Christmas markets in northern France 2019 | Holiday ideas

PUBLISHED: 09:55 12 December 2019 | UPDATED: 09:55 12 December 2019

Lille Christmas market is a fantastic festive spectacle. Pic: CRTC Hauts de France/B Guilleux

Lille Christmas market is a fantastic festive spectacle. Pic: CRTC Hauts de France/B Guilleux

Archant

Christmas is the perfect time to explore what northern France and its markets have to offer


The festive season is almost upon us, and with it comes the perfect time to slow down, take a break from the pressures of work and make some gorgeous memories with friends and family. A trip to a Christmas market is a treat for all the senses and the perfect way to get into the festive spirit. So why not head to northern France to experience some of Europe’s finest? And at just a short hop across the Channel, they’re also some of the most accessible.

Only 90 minutes by train from London is the stunning city of Lille, in French Flanders. Come 22 November and this majestic city is transformed into a winter wonderland full of warmth and cheer to delight even Ebenezer Scrooge himself.

The Lille Christmas market is centred around Place Rihour, home to the famous Braderie street market in September. It’s just a 10-minute walk from the railway station and is a compact affair, so easy to navigate. Delicious wafts of roasted chestnuts and vin chaud greet you as soon as you set foot in the square, Christmas music welcoming you to this festive extravaganza. There are some 85 stalls to explore, so take your time to visit each one and pick up some souvenirs or gifts for those back home. Perhaps a box of gingerbread or a delicate Christmas tree decoration? The emphasis here is on artisan craftsmanship and ‘Made in northern France’ products, so it’s the perfect to place to pick up unique presents that have been especially made in the region.

As well as the market, don’t miss the fantastic ferris wheel and Christmas tree on nearby Grand Place. If you’ve got a thing for heights, take a ride in one of the cabins and see Lille from a whole new angle. It’s ideal for getting some aerial snaps of the city in all its illuminated glory.

Lille is filled with beautiful illuminations at Christmas. Pic: CRTC Hauts de France/B GuilleuxLille is filled with beautiful illuminations at Christmas. Pic: CRTC Hauts de France/B Guilleux

The festivities are a real family affair – kids will love the pony rides and the Friday concerts will be a hit with big kids too. Take a relaxing evening stroll and enjoy the Christmas lights together.

Combine your trip to the Christmas market in Lille with some city sightseeing – there’s no better time of year. Art lovers should make for the Palais des Beaux-Arts, one of France’s biggest art museums and boasts the second-biggest collection of fine art outside Paris. Shopaholics will want to head to Be-Bop and Luna for vintage bargains galore or admire the handbags at Lady Harberton, both local institutions.

Foodies will be totally spoilt for choice by this gourmet destination: a highlight are the cheese tarts made with local star Maroilles (pick some of this famous fromage up from Philippe Olivier’s fromagerie). For a lunchtime treat, tuck into some waffles from the famous Méert salon de thé, while an authentic Flemish dinner at Au Barbue restaurant is a great opportunity to tuck into a hearty carbonnade beef stew.

Gorgeous snowglobes on sale at Lille Christmas market. Pic: Robert Andrews/iStock/GettyGorgeous snowglobes on sale at Lille Christmas market. Pic: Robert Andrews/iStock/Getty

The northern France team have also put together a handy festive guide with a selection of best Christmas markets in Northern France and Christmas present ideas as well as recommended things to see, do, eat and drink in this vibrant region. You can find the guide here.

Source link

5 traditions insolites dans le monde

Voyager nous permet non seulement de découvrir de superbes paysages que nous n’avons pas forcément chez nous en France, mais aussi de se familiariser avec les coutumes d’un pays et de vivre au plus près des locaux. Vous partagerez ainsi leurs passions et ils vous apprendront plus sur la vie dans leur pays.

Chaque culture possède ses propres richesses et les habitants du monde entier vivent chacun avec leurs propres valeurs. Certaines traditions sont ancrées depuis si longtemps qu’on ne sait même plus leurs origines, comme par exemple lancer du riz sur les mariés à la sortie de l’église.

Si pour nous cela semble naturel, nos voisins doivent se demander d’où vient cette étrange coutume.

Voici 5 traditions insolites que vous ne connaissez peut-être pas :

  • Le marché aux mariés au Vietnam

Dans le Nord du Vietman entre fin avril et mi-mai a lieu le marché de l’amour, qui vous permettra de trouver un mari ou une femme ! Les minorités ethniques de la région se donnent rendez-vous pour rencontrer le grand amour. Si vous êtes célibataire et que vous avez prévu un voyage au Vietnam … vous savez ce qu’il vous reste à faire.

  • Le retard au Venezuela

Si vous voyagez au Venezuela et que vous avez la chance de partager par exemple un repas avec un habitant, surtout, soyez en retard. Si en France, être en retard n’est pas très respectueux, au Venezuela au contraire, la ponctualité est mal vue. Cela signifie pour eux que vous êtes trop impatient et pressé de manger. Arriver 10 ou 15 minutes en retard vous fera gagner le respect de vos hôtes.

  • Noël au KFC au Japon

Si pour nous, Français, Noël est l’occasion de mettre les petits plats dans les grands, mais au Japon il en est autrement ! La cuisine japonaise a beau être reconnue dans le monde entier, les Japonais préfère passer Noël au KFC depuis l’incroyable campagne de marketing appelée « Kentucky à Noël » en 1974.

  • L’enterrement de vie de jeune fille en Ecosse

Les Ecossais sont connus pour leur humour très particulier, et l’enterrement de vie de jeune fille n’échappe pas à la règle. Celle-ci est recouverte de lait tourné, poisson pourri et autres horreurs dans le but de vérifier qu’elle soit bien prête pour le mariage. En effet, si elle survit à ça, elle survivra à tous les tourments de sa vie maritale.

  • L’encre rouge en Corée

Chez nous, le noir symbolise la mort. En Corée, on considère que cela porte malheur d’écrire le nom d’une personne en rouge car le nom des défunts est écrit de cette couleur sur leur tombe.  L’encre rouge est donc un mauvais présage pour eux et symbolise la mort.

Et vous, avez-vous été témoin de traditions insolites ?

La Compagnie des Alpes continue d’investir dans Walibi et Bellewaerde

La Compagnies des Alpes, propriétaire de stations de ski et des parcs Walibi, Bellewaerde ou Asterix, fait état d’une année 2018-2019 record. Outre un dividende en hausse, elle annonce de nouvelles attractions, notamment à Bellewaerde.

Chiffre d’affaires en hausse, bénéfice record, la Compagnie des Alpes

termine une année 2018-2019 (en exercice décalé) faste. Le groupe opère deux activités: 11 stations de ski en France (Tignes, Val d’Isère, les Deux Alpes, les Arcs…) et 12 destinations de loisirs (le Parc Astérix, le Futuroscope, le musée Grévin, mais aussi Walibi, Aqualibi et Bellewaerde en Belgique).

©Document la Compagnie des Alpes

+ 50% de chiffre d’affaires en 6 ans

Entre octobre 2018 et septembre 2019, le groupe a enregistré un chiffre d’affaires de 854 millions d’euros, soit une hausse de 6,6%.

→ Les domaines skiables participent à hauteur de 444 millions d’euros (+3,4%), contre 381 millions (+12%) pour les destinations de loisirs.

Le président Dominique Marcel se targue ainsi d’une croissance du chiffre d’affaires des destinations de loisirs de presque 50% en 6 ans. Le résultat net part du groupe grimpe de près de 9% à 62,2 millions d’euros. 

“L’activité des destinations de loisirs a connu une bonne saison grâce notamment à un 4e trimestre particulièrement dynamique soutenu par l’augmentation de la capacité hôtelière du Parc Astérix, l’ouverture à Ypres de l’aquapark de Bellewaerde et l’inauguration d’un grand nombre de nouvelles attractions”, lit-on dans un communiqué.

L’endettement net du groupe progresse à 540,5 millions d’euros. Cette hausse reflète les investissements financiers (19,9 millions d’euros) et l’acquisition du parc autrichien Familypark (72,5 millions d’euros).

Dividende gonflé

Les premières chutes de neige laissent entrevoir une ouverture des domaines selon le calendrier prévu.
©REUTERS

L’avenir sera du même tonneau. La Compagnie des Alpes souligne que les premières chutes de neige laisse entrevoir une ouverture des domaines selon le calendrier prévu, associé déjà à un taux de réservations en hausse.

Pour l’activité des parcs de loisirs, la période d’Halloween est conforme aux attentes, alors que les investissements s’y poursuivent avec, notamment, une offre hôtelière renforcée au Parc Asterix.

Côté chiffres, le groupe mise pour l’exercice 2019/2020, sur une marge brute d’exploitation comprise “entre 36 et 37%”. Il prévoit un niveau d’investissement “à peu près stable” par rapport à l’exercice précédent. La rentabilité des capitaux investis (ROCE Opérationnel) devrait être supérieure au niveau de 2016/2017 d’ici 2022. Enfin, un dividende en hausse de 7,69% à 0,70 euro par action sera proposé, soit un taux de distribution de l’ordre de 27,5% du résultat net part du groupe.

Bons chiffres en Belgique 

Présent en Belgique via Walibi et Bellewaerde, la Compagnie des Alpes indique que ces deux parcs (et leur pendant aquatique) ont réalisé respectivement une fréquentation de près de 1,4 et 0,9 million de visiteurs au cours de cet exercice.  

8 millions

euros

Bellewaerde inaugurera cette année un roller coaster familial dans la zone canadienne du parc. Il s’agit d’un investissement de plus de 8 millions d’euros.

Du côté de Walibi, on annonce que ce taux d’entrées est certes resté stable, mais l’année 2019-2020 s’annonce déjà bonne. “La période d’Halloween a été une très bonne période avec un chiffre d’affaires qui a progressé de 10% sur la période. Les préventes sont aussi satisfaisantes sans présager toutefois de la saison d’avril à septembre qui représente 80% de notre chiffre d’affaires”, explique Jean-Christophe Parent, CEO de Walibi Belgium. 

Nouveautés chez Walibi et à Bellewaerde

Forts de ces résultats, les deux parcs poursuivent leurs phases de déploiement. Bellewaerde est par exemple désormais doté d’un parc aquatique (17 millions d’euros d’investissements), comme c’est le cas de Walibi avec Aqualibi. “Ces parcs bénéficient d’enveloppes significatives d’investissements”, indique-t-on à la Compagnie des Alpes.

Bellewaerde inaugurera cette année un roller coaster familial dans la zone canadienne du parc. Il s’agit d’un investissement de plus de 8 millions d’euros.

À Wavre, Walibi a investi cette année quelque 12 millions d’euros dans la création de deux nouveaux univers (Karma World, axé sur la culture indienne, et Fun World, pour les enfants dès 3 ans). Au total, Walibi bénéficie pour la période 2016-2022 d’une enveloppe totale de 100 millions d’euros. “Nous avons déjà investi la moitié de cette enveloppe. Pour cette année, il n’y aura pas d’investissement majeur comme chez notre consœur Bellewaerde, mais nous envisageons la construction d’une nouvelle zone en 2021 avec l’arrivée d’un nouveau méga-coaster, poursuit Jean-Christophe Parent.

Il serait question pour cette année d’un investissement de quelque 7 millions et de 20 à 25 millions pour 2021. 

Source link

Savoie – the Alpine resort to travel in and out of season | Holiday ideas

PUBLISHED: 16:40 04 December 2019

Lac du Roselend's reservoir and dam

Lac du Roselend’s reservoir and dam

Archant

Savour the spa waters, ski resorts and delicious Savoyard specialities with Janet Brice. Once a favourite of Queen Victoria, its sulphurous thermal waters have drawn crowds, on and off, for centuries


Savoie, pronounced savwa, sounds like the départment of choice – the place to go if you’re seeking snow in the shadows of the mighty Mont Blanc or sun along the sandy shores of Lac du Bourget.

It was the lure of the spa waters in the 18th century which first brought the jet-setters to this part of France. Towns like Aix-les-Bains and Brides-les-Bains put the 73rd department on the international map. Today, it’s the winter sports which attract visitors to Les Trois Vallées.

And the best kept secret in the French Alps has to be Valloire which lies next to the Tour de France climb of the Col De Galibier.

The village is built around a 17th-century church in the Maurienne Valley. This quiet, friendly resort shares a ski area with next-door Valmeinier with reliable skiing and great value for money.

Fontaine des Elephants in ChamberyFontaine des Elephants in Chambery

The Albertville Olympics of 1992 were the last winter games to be held in the same year as the summer ones; and the first with Paralympics held at the same site. Events extended from Savoie to Tignes which hosted the freestyle skiing to Couchevel for ski jumping and La Plagne for bobsleigh and luge. Thirty-two years later in 2024 Paris will again welcome the Olympic Games back to France.

Taking centre stage in Savoie is the vast waters of Lac du Bourget, known locally as Lac Gris (Grey Lake) which has a maximum depth of 145 metres and extends over 18 km. A haven for water sports, the lake is a popular spot for sailing, rowing, fishing and water skiing.

The bells of Chambéry

Ten kilometres south of its shores you will find the medieval capital of Chambéry renowned for its town houses and cathedral with its vast trompe l’œil painting – the largest such feature in Europe. Join a guided tours of the 15th-century Cathédrale St-François de Sales to marvel at this spectacle.

As you wander the through the cobbled streets you will come across the Fontaine des Éléphants. This distinictive landmark was sculpted in 1838 in honour of Général de Boigne who made his fortune in India.

After picking up a few Savoyard local delicacies at the busy Saturday morning market, listen out for the peal of bells from Château des Ducs de Savoie. The chapel’s 70-bell Grand Carillon, one of the largest ensembles of bells in the world and can be heard on the first and third Saturday of each month at 5.30pm (more frequently in summer).

Doctor’s orders

You may be a little envious to read that French doctors can prescribe spa treatments for medical conditions such as arthritis. So you may find yourself rubbing shoulders with the locals who descend to on the spa towns of Aix-les-Bains or Brides-les-Bains to take the waters.

Aix-les-Bains appears to float on water with its sandy beaches strung along the shores of the lake. Once a favourite of Queen Victoria, its sulphurous thermal waters have drawn crowds, on and off, for centuries. Today, visitors can head to the world-class cycle trails through Mont du Revard and marvel at panoramic views of Mont Blanc before relaxing in the therapeutic waters.

The Saturday market is a big draw selling Savoyarde specialities including the local Chignin wine, Beaufort, Reblochon and Tomme de Savoie cheeses and bottles of Aix-les-Bains mineral water for you to take home.

Snowsure skiing

As the ski season gets under way, Savoie boasts the largest ski area in the world so visitors are spoiled for choice. Thrill-seeker head to the black runs of Les Trois Vallées, from the glamour of Courchevel and Val d’Isère while families and beginners have the choice of charming alpine villages from Les Menuires to Valloire or Val d’Arly which straddles Haute Savoie.

Les Menuires offers plenty of wide, easy blue and green pistes and is suitable for beginners and families, but intermediate and advanced skiers and snowboarders also have the whole of the Trois Vallées at their disposal.

From spa waters to skiing and sailing to sampling Savoyarde’s delicious cuisine, Savoie really is the départment of choice.

Source link

Pairi Daiza poursuit ses investissements à marche forcée

Au cours de son exercice 2018-2019, à l’issue duquel son chiffre d’affaires a grimpé de 9%, le parc animalier a encore investi 52 millions d’euros. Dans les 5 à 7 années à venir, il veut en ajouter plus de 300 pour soutenir son expansion.

Pairi Daiza poursuit sa croissance. À l’issue de son exercice décalé 2018-2019, clôturé le 31 mars dernier, le parc animalier de Brugelette a vu son chiffre d’affaires grimper de 9% à 70,2 millions d’euros, selon les données dont L’Echo a pu prendre connaissance. La fréquentation, qui a frôlé les 2 millions de visiteurs, n’a pourtant augmenté que de 4%, alors que le prix moyen du ticket n’a pratiquement pas augmenté. Le visiteur dépense donc davantage dans les restaurants et les boutiques du site hennuyer.



“Les frais d’exploitation augmentent proportionnellement plus que le chiffre d’affaires car le parc ne cesse de grandir.”

Yvan Moreau

CFO de Pairi Daiza

Dans le même temps, les coûts du parc sont en hausse, passant de 56,8 à 60,1 millions d’euros. Ainsi les services et bien divers ont augmenté de 16% (19,5 millions) et les salaires de 23% (13 millions). “Les frais d’exploitation augmentent proportionnellement plus que le chiffre d’affaires car le parc ne cesse de grandir”, souligne Yvan Moreau, le CFO de Pairi Daiza.

Malgré tout, le résultat d’exploitation a bondi de 27% à 11,1 millions d’euros. Ce que chez Pairi Daiza, on explique par un recul de 5% des amortissements, dû à l’absence de mise en service d’investissements importants lors de l’exercice. Les produits financiers ont nettement reculé, passant de 3,7 millions à 641.000 euros. Cela s’explique par le fait que lors de l’exercice précédent, l’entreprise a rattrapé plusieurs années de prises en revenus de subsides en capital (primes à l’investissement, à la création d’emplois…). Ceci a entraîné un recul du bénéfice net de 11% à 7 millions.

Nouveaux mondes

“Tout cela n’est pas le fruit du hasard, relève Yvan Moreau. Depuis l’arrivée des pandas en 2014, nous avons investi 150 millions d’euros dans le parc alors que durant la même période, le total des bénéfices s’est élevé à 28 millions. On réinvestit donc cinq fois plus que ce que l’on gagne.”



“Lors des cinq années à venir, nous allons encore investir plus de 300 millions d’euros, ce qui fait de Pairi Daiza le plus gros investisseur de Wallonie.”

Lors de l’exercice écoulé, Pairi Daiza a encore débloqué 52 millions d’euros, notamment dans le lancement des deux chantiers d’envergure visant à ériger deux “nouveaux mondes”: “The Last Frontier” (inauguré en juin dernier), dédié à la Colombie britannique et doté de la première offre hôtelière du parc, et “La Terre du Froid”, dont les hôtels devraient être opérationnels au printemps prochain. “Lors des cinq années à venir, nous allons encore investir plus de 300 millions d’euros, ce qui fait de Pairi Daiza le plus gros investisseur de Wallonie”, poursuit le CFO.

L’emploi suit la même courbe. La première attraction touristique de Wallonie met au travail 400 équivalents temps plein, saisonniers et étudiants compris, nombre qu’elle envisage de tripler à un horizon de cinq à sept ans en raison du développement du parc, de l’horeca et de l’offre hôtelière très gourmands en main-d’œuvre.

Dette en hausse

©Photo News

Conséquence de ces gros investissements, la dette a fortement augmenté durant le dernier exercice, passant de 86 à près de 134 millions d’euros. “Tous les cashflows sont dédiés à cela et nos banquiers nous suivent toujours”, rassure Yvan Moreau

Pour l’exercice en cours, Pairi Daiza ne fait pas de pronostic, même s’il est acquis que la barre des 2 millions de visiteurs a été franchie l’été dernier, grâce notamment à l’ouverture de “The Last Frontier”. “Pour la première fois, le parc va ouvrir trois semaines durant les fêtes de fin d’année (du 14 décembre au 5 janvier, NDLR); nous n’avons pas d’expérience d’accueil du public en hiver, on ne sait donc pas ce que cela va donner, je préfère donc rester prudent.”

Source link

Pairi Daiza poursuit ses investissements à marche forcée

Au cours de son exercice 2018-2019, à l’issue duquel son chiffre d’affaires a grimpé de 9%, le parc animalier a encore investi 52 millions d’euros. Dans les 5 à 7 années à venir, il veut en ajouter plus de 300 pour soutenir son expansion.

Pairi Daiza poursuit sa croissance. À l’issue de son exercice décalé 2018-2019, clôturé le 31 mars dernier, le parc animalier de Brugelette a vu son chiffre d’affaires grimper de 9% à 70,2 millions d’euros, selon les données dont L’Echo a pu prendre connaissance. La fréquentation, qui a frôlé les 2 millions de visiteurs, n’a pourtant augmenté que de 4%, alors que le prix moyen du ticket n’a pratiquement pas augmenté. Le visiteur dépense donc davantage dans les restaurants et les boutiques du site hennuyer.



“Les frais d’exploitation augmentent proportionnellement plus que le chiffre d’affaires car le parc ne cesse de grandir.”

Yvan Moreau

CFO de Pairi Daiza

Dans le même temps, les coûts du parc sont en hausse, passant de 56,8 à 60,1 millions d’euros. Ainsi les services et bien divers ont augmenté de 16% (19,5 millions) et les salaires de 23% (13 millions). “Les frais d’exploitation augmentent proportionnellement plus que le chiffre d’affaires car le parc ne cesse de grandir”, souligne Yvan Moreau, le CFO de Pairi Daiza.

Malgré tout, le résultat d’exploitation a bondi de 27% à 11,1 millions d’euros. Ce que chez Pairi Daiza, on explique par un recul de 5% des amortissements, dû à l’absence de mise en service d’investissements importants lors de l’exercice. Les produits financiers ont nettement reculé, passant de 3,7 millions à 641.000 euros. Cela s’explique par le fait que lors de l’exercice précédent, l’entreprise a rattrapé plusieurs années de prises en revenus de subsides en capital (primes à l’investissement, à la création d’emplois…). Ceci a entraîné un recul du bénéfice net de 11% à 7 millions.

Nouveaux mondes

“Tout cela n’est pas le fruit du hasard, relève Yvan Moreau. Depuis l’arrivée des pandas en 2014, nous avons investi 150 millions d’euros dans le parc alors que durant la même période, le total des bénéfices s’est élevé à 28 millions. On réinvestit donc cinq fois plus que ce que l’on gagne.”



“Lors des cinq années à venir, nous allons encore investir plus de 300 millions d’euros, ce qui fait de Pairi Daiza le plus gros investisseur de Wallonie.”

Lors de l’exercice écoulé, Pairi Daiza a encore débloqué 52 millions d’euros, notamment dans le lancement des deux chantiers d’envergure visant à ériger deux “nouveaux mondes”: “The Last Frontier” (inauguré en juin dernier), dédié à la Colombie britannique et doté de la première offre hôtelière du parc, et “La Terre du Froid”, dont les hôtels devraient être opérationnels au printemps prochain. “Lors des cinq années à venir, nous allons encore investir plus de 300 millions d’euros, ce qui fait de Pairi Daiza le plus gros investisseur de Wallonie”, poursuit le CFO.

L’emploi suit la même courbe. La première attraction touristique de Wallonie met au travail 400 équivalents temps plein, saisonniers et étudiants compris, nombre qu’elle envisage de tripler à un horizon de cinq à sept ans en raison du développement du parc, de l’horeca et de l’offre hôtelière très gourmands en main-d’œuvre.

Dette en hausse

©Photo News

Conséquence de ces gros investissements, la dette a fortement augmenté durant le dernier exercice, passant de 86 à près de 134 millions d’euros. “Tous les cashflows sont dédiés à cela et nos banquiers nous suivent toujours”, rassure Yvan Moreau

Pour l’exercice en cours, Pairi Daiza ne fait pas de pronostic, même s’il est acquis que la barre des 2 millions de visiteurs a été franchie l’été dernier, grâce notamment à l’ouverture de “The Last Frontier”. “Pour la première fois, le parc va ouvrir trois semaines durant les fêtes de fin d’année (du 14 décembre au 5 janvier, NDLR); nous n’avons pas d’expérience d’accueil du public en hiver, on ne sait donc pas ce que cela va donner, je préfère donc rester prudent.”

Source link

Pairi Daiza poursuit ses investissements à marche forcée

Au cours de son exercice 2018-2019, à l’issue duquel son chiffre d’affaires a grimpé de 9%, le parc animalier a encore investi 52 millions d’euros. Dans les 5 à 7 années à venir, il veut en ajouter plus de 300 pour soutenir son expansion.

Pairi Daiza poursuit sa croissance. À l’issue de son exercice décalé 2018-2019, clôturé le 31 mars dernier, le parc animalier de Brugelette a vu son chiffre d’affaires grimper de 9% à 70,2 millions d’euros, selon les données dont L’Echo a pu prendre connaissance. La fréquentation, qui a frôlé les 2 millions de visiteurs, n’a pourtant augmenté que de 4%, alors que le prix moyen du ticket n’a pratiquement pas augmenté. Le visiteur dépense donc davantage dans les restaurants et les boutiques du site hennuyer.



“Les frais d’exploitation augmentent proportionnellement plus que le chiffre d’affaires car le parc ne cesse de grandir.”

Yvan Moreau

CFO de Pairi Daiza

Dans le même temps, les coûts du parc sont en hausse, passant de 56,8 à 60,1 millions d’euros. Ainsi les services et bien divers ont augmenté de 16% (19,5 millions) et les salaires de 23% (13 millions). “Les frais d’exploitation augmentent proportionnellement plus que le chiffre d’affaires car le parc ne cesse de grandir”, souligne Yvan Moreau, le CFO de Pairi Daiza.

Malgré tout, le résultat d’exploitation a bondi de 27% à 11,1 millions d’euros. Ce que chez Pairi Daiza, on explique par un recul de 5% des amortissements, dû à l’absence de mise en service d’investissements importants lors de l’exercice. Les produits financiers ont nettement reculé, passant de 3,7 millions à 641.000 euros. Cela s’explique par le fait que lors de l’exercice précédent, l’entreprise a rattrapé plusieurs années de prises en revenus de subsides en capital (primes à l’investissement, à la création d’emplois…). Ceci a entraîné un recul du bénéfice net de 11% à 7 millions.

Nouveaux mondes

“Tout cela n’est pas le fruit du hasard, relève Yvan Moreau. Depuis l’arrivée des pandas en 2014, nous avons investi 150 millions d’euros dans le parc alors que durant la même période, le total des bénéfices s’est élevé à 28 millions. On réinvestit donc cinq fois plus que ce que l’on gagne.”



“Lors des cinq années à venir, nous allons encore investir plus de 300 millions d’euros, ce qui fait de Pairi Daiza le plus gros investisseur de Wallonie.”

Lors de l’exercice écoulé, Pairi Daiza a encore débloqué 52 millions d’euros, notamment dans le lancement des deux chantiers d’envergure visant à ériger deux “nouveaux mondes”: “The Last Frontier” (inauguré en juin dernier), dédié à la Colombie britannique et doté de la première offre hôtelière du parc, et “La Terre du Froid”, dont les hôtels devraient être opérationnels au printemps prochain. “Lors des cinq années à venir, nous allons encore investir plus de 300 millions d’euros, ce qui fait de Pairi Daiza le plus gros investisseur de Wallonie”, poursuit le CFO.

L’emploi suit la même courbe. La première attraction touristique de Wallonie met au travail 400 équivalents temps plein, saisonniers et étudiants compris, nombre qu’elle envisage de tripler à un horizon de cinq à sept ans en raison du développement du parc, de l’horeca et de l’offre hôtelière très gourmands en main-d’œuvre.

Dette en hausse

©Photo News

Conséquence de ces gros investissements, la dette a fortement augmenté durant le dernier exercice, passant de 86 à près de 134 millions d’euros. “Tous les cashflows sont dédiés à cela et nos banquiers nous suivent toujours”, rassure Yvan Moreau

Pour l’exercice en cours, Pairi Daiza ne fait pas de pronostic, même s’il est acquis que la barre des 2 millions de visiteurs a été franchie l’été dernier, grâce notamment à l’ouverture de “The Last Frontier”. “Pour la première fois, le parc va ouvrir trois semaines durant les fêtes de fin d’année (du 14 décembre au 5 janvier, NDLR); nous n’avons pas d’expérience d’accueil du public en hiver, on ne sait donc pas ce que cela va donner, je préfère donc rester prudent.”

Source link