 50th anniversary this year

The brainchild of Clement Freud and The Good Wine Guide’s Joseph Berkmann, the Beaujolais Run sees teams compete to be the first to bring the bottles back to London, with various challenges along the way.

Buckle up and join the rally with Adam Hay-Nicholls on page 18.

A pitstop on the Beaujolais Run. Pic: Adam Hay-NichollsA pitstop on the Beaujolais Run. Pic: Adam Hay-Nicholls

2) Paris comes into its own in autumn and the Bois de Vincennes is one of the best places to see the season’s colours

Take advantage of the free entry from October to March and make a beeline to the arboretum to the south east of the park, home to 1,200 trees.

Find out where else to see the fall colours with Brigitte Nicolas on page 34.

3) Forget Switzerland – Besançon is a paradise for watch lovers

A must-visit is the city’s watch museum in the gorgeous setting of the Palais Granvelle.

Spend some peaceful time in this university city with Lara Dunn on page 38.

Beautiful Besancon on the Doubs. Pic: JGS25/WikimediaBeautiful Besancon on the Doubs. Pic: JGS25/Wikimedia

4) Don’t miss the Alps’ very own ‘leaning house’

It’s not quite Pisa but it’s certainly unusual! La maison penchée in the Haute Maurienne Vanoise valley is a wartime bunker whose tilted frame was caused by an explosion in 1944.

Discover the charms of the Haute Maurienne Vanoise en famille with Ben Moore on page 56.

5) There’s a now whole tourist trail dedicated to France’s amazing gastronomy

The Vallée de la Gastronomie stretches through some of the country’s top foodie hotspots, from Dijon to Marseille via Lyon.

Enjoy a journey to savour with Philip Sweeney on page 66.

Le Relais Bernard Loiseau, a stop on the Vallee de la Gastronomie route. Pic: B PreschemiskyLe Relais Bernard Loiseau, a stop on the Vallee de la Gastronomie route. Pic: B Preschemisky

6) Matisse, Picasso and Modigliani were just some of the artistic greats who loved Saint-Paul de Vence

This stunning haven for artists in Alpes-Maritimes attracts both everyday holidaymakers and the world’s top artists thanks to its picture-perfect looks.

Stroll along its picturesque streets with Lara Dunn on page 46.

7) During the Roaring Twenties in Paris, there was a group of intellects called Les Hydropathes who claimed to be afraid of water and only drank alcohol!

They frequented Le Chat Noir, the nightclub that inspired the world-famous poster.

Find out about the history of the iconic lithograph with Helen Parkinson on page 80.

So what are you waiting for? The November 2020 issue of FRANCE Magazine is out now: order your copy here.

Or take advantage of our great subscription offers and get FRANCE Magazine delivered straight to your door every month!

Source link

le gouvernement promet « un accompagnement économique »

Les représentants des salles de sport, fermées depuis lundi 28 septembre dans plusieurs grandes villes pour endiguer la progression du Covid-19, bénéficieront d’un « accompagnement économique » et seront reçus à Bercy dans les prochains jours, a indiqué ce mardi 29 septembre le ministre de la Santé Olivier Véran.

« Je comprends parfaitement la détresse des usagers des salles de sport et de ceux qui les tiennent », a affirmé le ministre devant les députés lors des questions au gouvernement, évoquant « une décision qu’on prend d’arrache-coeur » et promettant que cette fermeture porterait sur « un temps le plus court possible ».

La fermeture des salles de sport ne passe pas : « C’est incompréhensible ! »

Les nouvelles règles sanitaires annoncées par le gouvernement le 23 septembre imposent entre autres la fermeture des salles de sport dans les zones d’alerte renforcée, comme Paris.

« Ce n’est pas de la responsabilité ou de la faute des personnes qui tiennent ces salles, mais tous les endroits clos où on ne porte pas de masque, où il peut y avoir de la sueur, sont des endroits hélas propices à la diffusion de virus, c’est ce que nous disent les scientifiques et les médecins, et [c’est] ce qui est fait dans tous les pays du monde qui font face à une recrudescence » de l’épidémie, a-t-il déclaré.

Olivier Véran a affirmé qu’« il y aura un dédommagement et un accompagnement économique, [le ministre de l’Economie] Bruno Le Maire recevra l’ensemble des acteurs de la filière des salles de sport dans les prochains jours, je crois la semaine prochaine ou en fin de semaine, pour pouvoir les accompagner toute la période nécessaire ».

Seulement 200 cas de Covid en salles, selon la filière

Plusieurs entreprises qui gèrent des salles de sport ont annoncé ces derniers jours qu’elles allaient déposer des référés devant la justice administrative contre les arrêtés de fermeture les concernant.

Fermeture des bars, rassemblements, niveaux d’alerte… Les annonces de Véran

La filière conteste notamment le fait de contribuer à la propagation du virus, avançant le chiffre de 200 cas de Covid-19 recensés dans les salles de sport confinées proposant une activité sportive – sur près de 25 millions de passages – depuis le mois d’août, selon des données de l’Union Sport et Cycle.

Le secteur représente près de 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires, avec près de 35 000 salariés, et a déjà été éprouvé par les fermetures lors du confinement.

Source link