Coronavirus: les hôtes Airbnb toucheront 25% des frais d’annulation

Aux quatre coins du monde, les hôtes d’Airbnb font face à des annulations en cascade ces dernières semaines. En cause: le coronavirus, ce n’est pas un scoop. La plateforme de réservation de logements, consciente de la perte que cela représente pour ses hôtes, va verser 250 millions de dollars pour les aider à couvrir le coût des annulations dues à la pandémie.

Rappelons qu’Airbnb avait déjà décidé de rembourser totalement et sans frais les réservations de visiteurs suite aux mesures prises par les différents États pour endiguer la pandémie, au détriment des hôtes qui voyaient dès lors leur revenu Airbnb réduit à néant. 




“Nous vous payerons 25% de ce que vous toucheriez normalement par le biais de notre politique d’annulation.”

Brian Chesky

CEO et cofondateur d’Airbnb

Effet rétroactif

Concrètement, les hôtes recevront 25% de leurs frais normaux d’annulation pour toute réservation effectuée avant le 14 mars, annulée dans le cadre de la pandémie et avec une date d’arrivée comprise entre le 15 mars et le 31 mai.

Coronavirus: Kit de survie

Notre kit de survie du confinement

“Nous vous payerons 25% de ce que vous toucheriez normalement par le biais de notre politique d’annulation. Cela s’applique rétroactivement à toutes les annulations liées auCovid-19 au cours de cette période”, explique Brian Chesky, le patron et cofondateur d’Airbnb. Les paiements seront effectués en avril dans tous les pays, sauf la Chine.

“Pour les réservations effectuées au plus tard le 14 mars avec une date d’arrivée après le 31 mai, nous sommes conscients qu’il peut toujours y avoir de l’incertitude. Au cours des prochaines semaines, nous demanderons aux hôtes et aux voyageurs de réexaminer ces réservations“, explique la plateforme. Pour les réservations effectuées après le 14 mars, ce sont les conditions d’annulation habituelles qui s’appliqueront.

Brian Chesky a aussi défendu sa décision de rembourser les voyages annulés, ce qui avait déplu aux hôtes: “Sachez que cette décision n’était pas une décision commerciale, mais fondée sur la protection de la santé publique. Même si je crois que nous avons fait le bon choix en faisant primer la santé et la sécurité, je suis désolé que nous ayons communiqué cette décision sans vous avoir consultés, comme des partenaires devraient le faire.”

Fonds de 10 millions pour les superhosts

La plateforme a aussi créé un fonds de 10 millions de dollars dédié aux “superhosts”, c’est-à-dire des hôtes très bien notés, qui louent leur propre habitation et qui auraient des difficultés à payer les échéances de leur prêt ou leur loyer en raison de l’impact de la crise sanitaire sur le tourisme.

Airbnb va aussi ajouter une fonctionnalité permettant aux utilisateurs d’envoyer des dons aux hôtes avec lesquels ils seraient liés.

Source link

Coronavirus: vos vacances à la Côte belge tombent à l’eau?

Le Conseil national de sécurité (CNS) a décidé de prolonger les mesures de confinement jusqu’à la fin des vacances de Pâques. Si vous aviez prévu un long weekend à la Côte belge, vous pouvez faire une croix dessus. D’autant que les bourgmestres des communes côtières ont appelé à ne pas se rendre au littoral et que des zones de police contrôlent les frontières et patrouillent sur la digue et la plage. 

1. Réservation

On imagine logiquement que vous n’aviez pas réservé de billets d’avion pour vous y rendre, s’il y a donc une quelconque annulation, cela concerne votre hébergement touristique: hôtel, chambre d’hôte, Airbnb… 




“Nous voulons décourager les gens de venir ici et s’il le faut, nous infligerons aussi des amendes.”

Au vu des circonstances, les structures hôtelières ont dû – normalement pour la plupart – fermer leurs portes, ce qui entraîne inévitablement une annulation de votre réservation. Serez-vous remboursé? Il n’y a pas de réponse généralisée. Que vous ayez réservé une chambre dans un hôtel ou un logement via une plateforme de réservation, il faudra prendre directement contact avec eux et voir ce qui est prévu. Il peut s’agir d’un remboursement ou parfois d’un bon à valoir d’un an du même montant que votre réservation. 

Mercredi dernier, la ministre de l’Économie et des Consommateurs Nathalie Muylle a annoncé une mesure de soutien au secteur: une exonération temporaire de l’obligation de rembourser le consommateur pour un voyage organisé annulé. Mais le commissaire européen en charge de la Protection des consommateurs Didier Reynders et l’organisation Test-Achats ont rapidement rappelé que “le droit (européen, NDLR) au remboursement existe et doit être appliqué”. Concrètement, si votre “hébergeur” annule votre réservation, il est tenu, conformément au droit européen, de vous rembourser.

Coronavirus: Kit de survie

Notre kit de survie du confinement

Par exemple, Airbnb a adapté ses conditions d’annulation pour les voyageurs en provenance ou à destination des régions touchées par le Covid-19, dont la Belgique. Les réservations peuvent être annulées et la plateforme rembourse intégralement les voyageurs qui rentrent dans les conditions, puisqu’il s’agit d’un cas de force majeure. En outre, “les voyageurs qui recherchent des logements dans les zones gravement touchées sont alertés par des bannières de conseils aux voyageurs”, prévient Airbnb.

→ Assurance annulation? Ne comptez pas dessus. Annuler son voyage en raison de l’épidémie de coronavirus ne relève pas d’une assurance annulation standard, affirme Assuralia, l’union professionnelle des entreprises d’assurances. Par exemple, “les épidémies et pandémies ainsi que les mesures de confinement (lockdown) d’un pays ou de régions qui en résultent ou les décisions prises par les pouvoirs locaux d’interdire l’accès à leur territoire ne font pas partie des aléas couverts par notre assurance annulation”, selon les explications d’Europ Assistance. Si une personne contracte le virus avant le départ, elle tombe bien sous la couverture standard, comme pour d’autres maladies. Attention, certains assureurs proposent une couverture plus large.

2. Résidence secondaire

Si vous êtes propriétaire d’un bien à la Côte, n’envisagez pas non plus de vous y rendre. Les bourgmestres des communes du littoral ont été clairs: ni touristes ni personnes disposant d’une résidence secondaire à la mer ne peuvent rejoindre la Côte. “Nos services reçoivent de nombreuses demandes de la part de personnes ayant une résidence secondaire à la mer afin de savoir si elles peuvent y venir en vacances”, écrivent les bourgmestres dans une lettre. “Le beau temps annoncé risque sans aucun doute d’attirer encore plus de monde dans nos communes, voire de les inciter à utiliser leur résidence secondaire comme point de chute” pour le confinement. C’est pourquoi les bourgmestres appellent une fois de plus à ne pas prendre la route de la mer.”

La police de Knokke a multiplié les contrôles pour empêcher les vacanciers et propriétaires de résidences secondaires de se rendre dans la commune côtière.
©BELGA

“Nous voulons décourager les gens de venir ici et s’il le faut, nous infligerons aussi des amendes“, prévient de son côté la zone de police. 

Il est en effet interdit de se rendre dans sa résidence secondaire durant le confinement, que ce soit à la Côte belge ou partout ailleurs en Belgique. Les Belges sont invités à rester chez eux, autrement dit dans leur résidence principale.

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l’économie. Quel est l’impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

Source link

Plus de 3.000 personnes hospitalisées en Belgique et 289 morts au total

► En Belgique, le pic de l’épidémie n’est pas en vue. 42 nouveaux décès liés au Covid-19 ont été recensés ces 24 dernières heures, portant à 220 le nombre de personnes ayant succombé au coronavirus dans notre pays. Le nombre d’hospitalisations a augmenté à 2.652 (+536 en 24h). Le pic de l’épidémie n’est attendu que “dans les prochaines semaines”, selon les autorités, qui appellent les Belges à rester confinés. Pour l’épidémiologiste Marius Gilbert, on ne constate “toujours pas d’effet mesurable des mesures” de confinement à ce stade, la courbe des contaminations continuant à grimper significativement. > En graphiques, le point sur la situation belge.

► La Chambre a approuvé en séance plénière la proposition de loi qui donne au gouvernement des pouvoirs spéciaux pour faire face à la crise du Covid-19 par 104 voix pour, 8 contre (PTB) et 16 abstentions (Vlaams Belang). >> Les détails ici: Après la confiance, Wilmès II décroche les pouvoirs spéciaux

► La Première ministre Sophie Wilmès a demandé aux partenaires sociaux du Groupe des 10 de se mettre en contact avec le Centre national de crise afin d’affiner la liste des secteurs économiques essentiels en vue de la réunion du Conseil national de sécurité de ce vendredi.

► Le déficit explose. L’effet de paralysie de la crise du coronavirus sur l’économie belge pousse nos finances publiques dans le rouge. Le déficit public passerait de 2 à 7% du PIB, soit 30 milliards d’euros, selon De Tijd. Le ministre du Budget David Clarinval estime ce chiffre “prématuré”.

► Moody’s révise à “négative” sa perspective pour le système bancaire belge. L’agence de notation Moody’s a révisé sa perspective pour les 10 principaux systèmes bancaires en Europe. Les perspectives des systèmes bancaires belge, danois, néerlandais, français, italien et espagnol passent de stables à négatives.  

► Les États-Unis en probable récession. Le président de la Fed Jérôme Powell estime que “les États-Unis sont probablement en récession“. Le nombre de demandes d’allocations de chômage a explosé, selon les chiffres publiés ce jeudi. Elles s’envolent à 3,28 millions de demandeurs, contre 282.000 la semaine précédente.

► Après plus de six heures de discussion par visioconférence, les chefs d’État et de gouvernement des Vingt-Sept ont abouti ce jeudi soir à un accord sur les étapes à suivre pour aborder les conséquences économiques et financières de la crise du coronavirus. >> Les détails ici L’Europe en quête d’une gestion de crise solidaire

Selon le ministre de l’Intérieur Pieter De Crem, les festivals d’été ne pourront probablement pas avoir lieu.

► La ministre de la Santé Maggie De Block s’est prononcée contre toute limitation des déplacements à vélo pour autant que les cyclistes gardent des distances de sécurité suffisantes entre eux. “Il faut que tout cela (les mesures de sécurité sanitaire, NDLR) reste vivable”, a-t-elle plaidé, contredisant ainsi son collègue de l’Intérieur, qui n’avait pas exclu un peu plus tôt dans la journée que le Conseil national de sécurité de ce vendredi impose aux gens une restriction de distance pour les sorties en extérieur.

► L’Italie a annoncé une nouvelle hausse du nombre de contaminations au coronavirus, après quatre jours consécutifs de baisse. Le pays compte désormais 62.013 contaminations, en augmentation de 4.492 en 24 heures. En France, le coronavirus a causé 365 décès enregistrés à l’hôpital en 24 heures dont, “pour la première fois, une jeune fille de 16 ans” en Ile-de-France, portant le bilan à 1.696 morts depuis le début de l’épidémie.

► Lourds bilans en Espagne et aux États-Unis. Le nombre de morts dus au coronavirus en Espagne a passé la barre des 4.000, avec 655 décès en 24 heures, ce qui porte le bilan à 4.088 morts, selon les chiffres officiels. 56.188 cas ont été confirmés, en augmentation de 19% de mercredi à jeudi, une progression toutefois moins forte que les 27% de la veille. Aux États-Unis, le nombre de morts a grimpé en quelques heures de 827 à 1.031. La première économie mondiale compte à présent 68.572 cas confirmés, selon un décompte de l’université Johns Hopkins. Les États-Unis arrivent au troisième rang des pays pour le nombre de cas confirmés, derrière l’Italie et la Chine.

► La ministre de la Jeunesse et des Sports en Fédération Wallonie-Bruxelles, Valérie Glatigny (MR), a décidé de l’annulation de tous les stages, activités et rassemblements dans les domaines du sport et de la jeunesse jusqu’au 19 avril inclus, soit la fin des vacances de Pâques.

Source link

Tribute to French comic book artist Albert Uderzo the illustrator of Asterix the Gaul | Travel

PUBLISHED: 15:33 24 March 2020 | UPDATED: 15:33 24 March 2020

Tribute to French comic book artist Albert Uderzo the illustrator of Asterix the Gaul

Tribute to French comic book artist Albert Uderzo the illustrator of Asterix the Gaul

Wikipedia

Tributes are paid to French comic book artist Albert Uderzo whose iconic images of Astérix the Gaul are loved by both adults and children around the world.


Albert Uderzo the French illustrator famous for Astérix and Obelix has died at the age of 92. The French comic book artist created the beloved comic books in 1959 with the writer René Goscinny.

According to a statement from his family Uderzo, “died in his sleep at his home in Neuilly from a heart attack unrelated to the coronavirus. He had been very tired for several weeks,” his son-in-law Bernard de Choisy told AFP.

Astérix the Gaul became one of the best-loved characters in French popular culture, with more than 370 million books sold worldwide and 11 films which quickly spawned an Astérix theme park just on the outskirts of Paris in 1989. Born to Italian immigrants, Uderzo retired from drawing in 2011.

He created the Astérix series with the late Goscinny, who debuted their characters in October 1959 in French magazine Pilote, – they quickly developed a cult following from both children and adults alike. They were asked to feature a “typically French hero” and came up with the idea of their story set in ancient Gaul. The first issue published in October featuring The Adventures of Asterix the Gaul sold more than 300,000 copies.

Leading the tributes to Uderzo was writer Oliver Kamm, whose mother, Anthea Bell, translated the Astérix books into English, said Uderzo was “a cartoonist of genius, whose skills perfectly combined with those of the brilliant René Goscinny”. Kamm said he was deeply sad and added: “Though not an English speaker like Goscinny, Uderzo had gracious appreciation of the Astérix translations of my mother.”

Taking to Twitter Mark Millar, the creator of comics including Kingsman called Uderzo “the Master” and “my gateway drug to beautiful European comics”, while Rafael Albuquerque, illustrator and co-creator of American Vampire, said Uderzo was “one of my biggest influences in comics”. “Astérix was the first comic I read, from my aunt’s bookshelf. With him I learnt about expression more than anyone. Merci maître!” he wrote on Twitter.

The adventures of Astérix and his sidekick Obelix have been translated into more than 100 languages. Astérix’s adventures have been turned into several live action and animation films, including a series starring Gerard Depardieu as Obelix the character who fell into a cauldron of magic potion as a child, making him invincibly strong.

Uderzo and Goscinny collaborated until the latter’s death in 1977, when Uderzo took over the writing until 2009. The Great Divide, the 25th Astérix album, was published in 1980 and was the first to be written and drawn by Uderzo alone.

They will be remembered as a creative partnership that left their mark on French culture.

Source link

Coronavirus: 10 questions sur les restrictions de voyage

Depuis le 18 mars 2020 et jusqu’au 5 avril 2020, les voyages à l’étranger non essentiels sont interdits. Le 14 mars, le SPF Affaires étrangères conseillait déjà, sur son site web, de reporter tous les voyages à l’étranger afin d’éviter de se retrouver bloqué à l’étranger. “Tant de pays adoptent des mesures de quarantaine ou ferment leurs frontières qu’un franchissement normal de celles-ci ne peut être garanti”, justifie le service public fédéral. 

En outre, les compagnies aériennes réduisent de plus en plus drastiquement le nombre de leurs vols. Ainsi, Ryanair s’attend à maintenir au sol la plupart de ses appareils et n’exclut pas d’immobiliser l’intégralité de sa flotte. En outre, Brussels Airlines a annoncé que tous ses vols sont suspendus entre le 21 mars et le 20 avril. “Les clients qui ont réservé un vol pour cette période auront la possibilité de le reporter à une date ultérieure.” (voir les détails à la question 4).

Toutes ces nouvelles amènent un lot de questions pour les (futurs) voyageurs. Voici quelques réponses.

1. Je suis actuellement à l’étranger, que dois-je faire?

D’après le SPF Affaires étrangères, “les personnes se trouvant actuellement à l’étranger doivent en premier lieu s’adresser aux autorités locales, à leur agence de voyages, à leur tour-opérateur ou à leur compagnie aérienne, pour assistance.

La situation varie d’un pays à l’autre. Par exemple, TUI indique sur son site: “Pour les vacanciers qui séjournent actuellement à l’étranger, TUI fly continuera à effectuer les vols retour vers la Belgique. Chaque voyageur sera informé personnellement dans les plus brefs délais.” De son côté, depuis le 17 mars 2020, Club Med indique: “Nous affrétons spécifiquement des avions pour rapatrier nos clients au Maroc, en République Dominicaine ou sur d’autres territoires, avec un accompagnement tout particulier.




Les personnes qui souhaitent rentrer plus tôt de vacances peuvent le faire dans la mesure où des sièges sont disponibles sur les vols retour.

TUI

Communiqué du 18 mars 2020

Si aucune solution ne peut être trouvée et en cas d’urgence, le centre de crise ainsi que les ambassades et consulats fournissent une assistance consulaire aux Belges à l’étranger qui rencontreraient des problèmes.

Le SPF Affaires étrangères a d’ailleurs activé un numéro d’urgence destiné aux Belges actuellement à l’étranger qui rencontrent des problèmes dus à la crise provoquée par le coronavirus. La ligne téléphonique leur permettra, dans la mesure du possible, d’obtenir une assistance consulaire. Le centre d’appel est joignable de 9h à 20h heure belge au 02/501.4000.

La ligne d’appel est destinée aux situations d’urgences à l’étranger, insiste le ministère.

2. Je dois quand même partir à l’étranger, quels sont les conseils?

De plus en plus de pays imposent des restrictions aux personnes qui voyagent depuis la Belgique et, plus globalement, depuis l’Europe. Cela mène à des interdictions d’entrée, comme aux États-Unis, et à la mise en quarantaine des voyageurs à leur arrivée, comme à Pékin.

©BELGA

Autrement dit, peu importe la destination, les voyageurs peuvent devoir rester plus longtemps que prévu sur place et, par conséquent, un retour rapide en Belgique n’est plus du tout garanti. Les Affaires étrangères demandent dès lors aux personnes qui doivent quand même partir à l’étranger de bien s’informer quant à l’accessibilité de leur destination et surtout sur la possibilité de rentrer sur le plancher des blancs-bleus-belges.

En outre, les Affaires étrangères soulignent qu’un séjour prolongé forcé peut avoir des conséquences financières et médicales. Il est préconisé de vérifier si les assurances offrent les garanties suffisantes pour une hospitalisation à l’étranger.

Enfin, elles demandent aux Belges de suivre strictement les instructions des autorités locales et de consulter en permanence les avis de voyage des Affaires étrangères.

3. Quid si j’ai réservé un voyage à forfait?

Depuis que les Affaires étrangères ont déconseillé tout voyage à l’étranger, les tour-opérateurs se concentrent sur le rapatriement des touristes belges qui pourraient être coincés hors des frontières (voir question 1). “On y travaille très dur”, a commenté Pierre Fivet, le porte-parole de l’ABTO, la “Belgian Association of Travel Organisers”.

Pour les voyageurs qui devaient partir prochainement, l’ABTO signale qu’ils peuvent toujours prendre contact avec l’organisateur de leur voyage. Quant à ceux qui doivent partir cet été ou même durant les vacances de Pâques, il leur est conseillé de laisser du temps à leur tour-opérateur afin qu’il examine la situation. Ceci dit, ce 18 mars 2020, la ministre de l’Économie Nathalie Muylle (CD&V) a pris des mesures économiques pour guider au mieux le secteur du voyage et les organisateurs d’événements à travers la crise.

Désormais, en cas d’annulation d’un voyage de groupe, les organisateurs peuvent émettre un bon d’échange. Si un événement est reporté à une date ultérieure, les organisateurs ne devront rembourser le client que si celui-ci peut prouver qu’il est réellement dans l’impossibilité de voyager à cette nouvelle date. “Il s’agit de mesures exceptionnelles qui devraient empêcher de nombreuses entreprises d’aller trop loin et de compromettre la future fourniture de services aux consommateurs. Je ne saurais trop insister sur le fait que ces mesures sont également dans l’intérêt des consommateurs”, déclare la ministre Muylle.

Voici néanmoins ce qui était déjà prévu chez certains voyagistes.

• TUI: tous les voyages (même ceux en voiture et les citytrips) sont annulés jusqu’à nouvel ordre. “À bord des vols aller, il n’y aura donc aucune personne ayant réservé un voyage à forfait. Quant aux clients qui ont réservé uniquement un billet d’avion, ils pourront prendre ce vol. Cependant, TUI ne peut leur garantir qu’ils pourront ensuite rentrer au pays avec le vol retour qu’ils avaient réservé.” TUI indique, par ailleurs, qu’il ne remboursera pas les réservations, mais fournira à ses clients un bon grâce auquel ils pourront réserver d’autres vacances

©BELGA

• Club Med: tous les séjours au départ de la Belgique ou de la France jusqu’au 15 avril vers toutes les destinations sont reportés. “Votre dossier est en cours d’annulation et vous recevrez prochainement une mise à jour de votre contrat, et l’intégralité des sommes que vous avez versées sera portée au crédit de votre compte client, que vous pourrez utiliser pour un nouveau séjour au plus tard le 30 avril 2021 (date de fin de séjour).”

• Sunweb: tous les séjours sont annulés jusqu’au 6 avril. “Chaque client recevra par e-mail la valeur exacte des sommes qu’il a versées dans le cadre du séjour annulé sous la forme d’un bon d’achat valable pour de prochaines vacances, à réaliser entre le 1er mai 2020 et le 30 avril 2021, vers la destination Sunweb de son choix, au soleil ou aux sports d’hiver.”

4. Et si j’ai juste réservé un ticket d’avion ou un billet de train?

Vérifiez quand même ce qui est prévu par votre transporteur. Par exemple, dans le cas de Brussels Airlines, la compagnie indique ceci: “Notre Service Centre, tant au téléphone que via les réseaux sociaux, est pour l’instant saturé. Nous vous demandons donc explicitement de ne nous contacter que si vous devez prendre l’avion dans les 4 jours à venir. Nous pourrons ainsi aider en priorité les passagers qui ont besoin de notre aide de toute urgence. Pour tous les autres passagers : vous avez jusqu’au 1er juin pour nous contacter afin de modifier votre billet. Ainsi, vous n’êtes pas obligés de nous contacter immédiatement par téléphone. Votre nouveau vol peut avoir lieu jusqu’à un an après la date d’achat de votre billet initial (le 31 décembre 2020 au plus tard). Outre vos dates de voyage, vous pouvez également modifier votre lieu de départ et votre destination.

©BELGA

En ce qui concerne les autres moyens de transport, prenez contact avec le transporteur en question. Notez que certains d’entre eux ont déjà annoncé la couleur sur leur plateforme.

• Par exemple, Thalys, qui a réduira son offre de 50% mercredi puis de 25% ce jeudi, a prévu des mesures commerciales exceptionnelles. Premièrement, l’échange ou le remboursement sans frais de tous les billets Thalys pour des voyages du 10 mars au 30 avril 2020. Deuxièmement, pour les voyages en mai et juin, l’échange ou le remboursement sans frais jusqu’à 30 jours avant le départ. Concrètement, àpartir de jeudi, Thalys ne prévoit que quatre aller-retour Paris-Bruxelles et deux aller-retour entre Paris et les Pays-Bas (avec des arrêts en Belgique), ainsi que deux aller-retour entre Paris et l’Allemagne (avec des arrêts en Belgique). Les trains vers Marne-La-Vallée et Paris-Charles de Gaulle ainsi que les trains Izy sont supprimés.

• Même topo du côté de la SNCF. Les billets sont échangeables et remboursables sans frais avant le départ pour des voyages jusqu’au 30 avril 2020. “Après le départ, si vous n’avez pas pu procéder à l’échange ou au remboursement en amont du voyage, demandez votre remboursement via ce lien.”

5. Quid si j’ai réservé un logement moi-même?

Il n’y a pas de réponse généralisée. Que vous ayez réservé une chambre dans un hôtel ou un logement via une plateforme de réservation quelconque, il faudra prendre directement contact avec cette plateforme et voir ce qui est prévu.

Selon le témoignage d’un membre de notre rédaction qui a voulu annuler une réservation en France via Booking, il n’y a pas de remboursement prévu. Par contre, cette plateforme offre un bon à valoir d’un an exactement du même montant pour une autre réservation.

Autre exemple, Airbnb a pour le moment adapté ses conditions d’annulation pour les voyageurs en provenance ou à destination des régions touchées par le covid-19. Les réservations peuvent être annulées et la plateforme rembourse intégralement les voyageurs qui rentrent dans les conditions, puisqu’il s’agit d’un cas de force majeure. En outre, “les voyageurs qui recherchent des logements dans les zones gravement touchées sont alertés par des bannières de conseils aux voyageurs”, prévient Airbnb.

6. Mon assurance annulation peut-elle intervenir?

Annuler son voyage en raison de l’épidémie de coronavirus ne relève pas d’une assurance annulation standard, affirme Assuralia, l’union professionnelle des entreprises d’assurances. Par exemple, “les épidémies et pandémies ainsi que les mesures de confinement (lockdown) d’un pays ou de régions qui en résultent ou les décisions prises par les pouvoirs locaux d’interdire l’accès à leur territoire ne font pas partie des aléas couverts par notre assurance annulation”, selon les explications d’Europ Assistance.

Si une personne contracte le virus avant le départ, elle tombe bien sous la couverture standard, comme pour d’autres maladies. Attention, certains assureurs proposent une couverture plus large.

7. Quid pour les assurances liées aux cartes bancaires?

De nombreuses cartes de crédit haut de gamme prévoient une garantie annulation. Mais leur couverture n’est pas forcément plus large que les assurances annulation standard. Ici aussi, il y a donc peu de chance qu’une annulation pour cause de coronavirus soit prise en charge. D’ailleurs, ces assurances voyages (assistance ou annulation) sont fortement déconseillées par Patrick Cauwert, le CEO de Feprabel (la Fédération des courtiers en assurances et des intermédiaires financiers). “Les garanties et les couvertures sont limitées. Les clients connaissent mal leur contrat, ils ne savent pas à qui s’adresser en cas de sinistre. C’est généralement dans ce genre de dossier que nous avons le plus de discussions lorsqu’il faut gérer un sinistre.”

8. Et mon assurance assistance?

Les assurances assistance voyage couvrent quant à elles les frais médicaux comme une visite chez le médecin ou une hospitalisation pendant le voyage, pour le coronavirus comme pour les autres maladies ou accidents, précise Assuralia. Certains assureurs couvrent en plus un séjour prolongé à l’étranger ou les frais de rapatriement dans leurs offres standard.

©AFP

Mais quid si le SPF Affaires étrangères prévoit un avis négatif pour une destination? “Dans ce cas, votre assurance ne sera pas valable”, répond Europ Assistance. “Si toutefois l’avis des autorités locales ou du SPF Affaires étrangères déconseille les voyages, sauf les voyages indispensables et que le voyage revêt un caractère essentiel, la couverture sera alors fournie. La raison et la preuve du caractère essentiel du voyage doivent pouvoir être apportées.”

“Les autorités ne donnent pas de définition de ce qu’est le caractère essentiel d’un voyage. Il appartient dès lors au voyageur de décider si le voyage est essentiel ou non (celui-ci peut par exemple avoir des engagements familiaux ou professionnels urgents et incontournables à respecter). Ces circonstances sont différentes pour chaque personne, voyage ou situation.”

9. Mon assurance hospitalisation interviendra-t-elle?

Les personnes hospitalisées peuvent aussi faire appel à l’assurance hospitalisation. Certains assureurs limitent leur intervention à la Belgique, mais d’autres couvrent les cas en Europe ou ailleurs. Si le contrat prévoit une couverture à l’étranger, l’assureur interviendra pour le coronavirus même si la personne s’est rendue dans une zone que les Affaires étrangères identifient comme risquée, précise l’union professionnelle.

10. Puis-je également compter sur ma mutuelle?

Source link

Le coronavirus progresse, la SNCB supprime 90 trains

Les autorités sanitaires ont dénombré 197 nouvelles infections au coronavirus en Belgique, dont 137 en Flandre, 28 en Wallonie et 27 à Bruxelles, a indiqué le SPF Santé publique dimanche matin, qui n’a pas d’information sur le lieu de résidence des cinq dernières personnes testées positives.

Le nombre total de cas confirmés s’élève désormais à 886 dans le pays. Parmi ceux-ci, 163 personnes sont hospitalisées et 33 sous assistance respiratoire. Le SPF s’attend à ce que l’augmentation du nombre de contaminations se poursuive encore dans les prochains jours. 

Depuis le début de la pandémie, 886 cas d’infections au coronavirus ont été détectés.

Depuis samedi, la Belgique recense désormais quatre décès dus au coronavirus sur son territoire. Les quatre victimes du coronavirus en Belgique étaient âgées de 73 à 90 ans. Kes cas d’infections les plus graves concernent des personnes âgées déjà atteintes d’autres maladies, bien que certains trentenaires et quadragénaires soient aussi atteints. La plupart des personnes contaminées appartiennent à la population active et sont âgés de 30 et 60 ans.

“Nous constatons une augmentation du nombre de cas sur notre territoire, qui s’accentuera encore dans les prochains jours. Nous vous rappelons qu’il est très important de rester chez soi dès que l’on est malade (fièvre, toux, problèmes respiratoires, …) et de contacter directement son médecin traitant”, indique le SPF. 

Samedi, le nombre de cas de nouveau coronavirus dans le monde a dépassé les 150.000, dont plus de 5.700 décès dans 137 pays et territoires, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles samedi vers 17h. 5.764 sont décédées dans le monde du Covid19.

Source link

Organiser ses vacances d’été malgré le coronavirus

Les vacances d’été ne sont plus si éloignées que cela, surtout lorsqu’il s’agit de réserver des billets d’avion et une chambre d’hôtel. Mais que faire alors qu’une bonne partie de l’Europe – et du monde – est de plus en plus touchée par la pandémie de coronavirus? Les compagnies aériennes, dont Brussels Airlines et Ryanair, annulent de nombreux vols, essentiellement vers l’Italie. Donald Trump a décidé d’interdire aux ressortissants des 27 pays européens de se rendre aux États-Unis durant 30 jours. C’est donc le flou le plus total pour réserver ses vacances d’été. Où pourra-t-on voyager en toute tranquillité? Que faut-il réserver: un hôtel, une maison de vacances? Et que faire si, in fine, le voyage doit quand même être annulé?

Où (ne pas) partir?

Si, pour l’instant, les Affaires étrangères déconseillent tous les voyages en Italie et en Chine jusqu’à nouvel ordre, et que les États-Unis interdisent l’accès à leur territoire aux Européens temporairement, rien ne dit que d’ici au 1er juillet, la situation ne sera pas rétablie. “Quel que soit le pays ou la destination, nous ne sommes pas en mesure de prédire la situation sanitaire qui y prévaudra cet été”, explique Arnaud Gaspart, porte-parole du SPF Affaires étrangères. 

Le tour-opérateur TUI, qui indique “suivre l’avis du ministère des Affaires étrangères pour toutes les destinations dans le monde”, suit l’évolution de la situation au jour le jour et adapte son offre en fonction de celle-ci.

“Pour les vacances d’été, en dehors de la Chine, je dirais que les vacanciers peuvent réserver partout”, indique de son côté le directeur général Benelux du Club Med, Éric Georges, qui précise qu’”en ce moment, au Club Med, toutes les réservations sont ouvertes pour l’été, sauf en Chine, où les resorts sont fermés depuis le début de l’année”.




Pour les vacances d’été, en dehors de la Chine, je dirais que les vacanciers peuvent réserver partout.

Eric Georges

directeur général Benelux du Club Med

Conclusion: puisqu’il n’existe pas encore, pour cet été, de restriction liée au Covid-19 pour quelconque destination, vous êtes libre à ce jour de réserver où vous l’entendez. 

Quel type de voyage privilégier? 

Reste à savoir s’il vaut mieux partir dans le Sud de la France en voiture et y louer une maison de vacances ou plutôt prendre l’avion pour l’Espagne et loger dans un hôtel. Bien entendu, partir avec votre propre voiture est toujours moins risqué que de réserver des billets d’avion, si votre voyage doit tomber à l’eau. Tout dépendra alors des conditions générales de vente de la compagnie aérienne avec laquelle vous voyagez: si l’annulation rentre dans les critères d’un cas de force majeure ou si c’est uniquement votre choix personnel. Mais, une fois de plus, rien ne dit que la situation concernant la pandémie de coronavirus n’aura pas considérablement évolué dans quelques mois.

Si vous avez déjà réservé  

Pas de panique, pour l’instant les Affaires étrangères n’ont émis aucun avis de voyage lié au Covid-19 au-delà du mois d’avril. Les compagnies aériennes n’ont pas non plus supprimé leurs vols au-delà de cette date, donc votre voyage n’est pas en danger pour le moment. Lisez toutefois dès à présent les conditions de vente et d’annulation liées à vos réservations par précaution. Si la pandémie persiste, cela vous permettra de savoir à quoi vous en tenir en vue d’une éventuelle modification/annulation de votre voyage. 

Actuellement, une grande partie de compagnies aériennes annulent leurs vols à destination de la Chine et de l’Italie. Brussels Airlines a d’ailleurs annoncé cette semaine son chiffre d’affaires. Les prochains mois seraient plus impactés, avec notamment l’annulation de nombreux vols vers l’Italie. La compagnie précise qu’actuellement, en cas d’annulation liée au Covid-19, elle modifie gratuitement la réservation. Les passagers souhaitant être remboursés d’un vol annulé peuvent également l’être. Cependant, les remboursements pour les vols qui ne sont pas annulés ne sont possibles qu’en fonction des conditions tarifaires prévues par votre réservation. 

Côté trains, la SNCF n’envisage pas, pour sa part, de supprimer les trains reliant la France à la Belgique: “Sur les voyages en train TGV INOUI et INTERCITES en mai, juin et ceux de l’été, les billets sont échangeables et remboursables sans frais jusqu’à 30 jours avant le départ”, prévient la compagnie ferroviaire française. Thalys, qui va adapter ses capacités de transport jusqu’à fin avril, n’envisage pas, pour le moment, de réduire son offre pour l’été.




Sur les voyages en train TGV INOUI et INTERCITES en mai, juin et ceux de l’été, les billets sont échangeables et remboursables sans frais jusqu’à 30 jours avant le départ.

Quant à choisir le type d’hébergement dans lequel séjourner, là aussi il est important de prendre connaissance des conditions de vente et d’annulation de votre “hôte”, qu’il s’agisse d’un hôtel, d’un hébergement Airbnb, du Club Med ou si vous êtes passé par un tour-opérateur. Par exemple, Airbnb a pour le moment adapté ses conditions d’annulation pour les voyageurs en provenance ou à destination des régions touchées par le Covid-19. Les réservations peuvent être annulées et la plateforme rembourse intégralement les voyageurs qui rentrent dans les conditions, puisqu’il s’agit d’un cas de force majeure. En outre, “les voyageurs qui recherchent des logements dans les zones gravement touchées sont alertés par des bannières de conseils aux voyageurs”, prévient Airbnb. Au Club Med, par exemple, ce sont les conditions générales de vente qui s’appliquent, indique son patron: “Jusqu’à 45 jours avant le départ, il est possible d’effectuer un changement, en dehors des billets d’avion, en payant très peu de frais. Les vacanciers peuvent facilement choisir de se reloger dans un autre resort du Club Med.” Chez TUI, les conditions générales permettent une “garantie d’échange” qui s’applique jusqu’à 22 jours avant le départ, grâce à quoi le client peut encore changer de destination ou de date de voyage gratuitement. 

→ Conclusion: pensez à réserver vos vacances en toute connaissance de cause, autrement dit: lisez attentivement les conditions de vente et d’annulation, les délais durant lesquels votre annulation ou modification peut être acceptée, ce qui est considéré ou non comme un cas de force majeure et ce qui sera, le cas échéant, effectivement remboursé. Un tour-opérateur ou une compagnie aérienne n’est pas l’autre! 

Quelles assurances? 

Si vous tombez vous-même malade du Covid-19

C’est alors votre assurance annulation qui interviendra dans ce cas – si vous en avez une bien entendu – , puisque l’annulation est liée à votre personne. Mais il faut être effectivement malade pour cela. “Le coronavirus est une maladie, considérée comme toute autre maladie. Donc si l’assuré contracte le coronavirus et doit annuler un voyage, il sera assuré par son assurance annulation“, confirme Laurence Gijs, porte-parole d’AG Insurance. “Mais s’il n’est pas malade et qu’il est mis en quarantaine simplement par précaution, l’annulation d’un voyage n’est pas couverte”, ajoute-t-elle.

Pour vous protéger au maximum au cas où vous devriez tout de même annuler votre voyage, vous pensez sans doute prendre une assurance annulation. Eh bien, ce n’est pas forcément une bonne idée, détrompez-vous, car celle-ci couvre rarement les causes d’annulation extérieures à une personne. Autrement dit, elle vous couvrira en cas de problème de santé, ou en cas d’événement lié à votre personne. “Dans la plupart des cas, l’assurance annulation n’intervient pas en cas d’épidémie”, appuie Marnic Speltdoorn, porte-parole de l’assureur P&V. “Si l’annulation émane de l’opérateur de voyages, soit celui-ci propose une solution similaire au voyage annulé, soit il effectue un remboursement intégral du client. Pour le billet d’avion, tout dépend du type de billet (flexible ou non), et, encore une fois, si c’est la compagnie qui annule, le client est intégralement remboursé. Pour les frais de séjour, chaque hôtel suit sa propre politique: possibilité d’annuler sans frais, remboursement sauf la première nuitée, etc.”, détaille le spécialiste. 

Certaines assurances annulation proposent toutefois des contrats plus étendus qui permettent de couvrir l’annulation, dépendant d’un avis de voyage négatif exprimé par le SPF Affaires étrangères pour la zone concernée, comme c’est le cas actuellement pour la Chine et l’Italie. Ne pensez donc pas annuler un voyage prévu dans une zone où aucun avis de voyage contraire n’a été émis de peur d’être contaminé en espérant être remboursé, car l’assurance annulation ne fonctionnera pas dans ce cas. “Légalement, vous avez la possibilité d’annuler vous-même votre voyage vers une région touchée par le Covid-19 sans frais, mais seulement en cas de force majeure ou de circonstances exceptionnelles touchant votre destination, comme une épidémie. Dans ce cas, un conseil de voyage négatif des Affaires étrangères constitue un prérequis”, indique Marnic Speltdoorn, qui précise “qu’un avis de suivre les instructions des autorités en matière de coronavirus ne correspond pas à un tel conseil, le voyageur qui annule risque dans ce cas de devoir supporter des frais. Un contact avec l’organisateur de voyages est conseillé pour essayer de dégager un compromis”. Sont assimilés à des avis négatifs le fait de “déconseiller d’y aller”, ou de “recommander de ne pas y aller”, ou encore “conseiller de reporter”.




Dans la plupart des cas, l’assurance annulation n’intervient pas en cas d’épidémie.

Marnic Speltdoorn

porte-parole de l’assureur P&V

→ Conclusion: si les Affaires étrangères émettent un conseil de voyage négatif vers certaines zones, vous pouvez annuler votre voyage sans frais s’il s’agit d’un cas de force majeure comme une épidémie, et donc une pandémie. Si ce n’est pas le cas, deux autres scénarios sont possibles: votre opérateur de voyages annule lui-même le voyage et modifie ou rembourse la réservation, ou vous annulez ou modifiez vous-même, mais le remboursement et la modification dépendront des conditions de vente propre à l’opérateur.

Source link

Coronavirus: Is it safe to travel to France? Latest travel advice and updates | Travel

PUBLISHED: 11:11 11 March 2020 | UPDATED: 13:27 13 March 2020

The coronavirus outbreak may affect your French travel plans. Pic: GGuy44/iStock/Getty

The coronavirus outbreak may affect your French travel plans. Pic: GGuy44/iStock/Getty

Archant

Find out the latest holiday advice surrounding the coronavirus and whether it will affect your travel to France


The number of coronavirus cases in France has reached 2,876 (as of 13 March), making it the second most affected European country after Italy. With 138,938 cases worldwide, holidaymakers may be worried about their upcoming travels, but the French government has set out guidelines to hopefully limit the spread of the virus.

Where is the virus in France?

Although there have been cases reported in every region, the most affected area is Grand-Est. Many of those who contracted the virus here were at a religious gathering in Mulhouse, attended by 2,000 people. There are also relatively high numbers of cases in Île-de-France and Hauts-de-France. It’s not just on the mainland, either – Ajaccio in Corsica has also had some new cases of COVID-19.

Mulhouse in France. Pic: Prill/iStock/GettyMulhouse in France. Pic: Prill/iStock/Getty

What is the latest travel advice for France?

The UK government has not advised against travel to France, but in light of the virus, France has banned gatherings of more than 1,000 people, including some festivals, concerts and sporting events. However, health minister Olivier Véran said that a list of events would be drawn up that would be ‘useful to the interest of the nation’.

Among the major events in France to be cancelled are the Paris marathon, Berck-sur-Mer International Kite Festival, the Salon d’Agriculture in Paris and the Fête du Citron in Menton. Check on the event’s website before you travel to check that it is still taking place.

There are no restrictions on flights to and from France from the UK, although those between France and Italy are suffering disruption. In the USA, President Trump has suspended travel between 26 European countries and the US (although US citizens can travel as normal). Ferry transport and Eurotunnel services are so far unaffected. Public transport within France is so far exempt from the gatherings of 1,000 people rule and is running relatively normally.

From Monday 16 March, all schools, universities and creches will be closed under orders from Macron.

Some events in Paris have been cancelled because of the coronavirus outbreak. Pic: Paitre/iStock/GettySome events in Paris have been cancelled because of the coronavirus outbreak. Pic: Paitre/iStock/Getty

Will my holiday to Paris be affected?

In Paris, the Métro is running as normal but some tourist attractions are affected. The Louvre, the most visited museum in the world, is restricting entry to those who have already reserved a ticket online or people who normally get free entry. Sporting events in the city have also been hit, with the Paris Saint-Germain versus Borussia Dortmund Champion’s League match on 11 March ordered to be played behind closed doors. At Disneyland Paris, a staff member tested positive for coronavirus and it has been announced that the theme park will close at end of business on Sunday 15 March until the end of the month.

Where can I find more information?

The French Ministry for Europe and Foreign Affairs has useful information about the virus for visitors to France in English. There is even more information on the French government’s website (in French).

More articles you may be interested in…

How to find a GP in France

Source link