Le tourisme accumule ses pertes

Le tourisme et en particulier l’aviation sentent le boulet du coronavirus. Le coût: un milliard d’euros par mois, rien que pour l’industrie hôtelière, estime le commissaire européen Thierry Breton.

Le secteur touristique européen a perdu “deux millions de nuitées” hôtelières depuis janvier en raison de l’épidémie de coronavirus, a indiqué jeudi le commissaire européen Thierry Breton, qui évalue à “un milliard d’euros par mois” le recul des ventes pour l’industrie.




Depuis le mois de janvier, c’est un milliard d’euros en moins par mois pour l’industrie touristique européenne.

Thierry Breton

Commissaire européen du Marché intérieur

Le secteur aérien est tout aussi groggy. Lundi, l’association internationale du transport aérien (Iata) a indiqué que de nombreux passagers laissaient tout simplement tomber leurs billets d’avion par peur de voyager. D’après de nombreuses compagnies aériennes, environ 50% des passagers ne se sont pas présentés au départ de leur vol, ce qu’on appelle un “no-show”. Mi-février, l’Organisation internationale de l’aviation civile a averti que la nouvelle épidémie pourrait entraîner une baisse de 4 à 5 milliards de dollars des recettes des compagnies aériennes mondiales.

L’un des gros acteurs du secteur, Lufthansa, maison-mère de Brussels Airlines, a subi un trou d’air en bourse. Depuis janvier, le titre a perdu plus d’un tiers de sa valeur. Ce lundi, l’action a signé la plus forte baisse en Allemagne (près de 7%). Sa filiale belge n’est évidemment pas épargnée. Brussels Airlines a décidé vendredi de suspendre 30% de ses vols vers le nord de l’Italie en raison d’une demande en berne pour ses sièges. La compagnie qui luttait déjà pour améliorer ses marges étudie donc des mesures économiques, tel que le chômage technique temporaire, et a décidé d’étendre son gel des embauches à l’ensemble de la compagnie.

Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *