Les arrestations de migrants en transit ont grimpé de 37% en 2018

En 2018, l’Office des étrangers a enregistré 13.000 arrestations administratives de migrants en transit, soit 37% de plus que l’année précédente. En cause: la hausse du nombre de migrants ayant tenté la traversée de la Manche depuis la Belgique et les efforts plus soutenus des policiers.

Près de 13.000 arrestations administratives de migrants en transit ont été enregistrées par l’Office des étrangers en 2018, indique ce lundi le journal Le Soir. Un chiffre record en hausse de 37% par rapport à l’année précédente.

Il s’agit du nombre d’arrestations et non du nombre de personnes qui ont transité par la Belgique en vue de rejoindre l’Angleterre. Certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais. 

L’effort des policiers

Cette hausse peut être le reflet d’une présence plus importante de migrants tentant la traversée depuis la Belgique via le port de Zeebruges ou en se faufilant dans des camions sur les parkings d’autoroute, précise Le Soir.

Elle peut aussi s’expliquer par des efforts policiers plus soutenus contre la migration de transit. Des efforts vivement encouragés par le pouvoir fédéral – la N-VA, alors encore au gouvernement, en avait fait une priorité – avec des placements en détention qui ont été plus que multipliés par 3 en un an pour les migrants en transit.

La note Magnette

En ce moment, les négociations en vue de former un gouvernement fédéral sont toujours en cours. La dernière fois que le sujet des migrants en transit a été abordé, c’était dans la note de Paul Magnette, alors informateur royal. On pouvait y lire, au sujet de la migration, qu’un accès au territoire sera facilité pour les personnes “répondant aux besoins du marché du travail, ou encore que le regroupement familial serait conditionné à l’apprentissage de l’une des langues nationales, modèle prôné par la Flandre. Autres sujets abordés: l’idée d’abroger le dispositif permettant l’enfermement des mineurs, ou encore un recours moins grand aux détentions administratives.

Par contre, l’ouverture d’”un ou plusieurs” centres d’accueil et d’orientation pour migrants en transit, afin de les convaincre de demander l’asile dans le pays – procédure qui pourrait être accélérée -, passe à la trappe. L’idée est désormais de faciliter la capacité d’accueil des centres ouverts existants.

Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *