Reader Experience: Reliving 40 years of French holidays during the coronavirus lockdown

PUBLISHED: 15:07 29 June 2020 | UPDATED: 15:39 29 June 2020

Left: Marian Bister on her first trip to Paris in 1964; right: over 50 years later in Burgundy. Pic: Mick Bister

Left: Marian Bister on her first trip to Paris in 1964; right: over 50 years later in Burgundy. Pic: Mick Bister

Archant

FRANCE Magazine reader Mick Bister shares how over 40 nights and almost 7,200 photos, he and his wife enjoyed a French adventure during the lockdown without leaving home


When the coronavirus lockdown in March 2020 signalled the end of any trips to France for the foreseeable, one British couple decided to make the most of their self-isolation by digging out 40 years’ worth of photographs of holidays past and going on an adventure through l’Hexagone from the comfort of their sofa.

Mick Bister, a former French teacher and keen photographer, wrote to FRANCE Magazine to share how he and his wife, Marian, had relived years of cherished trips to France during the lockdown. Mick had captured decades of memories on slide film and it seemed like the perfect time to revisit them.

The ubiquitous 2CVs outside the Hotel de l'Univers, Tours, in 1964The ubiquitous 2CVs outside the Hotel de l’Univers, Tours, in 1964

“Down came the projector from the top of the cupboard,” said Mick. “Out too came the holiday diaries that my wife had meticulously kept during each visit, and for forty consecutive nights, we relived one year at a time. We worked backwards, thereby seeing ourselves progressively (and frighteningly) getting younger.”

We’ll start at the beginning, in 1964: the couple’s first holiday to France together. Mick, had begun his teaching career and persuaded Marian that Paris was the perfect place to help her history and theology theses. From Paris it was to Tours and the Touraine, where Mick had spent six happy months during his teacher training and become enamoured with France. “After a week of sightseeing (Amboise, Villandry, Chinon, Candes-St-Martin, Loches) Marian had fallen in love with France just as I had two years earlier,” Mick said.

Pupils dressed up for a tasting at the Chateau de Moncontour, Vouvray, in 1971Pupils dressed up for a tasting at the Chateau de Moncontour, Vouvray, in 1971

The couple were actively involved with school trips and the 1970s saw many a visit to France with a cohort of eager students. “If we wanted to go up the Eiffel Tower, I could park the minibus almost alongside it; how things have changed since.” Wine tastings for pupils would also be organised in Épernay and Vouvray. “For most of the pupils this was their first trip abroad and we shall never forget the joy on their faces.”

Locals dancing the Sardane in Perpignan in 1983Locals dancing the Sardane in Perpignan in 1983

The Eighties saw trips to Oise thanks to a twinning initiative between schools in Bedfordshire and the Hauts-de-France department. Mick’s school was twinned with one in Gouvieux, and he has fond memories of his and Marian’s visits there every other year. The hospitality shown to us in Gouvieux by the school staff and the civic authorities was exceptional and we still visit friends there to this day.” Other trips included Normandy, the Loire, the Pyrenees and Roussillon.

In 1991, Mick and Marian celebrated their silver wedding in the place that had first enchanted them, the Touraine; in 1996 they were back in Tours to celebrate both their 30th anniversary and Mick’s retirement chez Jean Bardet. Today, the couple have a special love for Burgundy, where they have a favourite gîte. “It’s between Cluny and Mâcon and has an incomparable view towards the château of Berzé-le-Châtel,” said Mick. “We love the people, the calm, the scenery and of course the food and the wine.”

Rue du Barriou in Najac, 1990Rue du Barriou in Najac, 1990

Mick sums up their lockdown adventure perfectly: “We revisited so many magnificent places with each slide stirring memories and emotions that had lain dormant for too long – the Auvergne and the simultaneous ringing of cow bells and church bells on a Sunday morning, the Basque country and the singing of the points scored during a pelota match, Brittany and the spray from the waves crashing on the Pointe du Raz, the town of Cognac and the fragrance of the part des anges, Normandy and our first experience of poulet vallée d’Auge, Roussillon and the spontaneous dancing of the sardane in the streets of Perpignan, Touraine and the goats at the Élevage Caprin that incessantly nibbled at our buttons and shoe laces, Burgundy and the spiritual intensity of Taizé, Provence and the conversation with the lavender grower during which my wife drove off in the car as a hint that I was talking far too much.”

Mick and Marian celebrating their 50th wedding anniversary in NiceMick and Marian celebrating their 50th wedding anniversary in Nice

What does he miss about France? “I’m afraid it is mostly food related. In Nice I personally miss the pre-breakfast walk to fetch the bread from the Temple des Pains which takes me across the Cours Saleya as the stalls are being set out. We miss going to the markets in search of goodies for lunch and seeing what the traiteurs have to offer.”

Hopefully it won’t be long before Mick and Marian can be back on the road in their favourite country!

Liked this article? You might also like…

Sea of dreams: What it’s like living in La Rochelle

Source link

Les grottes de Han se gastronomisent avec l’arrivée d’un chef étoilé

Le chef flamand Benoit Dewitte ouvrira un restaurant au sein de l’hôtel quatre-étoiles d’Accor qui verra le jour d’ici octobre aux abords du site naturel.

Alors que les grottes de Han sont à pieds d’œuvre depuis une réouverture complète mi-juin, préparant les grands travaux destinés à assurer la pérennité du lieu, les annonces se multiplient dans la localité.

D’ici octobre, un hôtel Mercure ouvrira ses portes à proximité des Grottes de Han.

Après l’arrivée d’un hôtel Mercure aux 117 chambres (dont 48 suites familiales), prévue pour octobre et développé par le groupe de construction flamand Bricks & Leisure, c’est au tour d’un chef étoilé d’annoncer qu’il posera ses bagages à proximité du site naturel.

En effet, Benoit Dewitte (une étoile au Michelin, obtenue en 2012), accompagné de son frère Bernard, profiteront de l’arrivée de l’établissement du géant français Accor pour y loger leur nouveau restaurant: le Merlesse.

40

couverts

Le restaurant des frères Dewitte pourra accueillir jusqu’à 40 couverts.

Aux accents internationaux, fort des expériences du chef, mais aussi “avec un clin d’œil aux Ardennes“, confie-t-il, ce nouvel écrin gastronomique pourra accueillir jusqu’à 40 couverts.

Retour aux sources

Et si jusqu’ici le duo était connu pour le restaurant qui porte leur nom, localisé à quasi-équidistance entre Gand et Courtrai, ce nouveau développement signe une sorte de retour aux sources, puisque les deux patrons se rendaient souvent dans la Région lors des vacances familiales. Le chef, Benoît, a même effectué un stage il y a de cela quelques années déjà à La Cuisine sur Semois.

Ensemble, ils viendront apporter la première patte étoilée de la Région, Han sur Lesse ne comptant aujourd’hui qu’un Bib Gourmand (guide Michelin 2019 et 2020): L’Ôthentique. 

Source link

Pas de chamboulement politique en Belgique | L’extrême droite toujours leader en Flandre (sondage)

Il n’y a pas eu de réel effet Covid-19 sur les scores des partis politiques à en croire le “Grand Baromètre Le Soir-RTL Info-Ipsos-VTM-Het Laatste Nieuws” publié ce vendredi. Le PS reste le premier parti wallon. Le Vlaams Belang maintient son avance sur la N-VA en Flandre. À Bruxelles, Ecolo reprend de peu la première place au PS.

Deux enseignements à la lecture des résultats du dernier baromètre politique: la crise du Covid-19 ne rabat pas fondamentalement les cartes en Belgique. Les résultats sont proches de ceux enregistrés lors de la précédente prise de température, juste avant le confinement en mars dernier.

Ce qui inquiète, c’est la confirmation de la poussée du Vlaams Belang en Flandre, à nouveau le premier parti au nord du pays. L’ancrage de l’extrême droite en tête des intentions de vote flamandes et, dans une moindre mesure, le score important du PTB en Wallonie et à Bruxelles risquent de refroidir les ardeurs des partis traditionnels quand il s’agira d’évoquer la tenue de nouvelles élections. Peut-être le signal qu’il manquait pour donner un nouveau souffle aux négociations fédérales.   

27,7%

pour le Vlaams Belang

Avec 27,7% des intentions de vote, le Vlaams Belang s’installe confortablement à la première place en Flandre, déjà acquise en septembre 2019 et constatée désormais dans quatre sondages successifs, trimestre après trimestre.

Le MR revient sur le PS en Wallonie 

Le premier parti wallon perd des plumes. Les socialistes, crédités en mars dernier de 25,5% des intentions de vote, redescendent à 23,7%. Un niveau suffisant pour occuper le siège de parti numéro un de la région, mais dans le rétro les libéraux (20,5%) se rapprochent et le PTB (18,7%) suit de près, bien au-delà des 13,8% actés à l’issue des élections de mai 2019. 

Score inchangé pour Ecolo (15,5%) qui se maintient à un niveau proche du verdict des urnes. Derrière les Verts, le cdH (8,1%) reprend des couleurs alors que DéFI (4,7%) ne confirme pas sa timide poussée en Wallonie

Ecolo en tête à Bruxelles

Dans la capitale, ça bataille ferme entre les trois premiers partis francophones. Ils se tiennent à moins de 2%. Ecolo (19,1%) reprend la tête au PS (18,2%) et le MR (17,4%) garde sa troisième place. Les trois formations reculent par rapport au sondage précédent, mais ce repli reste encore anecdotique.

Le PTB (12,6%) et DéFI (10,9%) stagnent à un niveau proche de leur score électoral. Le cdH remonte légèrement la pente. Il peine toutefois à dépasser les 5% dans la capitale. 

Le Belang, encore numéro un 

La vague noire garde sa vigueur en Flandre. Le Vlaams Belang est plus que jamais le premier parti au nord du pays. Avec 27,7% des intentions de vote, il accroît son avance sur la N-VA (20% des intentions de vote). C’est le quatrième sondage consécutif qui place le Belang en tête. 

Les socialistes flamands (12,5%), très en vue lors des négociations fédérales, parviennent à franchir le cap des 10% pour remonter sur le podium. Derrière eux, les deux formations dans la majorité fédérale, CD&V (11,8%) et Open Vld (10%), se tiennent de près. Groen n’est pas loin (9,4%).

Une promiscuité à mettre en relief avec la marge d’erreur d’un tel exercice. Elle se situe autour de 3% pour la Flandre et la Wallonie et de 4% pour Bruxelles.  

Source link

48 hours in Saint-Jean-de-Luz in French Basque Country

PUBLISHED: 10:59 17 June 2020 | UPDATED: 11:11 17 June 2020

Boats at the port of Saint-Jean-de-Luz (c) Joaquin Ossorio-Castillo/Getty Images

Boats at the port of Saint-Jean-de-Luz (c) Joaquin Ossorio-Castillo/Getty Images

Archant

Enjoy a stylish, seaside break at this popular resort in Pyrénées-Atlantiques in south-west France


Waking up to the sound of the Atlantic Ocean crashing against the cliffs a short distance from your room is an exhilarating way to start the day.

I was staying at La Réserve, a four-star, family-owned hotel which sits high above the popular fishing town of Saint-Jean-de-Luz on the south-west coast. It enjoys an idyllic position surrounded by lush parkland, palm trees, tulip-filled flowerbeds and a breathtaking view of the sea with wild Atlantic waves rolling towards the shore.

From here it’s only a short walk into Saint-Jean-de-Luz, winding your way down the hill at Sainte Barbe with the impressive Grande Plage stretching out before you. The long sandy beach is one of the most popular on this stretch of coastline in Pyrénées-Atlantiques and perfect for families as it is protected from the ocean by sea walls which break the powerful waves.

The sandy beach at Saint-Jean-de-Luz (c) Faina Gurevich/Getty ImagesThe sandy beach at Saint-Jean-de-Luz (c) Faina Gurevich/Getty Images

The promenade and beach is popular all year round and the perfect place for a stroll while taking in the uplifting view of the bay and inhaling the bracing, salty sea air.

The beach’s proximity to the town centre is also a big draw, with boutique and restaurant-filled streets located just behind the shoreline. Among them is Deuza, a tea and coffee shop which is celebrating its 100th anniversary this year and supplies many Michelin-starred restaurants in the area. Its walls are filled with jars containing an impressive range of blends alongside black and white photos from its past. Also worth popping into is Maison Pariès in Rue Gambetta which sells delicious, prettily wrapped caramels called Kanouga as well as the famous Gâteaux Basques made from golden pastry, almond cream and black cherry jam.

Around almost every corner there are upmarket shops selling everything from glossy chocolates to espadrilles, pottery and Basque studded leather.

Fresh strawberries at the outdoor market in Saint-Jean-de-LuzFresh strawberries at the outdoor market in Saint-Jean-de-Luz

For more local delicacies head to Les Halles de Saint-Jean-de-Luz which has been in existence since the 19th century and is open every day from 8am to 1pm, spilling out into the surrounding streets on Thursdays and Fridays.

Here you’ll find plenty of local Basque producers, from France as well as Spain. Fish is the star of the show with tuna, sardines and merlu de ligne (line-caught hake) plucked straight from the ocean – Saint-Jean-de-Luz is the sixth biggest port in France. Also for sale are around 150 different types of cheeses sold by artisan fromager-affineur Beñat as well as a colourful array of fresh fruit and vegetables.

After a tempting visit to the market and a morning stroll, it was time for lunch. A short drive around the harbour brings you to Ciboure which is dotted with old stone and timber-framed houses. On an unassuming street is Restaurant Chez Mattin, a third generation restaurant which hasn’t changed since it was opened in the 1970s.

Chez Mattin restaurant in CiboureChez Mattin restaurant in Ciboure

Originally beginning life as a shop, hungry fishermen soon started to demand food and its spécialité maison is ttoro – a Basque stew made from several different types of fish flavoured with Piment d’Espelette (Espelette pepper).

Emerging from its cosy, rustic interior, we headed back down to the harbour at Saint-Jean-de-Luz where boats bob up and down on the water with striking white and red houses in the background.

The Comptoir de la Mer on the quayside sells a range of locally produced drinks including cider and apple juice, biscuits, caramels, tinned fish and tasteful souvenirs.

Maison Louis XIV in Saint-Jean-de-LuzMaison Louis XIV in Saint-Jean-de-Luz

Also near here is Maison Louis XIV, an impressive 17th-century house where the young monarch lived for a month before marrying Maria Theresa of Spain in 1660 at Saint Jean the Baptist church in Saint-Jean-de-Luz. The elaborate church has 1,000 seats and is one of the largest in the area, with sky-high wooden balconies.

Heads swirling with history and a new appreciation of Basque culture, we headed back to La Réserve which has a heated infinity pool where you can do a few gentle laps while taking in those energising sea views, or retreat to the wellness area for a soothing treatment with French skincare brand Institut Esthederm.

In the evening, the hotel terrace is the perfect location to watch the sun go down with an apéritif before heading inside to Ilura restaurant. Head Chef Pierre Boffo’s menus showcase traditional Basque Country flavours with dishes including lieu jaune de ligne (line-caught pollock) with asparagus, delicate buckwheat with blood orange or Galician beef fillet with sautéed mushrooms. Desserts range from prettily plated chocolate hazelnut praline to citrus fruit with grilled seeds.

Delicious food at Ilura restaurant at La RéserveDelicious food at Ilura restaurant at La Réserve

As well as the main hotel, La Réserve has 44 modern apartments and studios with terraces facing the sea. Some have kitchens making them a great self-catering option.

After a buffet breakfast, we made our way back to Biarritz Airport via Le Port de Guéthary, which used to be a centre for whaling in years gone by, but is now surfing territory home to a trendy surf shop and restaurants.

On a fine day the views of Biarritz in the distance are breathtaking, along with the Pyrénées and even San Sebastián in Spain.

La Réserve hotel and heated infinity pool (c) Alexandre ChaplierLa Réserve hotel and heated infinity pool (c) Alexandre Chaplier

Although it was reluctantly time to leave, the spectacular sea vista and wholehearted Basque hospitality will stay with you long after your visit.

Getting there

Lucy flew to Biarritz from London Stansted with Ryanair. One-way flights from £9.99. ryanair.com

A prestige room at The Residence at La Réserve, Saint-Jean-de-Luz (c) Alexandre ChaplierA prestige room at The Residence at La Réserve, Saint-Jean-de-Luz (c) Alexandre Chaplier

Where to stay

La Réserve

Tel: (Fr) 5 59 51 32 00

hotel-lareserve.com/en

Stunning clifftop hotel with views of the Atlantic Ocean, just a 10-minute walk from the beach. It reopens for the season on 17 June 2020. From €145 per night (not including breakfast).

Where to eat

Ilura

Tel: (Fr) 5 59 51 32 00

hotel-lareserve.com/en/restoration/ilura-restaurant/

Located at La Réserve with sea views from the terrace, Head Chef Pierre Boffo’s menus showcase traditional French Basque Country flavours. Plat-Dessert €28 or three courses €45.

Restaurant Chez Mattin

Tel: (Fr) 5 59 47 19 52

chezmattin.fr

Delightful traditional restaurant in Ciboure which specialises in Basque cuisine including ttoro, a hearty fish stew for €26. Shut Sunday and Monday.

Where to shop

Pariès

Tel: (Fr) 5 59 26 01 46

paries.fr

Sells a range of exquisite pastries and cakes, as well as the Mouchou made from fresh almonds.

Poterie Goicoechea

Tel: (Fr) 5 59 37 71 30

poterie-goicoechea.com/en/

This family business makes colourful pots for the garden or home. From €20.

Where to visit

Maison Louis XIV

Tel: (Fr) 5 59 26 27 58

maison-louis-14.fr/

Magnificent house once owned by one of the richest ship-owning families of the 17th century. Open April to November. Entry €6.50.

Tourist information

terreetcotebasques.com

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________

You might also like

How to spend a weekend in Arras

How to spend a weekend in Lourdes

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Source link

Vos droits et les précautions à prendre pour voyager cet été

S’il y a bien une certitude, à l’heure d’écrire ces lignes, c’est la réouverture des frontières belges vers et au départ des pays de l’Union européenne (UE), du Royaume-Uni et des quatre autres pays de l’espace Schengen (Suisse, Liechtenstein, Islande, Norvège), à partir du lundi 15 juin. Les Belges pourront donc partir en vacances cet été.

Mais où? Ce n’est pas parce que la Belgique s’ouvre aux autres pays que ceux-ci seront eux-mêmes déjà ouverts aux touristes belges à cette période. Cependant, la majorité des 27 ministres des Affaires intérieures de l’UE se sont mis d’accord, le 5 juin, pour une réouverture des frontières intérieures de l’espace Schengen à partir du 15 juin.

Mais comme l’a expliqué la Première ministre, Sophie Wilmès, lors du dernier Conseil national de sécurité: “Chaque pays décide seul de l’ouverture de ses frontières aux conditions imposées qu’il souhaite.”

Par exemple, l’Italie est déjà rouverte aux touristes, sans conditions, depuis le 3 juin, alors que l’Espagne impose à certains touristes une quarantaine (de 14 jours) au moins jusqu’au 1er juillet. Cela dit, la situation par pays évolue au quotidien. Retrouvez une mise à jour régulière via notre carte interactive ci-dessous. 

En ce qui concerne tous les autres pays, les discussions se font au niveau européen. À ce stade, la Commission européenne proposera à ses membres une réouverture partielle des frontières extérieures de l’UE à partir du 1er juillet. Affaire à suivre.

La Commission lance son propre site d’informations de voyage

La Commission européenne a lancé sa propre plateforme en ligne rassemblant les informations utiles aux voyageurs. Le site “Re-Open EU” “fournit des informations en temps réel sur les frontières et sur les moyens de transport et services touristiques disponibles dans les États membres”, entre autres les moyens de rentrer dans le pays via les airs ou la mer.  

En attendant plus de certitudes, voici quelques précautions à prendre pour réserver votre prochain voyage, ainsi que vos droits pour les voyages déjà réservés ou ceux à venir. “Toutefois, si vous avez un profil qui est averse au risque, je ne conseillerai pas de réserver des vacances dans les prochaines semaines, car il risque d’y avoir des modifications ou des bouleversements”, prévient Julie Frère, la porte-parole de Test Achats (TA).




“Si vous avez un profil averse au risque, je ne conseillerai pas de réserver des vacances dans les prochaines semaines, car il risque d’y avoir des modifications ou des bouleversements.”

Julie Frère

porte-parole de Test Achats

Voyage à forfait

Et justement, la nouvelle est tombée cette semaine: TUI a supprimé un quart de ses vols durant la saison estivale. Quelque 100.000 clients sont concernés. Le tour-opérateur les a avertis par e-mail. “Si le client répond dans les cinq jours suivant sa réception, il peut réserver un même voyage à une autre date et au même prix”, explique TUI. “La condition est que la nouvelle date de départ tombe au maximum trois jours avant ou après la date initiale. Si le même voyage peut s’effectuer depuis un autre aéroport belge, la modification pourra également se faire sans frais”.

D’après ce tour-opérateur (TO), il s’agit d’une “solution très flexible”. Chacun se fera sa propre opinion au sujet de cette affirmation. En attendant, cette décision a entraîné une affluence de questions et de plaintes auprès de TA, qui a profité de l’occasion pour rappeler aux consommateurs leurs droits malgré la situation particulière engendrée par la pandémie de coronavirus.

Peu importe le TO ou le voyagiste, si vous aviez réservé un voyage organisé et que votre vol est annulé, plusieurs options s’offrent à vous.

©BELGA

La première, c’est le “voucher corona”. Celui-ci a été instauré par un arrêté ministériel (en date du 19 mars). Il  prévoit la distribution d’un bon à valoir – couvert par les autorités en cas de faillite – qui s’applique à toutes les annulations de voyages à forfait liées au coronavirus. “Cette réglementation permet à l’organisateur de voyages de vous octroyer un avoir au lieu d’un remboursement pour autant que cet avoir couvre la valeur totale du montant déjà payé, qu’il soit valable pendant au moins un an, qu’il précise qu’il est lié à la crise du coronavirus et que sa délivrance n’engendre aucun coût pour le voyageur”, selon le Centre européen des Consommateurs (CEC).

Attention, vous ne pouvez pas refuser le bon si toutes ces conditions sont remplies. Mais si, pour quelque raison que ce soit, vous n’avez pas utilisé ce voucher, alors vous pourrez exiger son remboursement en espèces à l’issue de sa période de validité de 12 mois. Le voyagiste aura alors 6 mois pour vous rembourser.

Cependant, et c’est la deuxième option, TA estime qu’à partir du moment où les frontières belges rouvriront le 15 juin et que ce sera aussi le cas du pays de destination et que le voyage peut se dérouler dans des conditions normales, alors le voyageur est en droit de demander le remboursement de son voyage endéans les 14 jours.

“En effet, l’arrêté ministériel qui impose l’acceptation du voucher, valable jusqu’au 19 juin, parle d’une annulation ‘en raison de la crise du coronavirus’. Or, en l’espèce, il s’agit d’une réorganisation stratégique de la part du tour-opérateur, mais pas d’une annulation directement liée au coronavirus (fermeture des frontières, modification des conditions du voyage sur place).”




“Si vous avez peur d’effectuer le voyage prévu, mais que tout est mis en place pour que le voyage se déroule de la manière prévue initialement, alors vous ne pourrez pas faire grand-chose pour annuler votre voyage sans frais.”

Julie Frère

porte-parole de Test Achats

Troisième option: le voyageur peut aussi opter pour la solution décrite ci-dessus par TUI . Si tel est le cas, TA conseille évidemment de demander une prolongation du voyage sans modification tarifaire si le voyage devait être raccourci de ce fait, ou une réduction de prix.

Il existe même une quatrième option, qui peut être une solution intéressante si vous ne souhaitez plus partir, et cela, peu importe vos raisons. Comme le rappelle le CEC, “la législation sur les voyages à forfait vous permet, en tant que voyageur, d’annuler votre réservation sans frais si des circonstances inévitables et extraordinaires surviennent sur votre lieu de destination et impactent considérablement le bon déroulement de votre séjour”.

C’est le cas notamment s’il y a des annulations (de vols ou d’excursions) ou des indisponibilités (un hôtel et/ou sa piscine). “De fait, si des éléments principaux du contrat ne peuvent pas être exécutés et si vous êtes prévenu des modifications avant, vous avez alors le droit de demander une réduction de prix ou de résilier votre voyage sans frais ou de demander un voyage alternatif pour un budget similaire“, précise Julie Frère.

“Mais attention, si vous avez peur d’effectuer le voyage prévu, mais que tout est mis en place pour que le voyage se déroule de la manière prévue initialement, alors vous ne pourrez pas faire grand-chose pour annuler votre voyage sans frais”, prévient-elle.  

Vols

Pour les cas où vous avez juste réservé un vol et qu’il est question d’annulation, plusieurs options s’offrent aussi à vous.

Premièrement, vous pouvez accepter un voucher de la part de la compagnie aérienne. “Attention, ceux-ci ne sont pas couverts contre l’éventuelle faillite de la compagnie“, avertit TA.

Deuxièmement, vous pouvez exiger le remboursement de votre billet. Surtout si les frontières sont rouvertes (en Belgique et dans le pays de destination). Dans ce cas, il n’est plus question de force majeure. “Outre, le remboursement de son billet, le consommateur pourra, à certaines conditions, exiger l’indemnisation forfaitaire supplémentaire qui va de 250 à 600 euros en fonction de la distance qui devait être parcourue par le vol“, ajoute TA.




Attention, les vouchers proposés par les compagnies aériennes ne sont pas couverts contre une éventuelle faillite.

Troisièmement, si la compagnie aérienne vous propose des conditions particulières (comme c’est le cas avec TUI), vous pouvez aussi les accepter si celles-ci vous conviennent.

Ce qui est important, c’est de ne pas se précipiter (voir encadré)!

Attention, si vous ne souhaitez plus voyager et que vous prenez l’initiative d’annuler vous-même votre réservation, des frais d’annulation vous seront appliqués. “Cependant, consultez les conditions de votre billet, car il est possible que celles-ci vous permettent de le modifier”, d’après un conseil de CEC. “De nombreuses compagnies proposent des arrangements spécifiques à la crise du coronavirus, qui vous permettent généralement de modifier vos dates de voyage ou de recevoir un avoir.”

Pas de précipitation !

Que ce soit pour l’annulation d’un voyage à forfait ou d’un vol, “avant de prendre une décision, renseignez-vous sur ce à quoi vous avez droit auprès d’un organisme indépendant plutôt que de vous contenter des informations données par un tour-opérateur ou une compagnie aérienne”, conseille Julie Frère, la porte-parole de Test Achats. “Nous recevons de nombreux témoignages de personnes qui prennent de mauvaises décisions, car elles ne sont pas correctement informées sur leurs droits.”

“Par exemple, des personnes dont le vol a été annulé ont remarqué que le même vol était disponible le lendemain mais pour 1.000 euros de plus. Or, quand un vol est annulé, une compagnie aérienne est obligée de proposer des options: soit un remboursement (et si l’annulation a lieu 14 jours avant le départ, elle doit aussi payer une indemnisation forfaitaire), soit un vol alternatif dans les meilleurs délais et sans modification de tarif, soit un vol à une date plus éloignée mais qui conviendrait et toujours sans modification tarifaire. Quand un consommateur est au courant de ses droit, on évite des situations où il accepte simplement un remboursement et où il rachète un vol qui coûte beaucoup plus cher.”

Pour plus d’infos sur vos droits: rendez-vous auprès de Centre Européen des Consommateurs (cecbelgique.be ou 02.542.33.46) ou de Test Achats (test-achats.be ou 0800.29.510).

Logement

En ce qui concerne les réservations de logements, la situation est différente vu qu’il n’y a aucune réglementation belge ou européenne en la matière.

Par exemple, si suite à la pandémie vous souhaitez annuler une réservation, cette annulation dépendra du droit en vigueur dans le pays de destination, mais aussi, et surtout, des conditions générales de votre réservation. “Compte tenu de la situation, il est préférable de contacter l’hôtel et de convenir avec lui d’un arrangement“, selon le CEC.




“Si vous avez un profil averse au risque, je ne conseillerai pas de réserver des vacances dans les prochaines semaines, car il risque d’y avoir des modifications ou des bouleversements.”

Julie Frère

porte-parole de Test Achats

Cependant, si votre réservation inclut des accès à des services complémentaires (piscine ou spa par exemple) et que ceux-ci sont fermés, “alors il s’agit d’un argument valable pour demander l’octroi d’un avoir ou d’un remboursement.

Si vous n’avez encore rien réservé pour cet été, prenez des précautions supplémentaires, notamment en sélectionnant une réservation qui offre des conditions d’annulation flexibles.

Par exemple, via Booking, de nombreuses réservations incluent l’annulation gratuite jusqu’à une semaine avant le départ et sans prépaiement. D’autres plateformes, comme Airbnb ou même Gîtes de Wallonie, ont ajouté un filtre pour faciliter vos recherches et vous permettre de réserver des logements qui proposent des conditions d’annulation flexibles.

©Photo News

De leur côté, Holidaysuites ou Belvilla offrent un report sans frais ou une annulation de la réservation en cas de nouvelles restrictions de voyage.   

Assurances

Ne serait-il pas plus simple de souscrire une assurance annulation? “Une demande d’annulation d’un voyage consécutive à l’épidémie de coronavirus qui s’est propagée dans la région où vous souhaitiez partir en voyage ne relève pas de la couverture de l’assurance annulation standard”, répond Assuralia, l’union professionnelle des entreprises d’assurances. Ce type d’assurance vous permet d’annuler votre voyage en cas de problème de santé (pour vous ou l’un de vos proches, que ce soit le Covid-19 ou non) ou en cas d’événement susceptible de bouleverser votre quotidien: un licenciement, des dégâts importants à votre domicile, une séparation, etc.

Certains assureurs proposent toutefois des contrats plus étendus permettant de couvrir l’annulation, laquelle dépend parfois d’un avis de voyage négatif exprimé par le SPF Affaires étrangères pour la zone concernée”, précise Assuralia.

Mais lisez bien les conditions d’un tel contrat avant d’y souscrire. Par exemple, TUI propose plusieurs sortes d’assurance annulation, mais seule l’offre “All Risk” vous assure contre des événements futurs liés au coronavirus.

Dans un autre genre, l’offre “Royal Service” d’Allianz permet de bénéficier elle aussi d’une couverture annulation “all risk” (moyennant une franchise jusqu’à 25% en cas d’annulation pour des raisons non mentionnées dans les conditions générales), ainsi que d’une très large couverture en matière d’assistance.  

©BELGA




La plupart des mutualités fournissent un service d’assistance à l’étranger en cas de maladie ou d’accident au sein des pays de l’UE.

Si vous estimez ne pas être suffisamment couvert, alors cela vaut peut-être la peine de souscrire une assurance assistance supplémentaire (à moins d’avoir déjà une assurance hospitalisation qui vous couvre également à l’étranger).

Enfin, si vous comptez voyager en voiture et que vous n’êtes pas couvert par une assurance assistance “véhicule”, cela vaut peut-être la peine d’en souscrire une, ou bien d’ajouter cette couverture à votre assurance assistance de base, tout en précisant bien que vous souhaitez une couverture étendue à l’Europe. On n’est jamais trop prudent !

Source link

Patatam, le fripier qui impose la seconde main chez Auchan et CDiscount

Vestes et pantalons femme, pyjamas enfant et chemises homme sont bien alignés sur leurs portants, classés par catégories et par taille. Si la signalétique ne mentionnait pas qu’il s’agit de vêtements de seconde main, on se croirait dans l’espace textile « classique » d’un hypermarché. Une différence de taille toutefois. Leurs prix, uniques : 3 euros les t-shirts manches courtes, 8 euros les robes, etc.

Depuis le 23 février, ce nouveau corner de vêtements d’occasion de 50 m², installé dans l’hyper Auchan de Roncq (Nord), tout comme ceux d’Hirson (Aisne), Melun (Seine-et-Marne), Marseille (Bouches-du-Rhône) et Bordeaux-Mériadeck (Gironde), fait tourner les têtes. Au point que l’enseigne prévoit d’étendre l’expérience à cinq hypers supplémentaires de la métropole lilloise d’ici la fin juin et, pourquoi pas, de la déployer partout.

« On souhaite développer une offre qui réponde aux nouvelles tendances de consommation, parmi lesquelles la collecte et la vente de seconde main », explique le porteur du projet chez Auchan, Jean-Mathieu Limerat.

L’enseigne n’avait cependant aucune expérience en la matière. Elle est donc allée chercher l’expertise ailleurs : chez Patatam, vendeur en ligne de vêtements d’occasion collectés par ses soins, en passe de devenir le fournisseur numéro un de la fringue seconde main pour les enseignes de grande distribution et de fast fashion.

Dur de prendre cette entreprise au sérieux avec un nom pareil ? Située à Saint-Pierre-d’Irube, près de Bayonne, elle emploi

Votre abonnement vous permet de :

Accéder à nos articles réservés en exclusivité à nos abonnés

Profiter du magazine au format PDF tous les mercredis à partir de 20h

Soutenir une rédaction qui s’engage à vous fournir une information fiable et de qualité

Bénéficier d’un espace personnel pour choisir vos newsletters, parcourir la sélection de la rédaction, sauvegarder vos articles en favoris, gérer vos informations…

Intégrer la communauté de notre Club Abonnés et participer à nos événements artistiques et culturels

Source link

Les familles Lhoist & co entrent aux grottes de Han

Nouveaux actionnaires et mue profonde parachevée, le site touristique wallon rêve aujourd’hui d’avenir. Hébergements, optimisation des espaces et diversification sont en ligne de mire.

Le moment est historique pour les Grottes de Han. Certes parce que l’attraction principale va enfin rouvrir ce weekend après presque trois mois de chiffre d’affaires passés à la trappe. Elle qui n’avait jamais cessé d’accueillir des visiteurs depuis sa longue histoire, sauf en temps de guerre.

Mais aussi et surtout parce que, du haut de ses 125 ans cette année, l’entreprise (toujours familiale) au chevet de ce site naturel d’exception a parachevé sa mue après être passée par une longue période d’introspection ayant démarré il y a près d’une dizaine d’années maintenant.

De quoi permettre à l’administratrice déléguée, Brigitte Malou, d’affirmer avec ferveur: “Nous sommes désormais prêts à affronter l’avenir“.

2012, année de la relance

Pourtant, cela n’eut rien d’une mince affaire que de transformer la vénérable institution, fondée en 1856 par son aïeul, Edouard de Spandl, propriétaire terrien passionné de nature et d’archéologie.

En effet, pour bien comprendre ce qui s’est joué ici, il faut se replonger en 2012, à une époque où le lieu a perdu de sa superbe. Les éclairages sont vieillissants, le show animé tourne en boucle depuis 25 ans… Résultat: les visites sont en berne, avec quelque 250.000 personnes accueillies par an.

A côté des loups gris, les Grottes de Han présentent aussi des loups arctiques, qui viennent d’ailleurs de mettre au monde six louveteaux la semaine dernière.
©BELGA

Les quelques 200 actionnaires décident alors de remettre ce patrimoine unique en Europe occidentale – de par la spécificité de sa rivière qui traverse le lieu de part en part – sur la carte. Tout y passe. La Grotte se dote d’un spectacle son et lumière dernier cri, signé de la main du créateur belge Luc Petit, mais aussi de LED dévoilant les vraies couleurs de l’endroit sur la totalité des 2km de parcours sous-terrain, de l’eau et de l’électricité sur le massif, d’une expérience à pied enrichie en surface, d’une passerelle et de tentes dans les arbres, d’une sécurité accrue, d’une colline aux ours, de loups arctiques venus compléter les loups gris déjà présents, d’un camping, d’un CA professionnalisé (avec l’arrivée de l’administrateur de sociétés et ancien patron de Cockerill Sambre Philippe Delaunois, du directeur général de Namur Invest Renaud Hattiez et du professeur en marketing à l’UNamur Alain Decrop)… Recevant au passage le titre de “patrimoine préféré des Wallons” dans la catégorie touristique en 2018. 

12

millions €

Pour remettre les Grottes et son parc sur la carte, quelque 12 millions d’euros auront été investis au total ces dix dernières années.

Familles entrepreneuriales au chevet

Au total, l’investissement est estimé à 12 millions d’euros. “Ce qui, pour une petite structure comme la nôtre, représente quelque chose de conséquent”. Mais, heureusement, la société exploitante aura pu compter sur une injection de 5 millions d’euros, à moitié par ses actionnaires existants et à moitié par des familles entrepreneuriales (les familles Lhoist, Calozet, Nolet de Brauwere, et Belfroid) de la région, soucieuses d’ancrer sa pérennité. Des retombées s’en sont suivies. Désormais le monde sous-terrain et son parc animalier, né dans les années 70, attirent 380.000 visiteurs – du moins, avant le Covid-19.




“On aimerait rendre la sortie de la grotte plus grandiose.”

Brigitte Malou

Administratrice déléguée des Grottes de Han

Et ce n’est qu’un début. Car les projets ne manquent pas, évoque pleine d’entrain la patronne. Au programme: de la construction d’un plan d’eau à la scénarisation du parc et l’introduction de jeux interactifs, en passant par l’éventuelle réintroduction des barques – “pour rendre la sortie de la grotte plus grandiose” – et un déménagement du centre d’accueil et de la billetterie du côté de la sortie des grottes pour améliorer l’expérience client – ce à quoi s’opposent certains commerçants du village de Han où se situaient jusqu’ici ces infrastructures.

Développements hôteliers

Côté immobilier, c’est plutôt l’idée de logements insolites qui fait son chemin, entend-on. “Avec un côté rustique”. Alors, pas nécessairement dans le parc animalier, afin d’éviter de le dénaturer, mais pourquoi pas à proximité, où l’entreprise détient quelques terrains.

Les Grottes de Han espèrent un retour des Belges en juillet et en août, les deux mois les plus importants pour le site touristique.
©BELGA

Ce qui viendrait compléter à merveille un développement récent et bienvenu de la part Bricks & Leisure, main dans la main avec le géant français Accor. Et pour cause, le groupe de construction flamand finalise pour octobre la construction d’un hôtel 4 étoiles aux 117 chambres, dont 48 suites familiales. “Ce dont on se réjouit, car cela va nous permettre de pouvoir désormais aussi vanter un hébergement à côté de nos activités destinées aux entreprises, ce qui a souvent fait défaut”, évoque la CEO. À titre d’exemple, les Grottes de Han proposent en effet aux sociétés d’emmener dîner leurs employés ou clients… au beau milieu des stalactites. “C’est notre concept ‘dinner in the caves’“.

2,5

millions €

Les familles Lhoist, Calozet, Nolet de Brauwere et Belfroid ont apporté 2,5 millions d’euros à la société.

Mais pas que, les Hollandais qui descendent vers le sud pourront eux aussi en bénéficier. Tout comme d’ailleurs les nouveaux publics visés par les Grottes, que soit en Inde ou ailleurs, là où la prospection des touristes se met peu à peu en place. C’est du moins en attendant l’ouverture des frontières. D’ici-là, Brigitte Malou espère que les Belges seront au rendez-vous en juillet et en août, les deux meilleurs mois du site. D’autant qu’à cette fin, toutes les adaptations de rigueur ont été mises en œuvre.

Retour progressif… à pied

Avec un retour progressif du public à la clé, mais différemment. Les visiteurs sont désormais 80% à fouler les lieux à pied, contre un tiers seulement avant la crise qui faisait le choix de délaisser les “safari cars”, permettant de voir l’ensemble du site sur une durée réduite et se plonger dans une expérience de nature authentique.

Une idée qui, là aussi, constitue une piste de développement. En effet, une visite n’étant jamais la même – les lumières évoluant, les animaux visibles bougeant –, un système d’abonnements (avec un grand potentiel de récurrence) a depuis peu été mis en place. Il semble rencontrer un certain succès. Restera désormais à le développer.

Source link

Nanti d’argent frais, Neckermann redécolle avec 62 agences

L’invest régional wallon et son homologue flamand apporteront leur garantie au voyagiste, repris par le groupe espagnol Wamos après la faillite de Thomas Cook.

Depuis la reprise de la marque et des agences de voyages par le groupe espagnol Wamos après la faillite de Thomas Cook fin 2019, le réseau Neckermann a travaillé à sa relance. Mais les bons résultats engrangés sur les deux premiers mois de l’année n’ont pas suffi à remettre le groupe sur les rails. Et les mesures de confinement mises en place à la mi-mars ont porté un coup d’arrêt aux activités touristiques. Du coup, la chaîne se retrouvait face à de lourdes difficultés financières du fait des frais fixes, comme les loyers notamment, qui continuent à courir.

Neckermann a donc sollicité un prêt bancaire pour parer au plus pressé et renforcer sa solidité financière. L’agence de voyages a obtenu un prêt de 2,3 millions d’euros auprès de BNP Paribas, son banquier attitré, et 300.000 euros de cash supplémentaires du groupe Wamos. Ce capital supplémentaire permettra à Neckermann de surmonter la crise du coronavirus et de poursuivre le développement de ses activités. Mais pour obtenir le prêt bancaire, Neckermann a dû faire appel aux sociétés d’investissement régionales, la SRIW d’une part et Participatiemaatschappij Vlaanderen (PMV) d’autre part, qui se portent garantes pour le prêt.

Réouverture des agences

Il fallait encore que les agences rouvrent pour relancer les réservations. C’est donc chose faite depuis ce vendredi pour répondre à la demande de voyages avec la réouverture progressive des frontières à partir du 15 juin. Neckermann rouvre l’ensemble de ses 62 magasins en Belgique. Quarante magasins seront accessibles sans rendez-vous du lundi au samedi. Quant aux 22 autres implantations plus petites, elles seront ouvertes deux jours par semaine, le lundi (sur rendez-vous) et le samedi (visite libre).

62

agences

Depuis vendredi les 62 agences Neckermann en Belgique son à nouveau accessibles

Laurent Allardin, directeur de Wamos Belgique, nous a affirmé hier que la stratégie de Neckermann s’articulerait sur trois axes : une offre élargie au-delà des traditionnels “paquets voyages” avec locations individuelles (l’offre présente 50.000 maisons) et adresses de campings ; des voyages plus personnalisés carrément “à la carte” avec Mapa Turistica, et… les croisières “mais ça sera pour plus tard”.

Pour Allardin, le but est clairement de “toucher plus de monde”, mais, malgré une demande très nette qui se dessine, “nous nous attendons quand même à une sérieuse réduction du chiffre d’affaires cette année”.




“Nous nous attendons quand même à une sérieuse réduction du chiffre d’affaires cette année.”

Laurent Allardin

Directeur de Wamos Belgique, maison mère de Neckermann

Comme on le lira par ailleurs, les Belges sont désireux de prendre le large, mais pas dans le brouillard quant aux conditions. Et cela peut durer.

Source link