7 things we learned about France in the new November 2020 issue of France Magazine

PUBLISHED: 11:45 30 September 2020 | UPDATED: 11:53 30 September 2020

Get your copy of FRANCE Magazine's November issue now

Get your copy of FRANCE Magazine’s November issue now

Archant

Enjoy a sneak peek of our new issue, our family-friendly France special!



1) There’s a lively race from London to Beaujeu every November to collect the new vintage of Beaujolais Nouveau – and it celebrates its 50th anniversary this year

The brainchild of Clement Freud and The Good Wine Guide’s Joseph Berkmann, the Beaujolais Run sees teams compete to be the first to bring the bottles back to London, with various challenges along the way.

Buckle up and join the rally with Adam Hay-Nicholls on page 18.

A pitstop on the Beaujolais Run. Pic: Adam Hay-NichollsA pitstop on the Beaujolais Run. Pic: Adam Hay-Nicholls

2) Paris comes into its own in autumn and the Bois de Vincennes is one of the best places to see the season’s colours

Take advantage of the free entry from October to March and make a beeline to the arboretum to the south east of the park, home to 1,200 trees.

Find out where else to see the fall colours with Brigitte Nicolas on page 34.

3) Forget Switzerland – Besançon is a paradise for watch lovers

A must-visit is the city’s watch museum in the gorgeous setting of the Palais Granvelle.

Spend some peaceful time in this university city with Lara Dunn on page 38.

Beautiful Besancon on the Doubs. Pic: JGS25/WikimediaBeautiful Besancon on the Doubs. Pic: JGS25/Wikimedia

4) Don’t miss the Alps’ very own ‘leaning house’

It’s not quite Pisa but it’s certainly unusual! La maison penchée in the Haute Maurienne Vanoise valley is a wartime bunker whose tilted frame was caused by an explosion in 1944.

Discover the charms of the Haute Maurienne Vanoise en famille with Ben Moore on page 56.

5) There’s a now whole tourist trail dedicated to France’s amazing gastronomy

The Vallée de la Gastronomie stretches through some of the country’s top foodie hotspots, from Dijon to Marseille via Lyon.

Enjoy a journey to savour with Philip Sweeney on page 66.

Le Relais Bernard Loiseau, a stop on the Vallee de la Gastronomie route. Pic: B PreschemiskyLe Relais Bernard Loiseau, a stop on the Vallee de la Gastronomie route. Pic: B Preschemisky

6) Matisse, Picasso and Modigliani were just some of the artistic greats who loved Saint-Paul de Vence

This stunning haven for artists in Alpes-Maritimes attracts both everyday holidaymakers and the world’s top artists thanks to its picture-perfect looks.

Stroll along its picturesque streets with Lara Dunn on page 46.

7) During the Roaring Twenties in Paris, there was a group of intellects called Les Hydropathes who claimed to be afraid of water and only drank alcohol!

They frequented Le Chat Noir, the nightclub that inspired the world-famous poster.

Find out about the history of the iconic lithograph with Helen Parkinson on page 80.

So what are you waiting for? The November 2020 issue of FRANCE Magazine is out now: order your copy here.

Or take advantage of our great subscription offers and get FRANCE Magazine delivered straight to your door every month!

Source link

le gouvernement promet « un accompagnement économique »

Les représentants des salles de sport, fermées depuis lundi 28 septembre dans plusieurs grandes villes pour endiguer la progression du Covid-19, bénéficieront d’un « accompagnement économique » et seront reçus à Bercy dans les prochains jours, a indiqué ce mardi 29 septembre le ministre de la Santé Olivier Véran.

« Je comprends parfaitement la détresse des usagers des salles de sport et de ceux qui les tiennent », a affirmé le ministre devant les députés lors des questions au gouvernement, évoquant « une décision qu’on prend d’arrache-coeur » et promettant que cette fermeture porterait sur « un temps le plus court possible ».

La fermeture des salles de sport ne passe pas : « C’est incompréhensible ! »

Les nouvelles règles sanitaires annoncées par le gouvernement le 23 septembre imposent entre autres la fermeture des salles de sport dans les zones d’alerte renforcée, comme Paris.

« Ce n’est pas de la responsabilité ou de la faute des personnes qui tiennent ces salles, mais tous les endroits clos où on ne porte pas de masque, où il peut y avoir de la sueur, sont des endroits hélas propices à la diffusion de virus, c’est ce que nous disent les scientifiques et les médecins, et [c’est] ce qui est fait dans tous les pays du monde qui font face à une recrudescence » de l’épidémie, a-t-il déclaré.

Olivier Véran a affirmé qu’« il y aura un dédommagement et un accompagnement économique, [le ministre de l’Economie] Bruno Le Maire recevra l’ensemble des acteurs de la filière des salles de sport dans les prochains jours, je crois la semaine prochaine ou en fin de semaine, pour pouvoir les accompagner toute la période nécessaire ».

Seulement 200 cas de Covid en salles, selon la filière

Plusieurs entreprises qui gèrent des salles de sport ont annoncé ces derniers jours qu’elles allaient déposer des référés devant la justice administrative contre les arrêtés de fermeture les concernant.

Fermeture des bars, rassemblements, niveaux d’alerte… Les annonces de Véran

La filière conteste notamment le fait de contribuer à la propagation du virus, avançant le chiffre de 200 cas de Covid-19 recensés dans les salles de sport confinées proposant une activité sportive – sur près de 25 millions de passages – depuis le mois d’août, selon des données de l’Union Sport et Cycle.

Le secteur représente près de 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires, avec près de 35 000 salariés, et a déjà été éprouvé par les fermetures lors du confinement.

Source link

Neckermann a besoin de 5 millions d’euros de capitaux frais

Les revenus du voyagiste belge ont fondu de plus de 90% à la suite de la crise du Covid-19. Neckermann en appelle à un soutien régional ou fédéral de 5 millions.

Repris il y a un an par le groupe espagnol Wamos après la faillite de Thomas Cook, Neckermann avait retrouvé quelques couleurs, réalisant en début d’année des ventes records. C’était avant que n’éclate la crise du Covid-19.

Depuis lors, le monde du voyage déchante. Après une éclaircie en juin et début juillet, liée à la réouverture des frontières qui a suivi le confinement, les ventes ont à nouveau plongé.

À une mauvaise communication sur les codes de couleur s’ajoute une offre limitée. “Pour l’hiver, c’est déjà fichu. L’Égypte, les Caraïbes, la Tunisie sont fermées, alors que des départs depuis la France restent possibles”, souligne Laurent Allardin, directeur général de Neckermann Belgique.

Le voyagiste réalise actuellement 5% à peine de ses ventes de l’an dernier. “Nous gardons nos boutiques ouvertes pour donner des conseils aux clients et anticiper un redémarrage des activités”, précise Laurent Allardin. Cette relance devrait selon lui se dessiner à partir de l’été 2021, avant un retour à la normale en 2023.




“Nous gardons nos boutiques ouvertes pour donner des conseils aux clients et anticiper un redémarrage.”

Laurent Allardin

CEO de Neckermann Belgique

En attendant, une partie du personnel (environ 200 personnes au total) a été mise en chômage économique. Des 62 magasins sauvés l’an dernier, trois ont été fermés définitivement (deux en Flandre, un à Bruxelles) et un a été ouvert – avant le Covid – dans le nord de la France. Six des 59 magasins restants (dont 17 en Wallonie) ont été fermés temporairement, et 40 autres ne restent ouverts que 3 jours par semaine.

Trésorerie à sec

2,6

millions €

Neckermann a obtenu une première aide des régions sous forme d’un prêt de 2,6 millions d’euros qui s’avère insuffisant.

Neckermann lance donc un nouvel appel au secours. “Il nous faut 5 millions d’euros pour les 5 prochaines années”, explique son CEO. À cela s’ajouteront des mesures d’économie, essentiellement des renégociations de contrats, mais on ne toucherait pas aux effectifs.

Pour obtenir ces 5 millions, le voyagiste agit sur deux leviers: une injection de capital ou un crédit des régions ou une intervention du fédéral via la SFPI. Des discussions sont en cours. “Nous attendons les réponses d’ici 15 jours”, dit Laurent Allardin.

Reste à voir si le gouvernement fédéral jugera le secteur du tourisme stratégique pour l’économie du pays. “Dès lors que l’on injecte des fonds pour sauver Brussels Airlines, il me paraît cohérent de soutenir les agences de voyage, gros pourvoyeurs de clientèle pour les compagnies”, fait remarquer le CEO de Neckermann.

Source link

Accord sur fond de désaccords

La désignation de Paul Magnette par le Palais royal comme formateur auprès d’Alexander De Croo fâche le MR. Le président du PS et le poids lourd de l’Open Vld doivent finaliser un accord de gouvernement sur la base d’une note dont de nombreux éléments ont déjà fuité. Des contradictions apparaissent déjà sur la fiscalité.

Ça passe, mais l’affaire est loin d’être dans le sac. Les sept partis de la Vivaldi se sont accordés mercredi sur un texte de base, quelques heures seulement avant l’ultime rendez-vous royal des deux préformateurs, Egbert Lachaert, président de l’Open Vld, et Conner Rousseau, président du sp.a. Le Palais a désigné deux co-formateurs, Paul Magnette, président du PS, et Alexander De Croo, vice Premier Open Vld. Les deux hommes, en course pour le poste de Premier ministre, devront affiner le projet gouvernemental et bétonner leur projet avant la fin de la confiance accordée au gouvernement Wilmès, soit le 1er octobre. Ils se sont mis au travail dès mercredi soir.

Bouchez toujours fâché

Avant de passer au fond de l’accord, il faut signaler que les dernières heures ne semblent pas avoir aplani les différends entre les protagonistes de cette folle épopée. Signe? La réunion en plénière annoncée depuis lundi n’a jamais eu lieu.

Autre élément, le MR est toujours fermement opposé à la montée en puissance de Paul Magnette. Georges-Louis Bouchez n’était pas d’accord pour nommer le président du PS comme formateur aux côtés d’Alexander De Croo et s’oppose toujours à ce qu’il devienne Premier ministre. Le Palais s’est donc prononcé sans l’assentiment d’un président des sept partis (PS, sp.a, MR, Open Vld, Ecolo/Groen et CD&V). Ça fait désordre. “Ce ne sont pas les présidents de partis qui nomment le formateur”, répliquait-on en coulisse. Sans calmer la colère de Georges-Louis Bouchez qui menacerait même de boycotter une éventuelle réunion à 7. Ambiance.

Dans la soirée, le président du MR se manifestait sur Twitter. “Pour faire taire les rumeurs, le MR ne commente jamais les décisions du Palais“, lançait-il en se disant prêt à travailler sur le fond pour former un gouvernement.

Des tensions vives se sont par ailleurs manifestées entre les deux préformateurs en début de semaine. Selon certains échos, elles étaient telles qu’il était tout simplement impossible qu’ils continuent à piloter la formation. Ambiance bis.

Enfin, les termes de l’accord Lachaert/Rousseau qui ont fait l’objet de nombreuses fuites dans la journée de mercredi s’entrechoquent parfois selon les interlocuteurs.

Des impôts qui sortent en rentrant

La dynamique lancée par le tandem était simple, offrir à chaque famille politique une “trophée” parmi les dossiers qui leur tenaient à coeur. Après le clash violent survenu entre Georges-Louis Bouchez et les autres formations dimanche et lundi, les deux préformateurs ont procédé par ordre pour isoler le MR et forcer l’accord, commentait-on largement dans l’entourage des négociations en début de journée.

Mardi soir, Lachaert et Rousseau ont vu ensemble Magnette et Coens pour le CD&V et se sont mis d’accord sur un premier cadre. Mercredi matin, le duo a inclus la famille écologiste dans le deal, prenant soin de ne revoir Georges-Louis Bouchez qu’au dernier moment. Sur le MR planait la menace d’une mise dans l’opposition, et au Fédéral et en Wallonie grâce à la remontée en selle du cdH. Une menace qui ne semble pas encore levée. Coincé le Bouchez.

Selon les échos libéraux, le Montois ne serait pourtant pas sorti complètement déshabillé de la rencontre, au terme de laquelle il a marqué son accord sur le texte des deux préformateurs. “Pas d’impôts nouveaux”, voilà la phrase qui serait apparue dans le texte grâce au président du MR. Rapidement d’autres sources complétaient le trophée par un “sauf dans le cadre des négociations budgétaires“. “Ce qui ne veut rien dire”, analyse à propos une source avisée. Par ailleurs, l’idée d’une “contribution sur ceux qui ont les épaules les plus larges” figure noir sur blanc dans le texte. Celui-ci exclut tout de même une taxe sur les plus-values.

A gauche, l’idée d’une pension minimum à 1.500 euros est acquise, mais on ne sait pas si ce sera en net ou en brut. Les verts obtiennent la sortie du nucléaire en 2025 et le CD&V cadenasse la réforme de l’IVG et l’absence de toute refédéralisation. Mais, il y a un grand absent: le financement des mesures sociales généreuses obtenues par le PS. On vous le dit, on est encore loin du happy end.


Les principaux points de l’accord

Selon nos sources, voici ce que contient le texte de l’accord de base pour la formation d’un gouvernement par les préformateurs Egbert Lachaert et Conner Rousseau.

Énergie

La sortie du nucléaire se fera selon le calendrier prévu par la Loi. L’impact éventuel sur la facture des citoyens et des entreprises, actuellement évalué par un groupe de travail technique, sera neutralisé. Le gouvernement fédéral s’impose par ailleurs comme objectif de réduire de 55% les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 et prend dans sa sphère de compétences les mesures en ce sens.

Institutionnel

Deux ministres seront en charge du débat sur le futur du pays. L’autonomie des Régions sera renforcée, notamment en matière de soins de santé.

Éthique

Le débat sur l’IVG se tiendra au Parlement, comme convenu précédemment.

Budget

Un refinancement des soins de santé (le plus important depuis la création de la sécurité sociale), une enveloppe additionnelle pour le relèvement des allocations sociales et des pensions à 1500 euros (ce n’est pas encore tranché si ce montant est en net ou brut) mais aussi pour la justice. Le plan d’investissement et les mesures conjoncturelles de relance en 2021 et 2022 sont compris hors budget. Une garantie non limitée dans le temps concernant l’équilibre de la sécurité sociale.

Fiscalité

La préparation d’une grande réforme fiscale pour 2024, ainsi que le verdissement de la flotte des voitures de société. Ce régime sera d’ailleurs progressivement supprimé dans le cadre de cette réforme fiscale. Une contribution spéciale des citoyens aux épaules les plus larges est prévue via une taxe sur les “super riches”, ainsi qu’une Digitax sur les GAFA. La transparence et la lutte contre la fraude fiscale sont également à l’ordre du jour ainsi qu’un taux d’imposition minimum pour les sociétés multinationales.

Travail

Un renforcement du rôle des partenaires sociaux. L’accord ne prévoit pas de “faire des économies” sur le chômage et le régime d’incapacité.

Social

Pas d’ajustement de l’âge de la pension, ni de dégressivité des allocations de chômage et des prépensions. Les allocations sociales les plus basses seront relevées.

Source link

Zone rouge: êtes-vous couvert par votre assurance assistance?

Prenons d’abord le cas des mutuelles. En tant qu’affilié à une mutualité, vous bénéficiez de Mutas, l’assistance médicale urgente à l’étranger. Ce service d’assistance est organisé en commun par toutes les mutualités belges, à l’exception des Mutualités Libres (qui dispose de Mediphone Assist, sa propre centrale d’alarme) et couvre généralement les pays de l’Union européenne, la Suisse, la Norvège, l’Islande et le Liechtenstein.  




“Même si vous allez en zone rouge, votre mutualité continuera à couvrir le remboursement d’une partie de vos frais de santé.”

Elodie Debrumetz

Porte-parole de la Mutualité Chrétienne

Si vous vous rendez dans une zone rouge pour y faire du tourisme, vous ne serez pas couvert par Mutas. «Il n’y a rien de neuf à cela. Avant la crise du coronavirus, Mutas suspendait déjà son intervention pour les régions déconseillées par le SPF Affaires étrangères», selon Elodie Debrumetz, la porte-parole de la Mutualité Chrétienne. En revanche, s’il s’agit d’un voyage avec un motif essentiel, Mutas vous couvrira. Il en va de même pour Mediphone Assist.

«Attention, il s’agit bien du volet assistance. Si vous êtes dans une zone rouge, peu importe le motif de votre déplacement, votre mutualité continuera à intervenir sur le volet obligatoire, à savoir, le remboursement d’une partie des frais médicaux que vous pourriez avoir sur place», a-t-elle précisé.

Du cas par cas

Chez d’autres assureurs, c’est du cas par cas. Par exemple, Europ Assistance ne couvrait plus ses assurés si ceux-ci se rendaient dans une zone rouge. Mais suite aux nouvelles décisions du SPF Affaires étrangères, «nous avons décidé – à partir du 25 septembre – de couvrir dans tous nos contrats d’assistance voyage, tout déplacement vers et dans une zone rouge, qu’elle soit dans la zone Schengen ou en dehors de celle-ci et peu importe le motif du voyage», indique le porte-parole, Xavier Van Caneghem.




Allianz n’assure pas l’assistance en zone rouge pour les cas liés au Covid-19.

Notez que cette règle s’applique tant aux prestations médicales, c’est-à-dire l’assistance aux personnes, qu’à l’assistance technique (l’assistance au véhicule).

Autre exemple : chez Allianz, les clients bénéficient de l’entièreté de leurs couvertures d’assistance, en zone rouge, à l’exception de l’assistance pour les cas liés au Covid-19. Mais il n’est pas impossible que cette exclusion soit retirée d’ici vendredi. Affaire à suivre. En conclusion, peu importe votre contrat d’assurance, prenez la peine de vérifier les éventuels cas d’exclusion avant de voyager.

Source link

Belfort’s Citadelle and Lion crowned France’s Favourite Monument of 2020

PUBLISHED: 09:50 21 September 2020 | UPDATED: 10:12 21 September 2020

Belfort's Citadelle and Lion. Pic: Pixel-68/Getty

Belfort’s Citadelle and Lion. Pic: Pixel-68/Getty

Archant

The Bourgogne-Franche-Comté landmark fought off competition from 13 other sites to win






An immense sandstone statue created by Statue of Liberty sculptor Frédéric Auguste Bartholdi, as well as its neighbouring citadelle, have been voted France’s Favourite Monument of 2020 after a public vote. La Citadelle et le Lion de Belfort, which take pride of place in the Bourgogne-Franche-Comté commune, fought off competition from the likes of the Canal du Midi and Paris’ Saint-Chapelle to win.

The immense structure is 70 feet long. Pic: Eyewave/GettyThe immense structure is 70 feet long. Pic: Eyewave/Getty

Its victory was televised as part of popular TV programme Le Monument Préféré des Français, presented by Stéphane Bern on French channel France 3. It follows in the esteemed footsteps of the Bas-Rhin commune of Hunspach, which was awarded the accolade of France’s Favourite Village in a similar televised vote earlier this year. Le Monument Préféré des Français was first broadcast in 2014 and sees one top landmark from each of France’s regions selected to battle it out.

Belfort’s magnificent citadelle dates back to the Middle Ages, although it was strengthened by architectural mastermind Vauban in the 17th century. The huge lion sits at its base as a tribute to the people’s resistance to the Siege of Belfort, the Prussian assault in the 1870s. Built in 1880, it’s a whopping 37 feet high and 70 feet long.

The quirky Palais Ideal in Drome. Pic: JackF/GettyThe quirky Palais Ideal in Drome. Pic: JackF/Getty

Coming second in the competition was the Palais Idéal du Facteur Cheval, the palace built by a humble postman in Drôme. The fascinating structure took Ferdinand Cheval 33 years to build and is today a popular tourist attraction in Auvergne-Rhône-Alpes.

The ornate Temple Narassingua Peroumal. Pic: Auregann/WikimediaThe ornate Temple Narassingua Peroumal. Pic: Auregann/Wikimedia

In third place was the Temple Tamoul Narassingua Péroumal on the Indian Ocean island of La Réunion. This fantastic, colourful building was built in the 19th century by some Indian military volunteers who were shipwrecked on the island.

Here are the result in full:

4 – La villa Cavrois (Hauts-de-France)

5 – Le Fort La Latte (Brittany)

6 – L’Arsenal de Rochefort (Nouvelle-Aquitaine)

7 – Le Parc du haut-fourneau U4 d’Uckange (Grand Est)

8 – Le Canal du Midi (Occitanie)

9 – Le Château et les Jardins de Villandry (Centre-Val de Loire)

10 – Le Château de Brézé (Pays de la Loire)

11 – La cathédrale Saint-Nicolas de Nice (Provence-Alpes-Côte d’Azur)

12 – La Sainte-Chapelle (Île-de-France)

13 – Le Château du Champ de Bataille (Normandy)

14 – La Chapelle Impériale du Palais Fesch d’Ajaccio (Corsica)

____________________________________________________________________________________________________________________________________________________

You might also like…

You could buy a home in one of France’s favourite towns

Dieppe is France’s favourite market of 2020

_______________________________________________________________________________________

Source link

« On donne aux patrons pour qu’ils suppriment des emplois »

Ils étaient 10 000, selon les syndicats, à défiler jeudi 17 septembre dans les rues de Paris à l’appel de la CGT, de la FSU et de Solidaires, pour la première manifestation de la rentrée (après les « gilets jaunes » samedi). « Les Amish en colère sont dans la rue » proclamait une pancarte, allusion à la provocation d’Emmanuel Macron contre les écologistes anti-5G. Pourquoi cette manifestation ? Les raisons ne manquent pas, entre crise sanitaire et gronde sociale, et avec la réforme des retraites en arrière-plan. « L’Obs » a interrogé les manifestants.

« On ne nous respecte pas »

Wardia Yamini travaille au Carrefour de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine). Elue du personnel CGT, elle défile derrière une grande banderole sur laquelle on peut lire :

« Les héros toujours sous-payés ».

Elle poursuit : « Durant le confinement, on était les premiers sur le pont. Les caissières étaient exposées au Covid-19. On s’attendait à une récompense, à des hausses des salaires ou à des primes… mais rien ! C’est lamentable. On ne nous respecte pas. Je suis responsable du rayon charcuterie et fromage à la coupe, je gagne autour de 1 200 euros par mois pour 35 heures [le smic net s’élève à 1 219 euros, NDLR]. Et encore, il suffit qu’on ait un retard pour qu’on nous retire une heure de paye. Quand on a payé le loyer et toutes les factures, il ne reste rien… »

« Le groupe Carrefour, c’est sa faute, accuse Wardia Yamini. La direction pénalise les salariés alors qu’elle pourrait faire ce qu’il faut. Dan

Pour lire les 82 % restants,
testez l’offre à 1€ sans engagement.

Source link

Les nouvelles tendances voyage à l’abri du coronavirus

La rentrée, c’est le glas des vacances d’été! Heureusement pour le moral, c’est aussi le moment où de nombreux Belges se mettent déjà en quête de leurs prochaines destinations de vacances. Mais ce choix peut s’avérer difficile vu l’incertitude qui pèse à différents niveaux sur le secteur du tourisme. Pourtant, en cherchant bien, il existe des opportunités pour changer d’air et d’environnement à très court terme, tout en restant relativement à l’abri du virus et tout en protégeant aussi son budget.

1. Quelles sont les nouvelles tendances de voyage?

“Réserver le plus tard possible“, répond Frank Bosteels, le porte-parole de Connections. Ce comportement adopté par les Belges permet de s’adapter au changement régulier du code couleur adopté par le ministère des Affaires Étrangères. Cela dit, pour ceux qui passent par un organisateur de voyages pour réserver leurs prochaines vacances, cette possibilité de changement de couleur ne devrait pas être un frein vu les garanties prévues par le secteur (voir question 6). «D’autre part, on note clairement un engouement pour les destinations que l’on peut rejoindre en voiture.»

D’ailleurs, pour les vacances de Toussaint, «les Ardennes font déjà le plein», selon Sarah Saucin, la porte-parole de TUI. «Les Belges prennent la voiture, avec leur bulle, et rejoignent facilement leur destination. Ils profitent de la paix, de la nature, loin du stress, soit en louant un logement de type chalet ou un appartement, soit en privilégiant des hôtels de plus petite taille, qui mettent l’accent sur le calme et l’authenticité

Une tendance confirmée par Thibaut Van Look d’Interhome, une société de location de logements. «Alors que les réservations pour la Toussaint sont stables, celles des vacances de Noël sont en augmentation. Mais cette hausse des réservations est encore plus significative pour 2021 (+36%). De plus, on remarque que les budgets consacrés aux vacances par nos clients sont aussi considérablement plus élevés qu’avant




“Cette tendance à voyager avec son propre véhicule nous a d’ailleurs amenés à créer de nombreux roadtrips.”

Hervé Ollagnier

CEO de Continents Insolites

«Au-delà de l’attente au niveau sécurité et hygiène, nous remarquons que nos voyageurs sont en quête de découverte et d’authenticité aux portes de chez eux», ajoute Hervé Ollagnier, le CEO de Continents Insolites (CI). «Ils recherchent des destinations proches et accessibles par vol direct ou en voiture. La tendance est moins au survol rapide d’un maximum de choses qu’à l’approfondissement des aspects culturels, historiques et gastronomiques des régions choisies. En somme, moins de distance parcourue, moins d’étapes, pour plus de temps sur place et d’immersion. Cette tendance à voyager avec son propre véhicule nous a d’ailleurs amenés à créer de nombreux roadtrips. En passant par des routes panoramiques et des étapes de charme moins visitées en temps normal, le trajet devient le corps et l’essence du voyage. Les échanges humains et les expériences partagées avec les habitants, les guides ou les artistes locaux sont également très prisés

En ce qui concerne les vacances en avion, le top 3 des réservations chez TUI pour la semaine de Toussaint sont Tenerife, Gran Canaria et Lanzarote. Ces mêmes trois destinations seront les seules desservies par Corendon pendant les mois d’hiver (toute l’Espagne a basculé en zone rouge le 4 septembre, à l’exception de Tenerife, NDLR).

De son côté, Connections joue la carte des Antilles, avec des offres en Guadeloupe et en Martinique. «Ces offres présentent comme avantage de pouvoir se rendre dans une destination exotique en vol direct, évitant ainsi les escales, avec un séjour sur une île, ce qui est perçu comme plus sécurisant», précise Frank Bosteels.

2. Quelles sont les nouveautés?

«Dès la période du confinement, nous avons développé des formules de voyage appropriées à la situation sanitaire», ajoute-t-il. De fait, Connections a conclu un partenariat avec une société qui propose la location de Campervans avec 40 points de prise en charge à travers l’Europe. Il s’agit d’un camping-car qui comprend 4 places assises en journée et un lit pour 2 personnes pour la nuit. En option, 2 personnes peuvent dormir dans une tente ou dans le toit du véhicule.

Un autre partenariat a été mis en place avec Sailo, qui est l’équivalent d’AirBnB pour la location de bateaux. Sailo permet de louer un bateau avec ou sans skipper, pour voyager tout en restant dans sa bulle. «Il est ainsi possible de visiter les îles grecques, les côtes de la Croatie ou de l’Adriatique.»

Connections a par ailleurs développé son offre de voyages en Europe avec, en tête, l’Italie, la Grèce ou le Portugal, soit les destinations en avion les plus prisées cet été.

Du côté de TUI, un effort a été fait pour élargir l’offre des vacances en voiture. «Nous proposons depuis cette semaine des vacances dans les villages de vacances de luxe Droomparken aux Pays-Bas», explique Sarah Saucin.

Chez Neckermann aussi, il y a un élargissement continuel de la gamme de produits en Europe, avec une offre plus vaste de maisons de vacances, de séjours aux sports d’hiver et de citytrips. «En outre, nous nous tournons encore plus qu’avant vers des vacances à la carte», précise sa porte-parole, Leen Segers. «En fonction non seulement de la demande du client, mais aussi de l’avis de voyage du ministère des Affaires étrangères.»




“En fonction des saisons, il sera possible d’observer assez facilement des ours bruns, des loups, des gloutons, des élans et des espèces uniques d’oiseaux.”

Bruno Van Den Bossche

Nordic Inspiration

Par nécessité, certains voyagistes comme Bruno Van Den Bossche de l’agence Inspiration of Africa ont dû se réinventer, ce qui permet aussi d’offrir de la nouveauté. «Je suis spécialisé dans les safaris en Afrique. Suite aux restrictions de voyage, nous avons créé un nouveau réceptif touristique baptisé Nordic Inspiration. Celui-ci couvre les pays Baltes et l’Europe du Nord avec un accent nature et safari qui permet, en fonction des saisons, d’observer assez facilement des ours bruns, des loups, des gloutons, des élans et des espèces uniques d’oiseaux. Ces nouvelles destinations offrent le même atout majeur que les destinations que nous proposions en Afrique: l’espace! Et avoir de l’espace et de la place pour pouvoir respirer, c’est aussi une notion du luxe moderne.»

Cette photo a été prise par l’agence Nordic Inspiration, fin août 2020, dans la région de Ruka en Finlande.
©Bruno Van Den Bossche

Afin de proposer un grand nombre d’activités d’extérieur tout en limitant fortement les contacts rapprochés, CI a développé pour la Toussaint toute une gamme de voyages et d’expériences dans le bassin méditerranéen. «La Crète, la Sicile, l’Algarve, le Péloponnèse sont autant de régions qui bénéficient d’un climat doux et ensoleillé à l’automne, et qui permettent des visites de sites archéologiques, des promenades dans des vignobles avec dégustations en plein air, des balades en VTT,  des sessions d’escalade ou de spéléo, la découverte de plages et des villages en scooter, ainsi que des sorties en mer sur un bateau privatisé.»

Sur la période de Noël, ce voyagiste mettra l’accent d’une part sur la Laponie, avec un focus plus particulier sur la Norvège et la Suède, «à savoir des destinations moins fréquentées et avec des hébergements beaucoup plus petits et confidentiels qu’en Finlande, et qui offrent en outre de réelles possibilités de privatisation des activités». Pour les mêmes raisons et pour la magie des highlands sous la neige, CI proposera aussi l’Écosse.

«D’autre part, nous prévoyons des combinés de villes méditerranéennes telles que Palerme et Syracuse, Réthymnon et La Canée, Porto et Lisbonne, Thessalonique et Athènes, ou encore Split et Dubrovnik. À cette période, la fréquentation touristique y est plus faible, ce qui permet de visiter des sites majeurs en évitant les foules et de se loger dans d’anciens palais ou demeures aristocratiques au cœur des centres historiques.»

3. Et les originalités?

«Nous avons développé une palette d’hébergements de charme privés et d’expériences exclusives qui nous permettent de répondre à toutes les envies (sur mesure) en toute sécurité», répond Hervé Ollagnier de CI. «Par exemple, une nuit dans un phare en Norvège pour une déconnexion totale et le sentiment d’être seul au monde (le phare est situé sur une île isolée accessible uniquement en bateau privatisé). Ou l’expérience d’une ou plusieurs nuits dans une maison de pêcheur.»

«Au Portugal, nous proposons un séjour en maison flottante, amarrée dans un superbe lagon côtier, totalement autonome et équipée. Un zodiac privé est à disposition et permet de voyager de plage en plage, sur les eaux du lagon. Sinon, nous proposons aussi une croisière dans les Cyclades en goélette historique privatisée, pour une famille ou une bulle d’amis, pour découvrir des îles sauvages.»




“Au Portugal, nous proposons un séjour en maison flottante, amarrée dans un superbe lagon côtier, totalement autonome et équipée.”

Hervé Ollagnier

CEO de Continents Insolites

Pour ceux qui préfèrent le plancher des vaches, ce voyagiste peut privatiser un manoir écossais dans une réserve naturelle privée. «De nombreuses expériences sont proposées sur place pour répondre à toutes les envies: de la dégustation de whisky à la découverte de la réserve en voiture de collection.»

Chez Totem Travel, l’accent est davantage mis sur un retour à la nature. Au menu: permaculture en Italie avec yoga, randonnée, cours de cuisine bio, chasse à la truffe, etc. «Nous organisons aussi des excursions en bateau privé dans les îles grecques, ou dans les îles italiennes, des roadtrips en France, en Italie, au Portugal, en Croatie, en Islande, en Écosse, en Norvège, avec une sélection très stricte des voitures. Par exemple, une Aston Martin ou une Mini Cooper en Écosse, une Fiat 500 ou une Alfa Romeo en Italie, ou une Renault 4 ou une 2CV en France», selon Anne Laurant, CEO et propriétaire de Totem Travel.

©Shutterstock

4. Quelles mesures supplémentaires ont été prises pour rassurer les voyageurs?

«Tous nos clients voyagent de manière privée, avec un accompagnement personnalisé sur place», répond Anne Laurant de Totem Travel. «Donc, par défaut, nos clients ne se retrouvent pas dans la foule. Nous attachons aussi beaucoup d’importance au choix des hôtels et des logements, que nous sélectionnons avec beaucoup d’attention après les avoir testés, et pour lesquels nous privilégions les petites adresses de charme.»

Même topo du côté de CI. «Tous les hébergements que nous avons sélectionnés sont de faible capacité et suivent un protocole précis et rigoureux pour la protection de la santé des voyageurs et du personnel. De plus, toutes les activités sélectionnées sont privatisées pour une expérience exclusive, limitant ainsi les contacts. Et bien sûr, nous privilégions des voyages en voiture de location et, lorsque c’est possible, au départ de chez soi avec son propre véhicule.»

Quid des hôtels plus grands? Dans les Club Med, par exemple, la désinfection de l’hôtel est plus régulière, les horaires d’ouverture des restaurants sont plus flexibles, les buffets restent accessibles, mais c’est l’équipe de cuisine qui se charge du service. Et à la moindre suspicion d’un cas de Covid-19, le Club Med fera appel à une compagnie externe de nettoyage pour désinfecter les chambres et les espaces concernés.

Les mesures d’hygiène et de sécurité mises en oeuvre au Club Med.

5. Quel impact sur les prix?

Chez Neckermann, il y a actuellement encore de belles réductions pour ceux qui souhaitent partir au soleil en septembre. De même qu’au Club Med avec son offre «été indien » qui permet d’économiser jusqu’à 500 euros par personne pour des séjours compris entre le 31 août et le 30 octobre.

Du côté de TUI, ceux qui réservent déjà pour la saison d’hiver peuvent obtenir jusqu’à 700 euros de réduction, ainsi que des avantages comme le transport gratuit vers l’aéroport. Selon Totem Travel, certains hôtels proposent déjà des promotions pour l’an prochain «ou nous garantissent les mêmes tarifs pour l’an prochain (2021-2022), ce qui en soit représente une réduction puisque chaque année, les prix augmentent entre 5 et 10%.»

Cependant, les réductions de prix ne sont pas à l’ordre du jour partout. D’après l’analyse de CI et Connections, il n’y a pour l’instant pas une tendance à la baisse des prix, car les pertes du secteur du tourisme ont été lourdes, alors que des investissements ont dû être consentis pour être en conformité avec les nouvelles réglementations sanitaires. De plus, l’offre reste quand même moins élevée.

6. Que se passe-t-il si une zone passe au rouge?

Si ce changement de couleur a lieu avant le départ, l’organisateur du voyage a l’obligation de rembourser le voyage selon les termes de la réglementation européenne. Le voyagiste peut aussi proposer une solution alternative. Notez que chez TUI, la garantie d’échange a été assouplie: zone rouge ou pas, les clients peuvent changer jusqu’à deux fois de destination ou de date de départ, sans frais, jusqu’à 7 jours avant le voyage.

Si les vacanciers sont déjà sur place au moment du changement de couleur, le voyagiste est tenu d’organiser leur rapatriement. Mais le choix final de rentrer ou non appartient toujours au voyageur, qui est libre de refuser toute proposition.




“Si une zone passe au rouge et qu’un client ne souhaite pas être rapatrié par le voyagiste, il doit en assumer la responsabilité.”

Anne Laurant

CEO et propriétaire de Totem Travel

«Attention, si le client désire rester, il doit en prendre la responsabilité», prévient Anne Laurant. «S’il n’y a plus de vol de retour au moment de la fin de son voyage, cela pose problème au voyagiste qui doit le rapatrier et/ou payer 3 nuits maximum dans un hôtel de catégorie similaire (selon la directive voyage à forfait). Sauf si le client signe une décharge et en assume la responsabilité. Si l’agence n’a vendu qu’un vol, le contrat est entre le client et la compagnie aérienne qui est tenue de lui rembourser ou d’adapter son vol, pour autant que le vol ait été annulé ou modifié. L’agent de voyage peut l’y aider, mais ne doit pas le rembourser de ses propres deniers.»

7. Du neuf pour les assurances?

Pour permettre à sa clientèle «de voyager en toute sécurité, l’esprit tranquille», TUI a ajouté, sans frais, le service «Covid Care» pour les vacances jusqu’au 31 décembre. Celui-ci garantit l’assistance et une intervention financière dans différentes situations: remboursement d’un test pour les personnes présentant des symptômes; assistance médicale pour le vacancier en cas de contamination pendant le séjour; remboursement des frais pour tous les compagnons de voyage pour un séjour prolongé et nouveau vol de retour si le voyageur est mis en quarantaine pendant ses vacances; couverture des frais liés au rapatriement médical nécessaire en cas de test positif.

75%

All Risk

L’assurance All Risk de TUI rembourse 75% des frais d’annulation si un client a des doutes et qu’il préfère ne plus voyager.

«Cela dit, TUI avait déjà lancé en mars une annulation All Risk, qui rembourse la totalité des frais d’annulation si un voyageur est contaminé avant son départ en vacances», précise sa porte-parole. «De plus, All Risk rembourse 75% des frais d’annulation si un client a des doutes et qu’il préfère ne plus voyager.»

De son côté, Club Med s’est associé à Europ Assistance et offre une garantie d’assistance médicale (limitée au Covid-19) inclue dans le forfait pour les départs jusqu’au 30 avril 2021. Elle offre une couverture pour l’ensemble des frais de santé à l’étranger (y compris le rapatriement). En cas d’hospitalisation, en plus des frais de santé, elle prend en charge les frais d’hébergement des accompagnants. En cas de confinement, les frais de prolongation sont pris en charge et, si vous manquez le vol de retour, un nouveau vol sera organisé.

En conclusion, si vous souhaitez partir en vacances et que vous avez des craintes par rapport à votre budget, la meilleure solution consiste encore à passer par un voyagiste plutôt que d’organiser votre voyage seul.

Source link

7 of Provence’s prettiest ‘perched’ villages to discover

PUBLISHED: 09:11 09 September 2020

The hilltop village of Peillon. Pic: Rolfst/Getty

The hilltop village of Peillon. Pic: Rolfst/Getty

Archant

We’ve rounded up some of the south’s dreamiest villages perchés that you’ll want to visit on your next trip



Like carpets of lavender and patchworks of vineyards, Provence’s villages perchés are emblematic of this stunning region. Inland from the ritzy Mediterranean coast, these exquisite villages in hilltop locations offer an authentic taste rural France. Here we’ve selected just seven, but there are more than 120 of these villages perchés dotted around the south, ripe for exploring. Let us know your favourite!

Gordes

Nestled among the Monts de Vaucluse, within the Parc Naturel Régional du Luberon, gorgeous Gordes is one of the most famous villages perchés. It’s not hard to see what attracted artists like Marc Chagall and André Lhote (not to mention stars of the screen like Mr Bean!) to this picture-perfect hilltop town. Its crowning glory is its honey-hued château, parts of which date back to the 11th century. Don’t miss nearby Sénanque Abbey, surrounded by swathes of lavender.

The medieval village of Gordes. Pic: Bertl123/GettyThe medieval village of Gordes. Pic: Bertl123/Getty

Seillans

This small but perfectly formed Var village has some stunning examples of medieval architecture, including the Église Saint-Léger. Seillans is famous for its pottery markets every August, where dozens of local potters and ceramicists exhibit their wares. Well-known former residents include the German surrealist Max Ernst and his wife Dorothea Tanning; you’ll find their work on display in the village.

Seillans, part of the Pays de Fayence. Pic: WikimediaSeillans, part of the Pays de Fayence. Pic: Wikimedia

Le Barroux

With commanding views over Mont Ventoux and the Dentelles de Montmirail, Le Barroux boasts some of the most beautiful vistas in Vaucluse. Its fortified castle takes pride of place at the very top of the village, and is worth paying a visit to learn more about the area’s fascinating past.

Le Barroux. Pic: Emmanuel84/GettyLe Barroux. Pic: Emmanuel84/Getty

Peillon

Perhaps one of the region’s most dramatic villages perchés, Peillon sits on a rocky outcrop and is navigated by a series of stairways and tiny paved streets. The marvellous frescoes in the church, Chapelle Notre-Dame-des-Douleurs des Pénitents Blancs, are a must-see.

The perched village of Peillon. Pic: RolfSt/GettyThe perched village of Peillon. Pic: RolfSt/Getty

Montauroux

Part of the Pays de Fayence just like Seillans, Montauroux is nicknamed the ‘Balcony of the Estérel’. Enjoying more than 300 days of sunshine a year, it’s a great place to spend a morning wandering the pretty streets. The magnificent Lac de Saint-Cassien lies just to the south-east of the village and it’s perfect for a spot of kayaking or simply chilling out at the lakeside beach.

The church tower at Montauroux. Pic: G CHP/WikimediaThe church tower at Montauroux. Pic: G CHP/Wikimedia

Ménerbes

This walled village hosted a major five-year battle during the Wars of Religion in the 16th century, but today it’s thankfully a very peaceful spot in the Luberon. It’s perhaps best known in the Anglophone world as the village to which A Year in Provence author Peter Mayle moved in 1987. The village was also immortalised by popular French author Marcel Pagnol in his books including Manon des Sources.

The stunning village of Menerbes. Pic: Trabantos/GettyThe stunning village of Menerbes. Pic: Trabantos/Getty

Roussillon

Renowned for its ochre deposits, Roussillon is home to gorgeous orange houses that seem to glow in the summer sunlight. Follow the famous Sentier des Ocres footpath to explore its prestigious mining heritage.

Roussillon and its ochre cliffs. Pic: LR Photographies/GettyRoussillon and its ochre cliffs. Pic: LR Photographies/Getty

____________________________________________________________________________________________________________________________________________________

You might also like…

6 stunning bastide towns to visit in south-west France

Provence-Alpes-Côte d’Azur region guide

_______________________________________________________________________________________

Source link